Incisions chirurgicales de l'abdomen pour la césarienne

Dans une intervention chirurgicale de type césarienne, il existe divers types d'incisions de la paroi abdominale pouvant être utilisées. Il s'agit notamment des incisions verticales et transversales, et il existe des variations spécifiques dans la manière de pratiquer les incisions. La revue des études a identifié 4 essais portant sur 666 femmes. Comparée à la technique de Pfannenstiel, l’incision selon la méthode de Joël-Cohen a montré de meilleurs résultats et était associée à une réduction de la fièvre, des douleurs postopératoires, des pertes de sang, de la durée de l'intervention et de l’hospitalisation. Cependant, les essais n'ont pas évalué les éventuels problèmes à long terme associés aux différentes techniques chirurgicales.

Conclusions des auteurs: 

L'incision de Joël-Cohen présente des avantages comparée à l'incision de Pfannenstiel. On observe une réduction de la fièvre, de la douleur, des besoins en analgésiques, de la perte sanguine, de la durée de l'intervention et de l'hospitalisation. Ces avantages pour la mère pourraient être transposés en économies réalisées par les systèmes de santé. Cependant ces essais ne fournissent pas d'informations relatives à la mortalité et à la morbidité sévère ou à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La césarienne est l'intervention chirurgicale majeure la plus couramment réalisée sur les femmes dans le monde entier. Les techniques chirurgicales, et notamment les incisions abdominales, varient. Certaines de ces techniques ont été évaluées par des essais randomisés.

Objectifs: 

Déterminer les bénéfices et les risques des différentes méthodes d’incisions chirurgicales de l’abdomen pour la césarienne.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (28 février 2013).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés portant sur l'intention d'utiliser différentes techniques d'incision abdominale pour réaliser une césarienne.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les données des sources, vérifié leur exactitude et nous les avons analysées.

Résultats principaux: 

Quatre études (666 femmes) ont été incluses dans cette revue.

Deux études (411 participantes) comparaient l'incision de Joël-Cohen à l'incision de Pfannenstiel. Dans l'ensemble, une réduction de 65 % de la morbidité postopératoire signalée (risque relatif (RR) = 0,35, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,14 à 0,87) a été observée avec l'incision de Joël-Cohen. Un des essais indiquait une réduction des besoins en analgésiques postopératoires (RR = 0,55, IC à 95 % 0,40 à 0,76) ; de la durée de l'intervention (différence moyenne pondérée (DMP) = -11,40, IC à 95 % -16,55 à -6,25 minutes) ; de la durée de l'accouchement (DMP = -1,90, IC à 95 % -2,53 à -1,27) ; de la dose totale d'analgésiques administrée pendant les premières 24 heures (DMP = -0,89, IC à 95 % -1,19 à -0,59) ; de la perte sanguine estimée (DMP = -58,00, IC à 95 % -108,51 à - 7,49 ml) ; de la durée d'hospitalisation postopératoire de la mère (DMP = -1,50, IC à 95 % -2,16 à -0,84) et d’une augmentation du délai avant l’administration de la première dose d'analgésiques (DMP = 0,80, IC à 95 % 0,12 à 1,48) par rapport au groupe ayant bénéficié de l'incision de Pfannenstiel. Aucune autre différence significative n'a été observée dans les deux essais.

Deux études comparaient des incisions transrectales à l'incision de Pfannenstiel. Une étude (68 femmes) qui comparait l'incision de Mouchel à celle de Pfannenstiel n'a fourni aucune donnée pouvant être incluse dans cette revue. L'autre étude (97 femmes), qui comparait l'incision transrectale de Maylard à l'incision de Pfannenstiel, n'a signalé aucune différence concernant la morbidité fébrile (RR = 1,26, IC à 95 % 0,08 à 19,50) ; la nécessité de transfusion sanguine (RR = 0,42, IC à 95 % 0,02 à 9,98) ; l'infection de la paroi (RR = 1,26, IC à 95 % 0,27 à 5,91) ; les tests physiques sur la force musculaire trois mois après l'intervention et la durée d'hospitalisation postopératoire (DMP = 0,40 jours, IC à 95 % -0,34 à 1,14).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.