Règles de manipulation d'un cathéter pour la prise en charge des troubles de la miction à long terme chez les adultes souffrant de lésions nerveuses de la vessie

Les personnes atteintes de lésions nerveuses de la vessie peuvent souffrir d'incontinence (fuite d'urine) ou être dans l'incapacité de vider leur vessie (problème de miction). Ces lésions peuvent provoquer des infections ou des problèmes rénaux. Les traitements disponibles incluent un cathéter urinaire permanent, l'utilisation périodique d'un cathéter chaque fois que la vessie doit être vidée, une gaine externe placée sur le pénis ou une miction minutée qui consiste à vider régulièrement la vessie à intervalles minutés. Bien que toutes ces méthodes soient pratiquées, la revue a révélé qu’aucun essai randomisé n’a été réalisé pour fournir des preuves probantes suggérant la meilleure méthode et dans quelles circonstances.

Conclusions des auteurs: 

Malgré une recherche exhaustive, aucune preuve n'a été trouvée dans les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés. Il était impossible de tirer des conclusions sur l'utilisation des différents types de cathéters pour la gestion d'une vessie neurogène.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La gestion d'une vessie neurogène a pour objectif principal de maintenir la continence, en assurant une faible pression sur la vessie (pour éviter des dommages rénaux) et en évitant ou en minimisant l'infection. Les options possibles incluent un cathétérisme urétral intermittent, un cathétérisme urétral ou sus-pubien, une miction minutée, l'utilisation d'un cathéter externe (pour les hommes), un traitement médicamenteux, une cystoplastie d'augmentation et une diversion urinaire.

Objectifs: 

L'objectif principal était de déterminer les effets des différentes méthodes concernant la prise en charge des troubles de la miction à long terme (persistants après trois mois) avec des cathéters chez les patients atteints de vessie neurogène.

Des hypothèses spécifiques devant être examinées mentionnaient :
1. qu'un cathétérisme intermittent est plus efficace qu'un cathétérisme permanent;
2. qu'un cathétérisme urétral permanent est plus efficace qu’un cathétérisme sus-pubien;
3. que des cathéters externes (gaines) sont plus efficaces que des cathéters urétraux intermittents ou des sondes à demeure;
4. que des cathéters externes (gaines) sont plus efficaces que des cathéters sus-pubiens;
5. qu'un cathétérisme intermittent est plus efficace que la miction minutée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'incontinence (recherche du 3 juillet 2013), qui contient des essais identifiés dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et dans les processus MEDLINE. Nous avons également effectué une recherche manuelle dans des journaux et des actes de congrès. Nous avons recherché des essais supplémentaires dans d'autres sources, comme les listes bibliographiques des articles pertinents et contacter des consultants dans des centres de traitement des lésions de la moelle épinière dans tout le Royaume-Uni.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant les méthodes d'utilisation de cathéters pour la gestion de la miction urinaire chez les personnes souffrant d'une vessie neurogène.

Recueil et analyse des données: 

Les résumés ont été examinés indépendamment par les relecteurs et les articles complets ont été obtenus, le cas échant.

Résultats principaux: 

Environ 400 études ont été analysées. Aucun essai ne répondait aux critères d'inclusion et cinq études ont été exclues de la revue.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.