Interventions psychologiques et pédagogiques pour réduire la consommation d'alcool chez les femmes enceintes

Nombreuses sont les femmes qui continuent à consommer de l'alcool lorsqu'elles sont enceintes. La consommation de sept verres standard ou plus par semaine peut être nocive et entraîner des retards de croissance chez les bébés ; les alcoolisations paroxystiques (« cuites ») et la consommation excessive d'alcool peuvent conduire à des difficultés d'apprentissage, des problèmes de comportement et des handicaps physiques chez les enfants. Les politiques gouvernementales reconnaissent que la consommation occasionnelle d’alcool n'est pas nécessairement source de préjudice, mais que l’abstinence pendant toute la grossesse élimine tous les risques éventuels. Les interventions psychologiques et pédagogiques (telles que les sessions de soutien psychologique et les courtes sessions pédagogiques) peuvent aider les femmes à réduire leur consommation d'alcool pendant la grossesse.

Quatre études randomisées contrôlées ont été incluses dans la revue ; les études individuelles suggèrent que les interventions pédagogiques et les consultations avec soutien psychologique peuvent encourager les femmes à s'abstenir de toute consommation d’alcool ou à réduire leur consommation pendant la grossesse. Les études ont porté sur les femmes qui étaient enceintes de moins de 28 semaines et qui consommaient de l'alcool. Toutes ont été réalisées aux États-Unis. Les interventions étaient de durée variable allant de sessions pédagogiques de 10 minutes avec fourniture d'un manuel d'aide à l’initiative personnelle à des entretiens motivationnels d'une heure avec renforcement à chaque visite prénatale. Les femmes incluses dans les groupes témoins ont généralement reçu les soins habituels, qui pouvaient inclure des conseils sur la réduction de la consommation d'alcool. Les critères ont été évalués de différentes manières, et les résultats ont donc été présentés séparément pour chaque étude. Les études ont fourni des informations très limitées sur les effets des interventions sur la santé des femmes et de leurs bébés.

Les informations fournies dans ces études sur les effets des interventions sur la santé des mères et des bébés sont peu nombreuses. Il existe un besoin urgent d’informations supplémentaires dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves émanant du nombre limité d'études suggèrent que les interventions psychologiques et pédagogiques peuvent entraîner une augmentation de l'abstinence de toute consommation d'alcool, et une réduction de la consommation d'alcool chez les femmes enceintes. Cependant, les résultats présentent des disparités, et la rareté des études, le nombre total de participants, le risque élevé de biais dans certaines de ces études, ainsi que la complexité des interventions limite notre capacité à déterminer le type d'intervention qui serait le plus efficace pour obtenir une augmentation de l'abstinence de la consommation d'alcool ou une réduction de la consommation chez les femmes enceintes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

On estime que plus de 20 % des femmes enceintes dans le monde consomment de l'alcool. Les recherches actuelles suggèrent que la consommation d'alcool de sept verres standard ou plus (un verre standard = 13,6 grammes d'alcool absolu) par semaine pendant la grossesse risque d'avoir sur le bébé des répercussions en termes de déficiences développementales et cognitives graves tout au long de sa vie. Les interventions psychologiques et pédagogiques peuvent aider les femmes à réduire leur consommation d'alcool pendant la grossesse.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des interventions psychologiques et pédagogiques pour réduire la consommation d'alcool pendant la grossesse chez les femmes enceintes ou qui envisagent une grossesse.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (août 2008), CENTRAL (The Cochrane Library 2007, Numéro 4), MEDLINE (de 1966 à Novembre 2007), EMBASE (de 1980 à novembre 2007), CINAHL (de 1982 à novembre 2007), Counsel.Lit (de 1980 à novembre 2007), PsycLIT (de 1974 à novembre 2007) et PsycINFO (1967 à novembre 2007) et nous avons vérifié les références citées dans les articles que nous avons trouvés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés portant sur l'efficacité des interventions psychologiques et pédagogiques pour réduire la consommation d'alcool chez les femmes enceintes ou qui envisagent une grossesse.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs de la revue ont extrait, de manière indépendante, les informations des sections « résultats » des études incluses.

Résultats principaux: 

Quatre études ont satisfait aux critères d'inclusion (715 femmes enceintes), et ont présenté les résultats concernant au moins un des critères d'intérêt. Aucune méta-analyse n'a été effectuée car les interventions et les critères évalués dans les études n'étaient pas suffisamment similaires. Pour la plupart des critères, aucune différence significative n’a été observée entre les groupes, et les résultats relatifs à l'abstention ou la réduction de la consommation d'alcool ont été mitigés. Les résultats des études individuelles suggèrent que les interventions peuvent encourager les femmes à s'abstenir de consommer de l'alcool pendant la grossesse. Les informations sur les effets des interventions sur la santé des mères et des bébés étaient très peu nombreuses.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.