Interventions dans le remplacement de dents manquantes : antibiotiques lors de la pose d'un implant dentaire pour prévenir toute complication

Question de la revue

La présente revue, réalisée par des auteurs du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, vise à évaluer les éventuels effets bénéfiques des antibiotiques pris par voie orale lors de la pose d'un implant dentaire afin de prévenir tout risque d'infection. Si les antibiotiques se révèlent utiles dans la prévention d'infections, cette revue cherche également à déterminer le type, la posologie et la durée de traitement les plus efficaces. L'administration d'antibiotiques pour prévenir tout risque d'infection dans l'implantologie dentaire est contestée. Il est donc urgent de trouver des réponses à ces questions afin d'améliorer les taux de réussite des implants dentaires tout en minimisant les complications, les dangers ou les effets indésirables.

Contexte

Dans certains cas, il est possible de remplacer des dents manquantes par des implants dentaires auxquels une couronne, un bridge ou un appareil dentaire peut être fixé(e). Les bactéries qui se sont introduites lors de la pose d'implants peuvent provoquer des infections et, parfois, faire échouer l'intervention. Le traitement des infections qui se trouvent autour des biomatériaux (comme les implants dentaires) se révèle compliqué et la quasi-totalité des implants infectés doivent être retirés, c'est la raison pour laquelle il est primordial de prévenir, dans la mesure du possible, tout risque d'infection.

Il a été suggéré que la prise d'antibiotiques par voie orale avant et/ou après la pose peut minimiser les risques d'infection.

En général, la prise d'antibiotiques en chirurgie dentaire afin de prévenir tout risque d'infection est uniquement recommandée pour les personnes à risque, dans le cas d'une chirurgie lourde ou pratiquée sur des sites infectés et d'une implantation de matériaux étrangers de grande taille dans l'organisme. Depuis peu, un traitement antibiotique à court terme est préconisé lorsque la prise d'antibiotiques s'avère nécessaire, car ils peuvent parfois provoquer des effets secondaires comme des diarrhées, voire des réactions allergiques potentiellement mortelles. Une autre préoccupation majeure liée à l'utilisation généralisée d'antibiotiques est l'augmentation du nombre de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Caractéristiques des études

Les preuves sur lesquelles se base cette revue étaient à jour en date du 17 juin 2013. Six essais ont été inclus avec un total de 1 162 participants.

Ces six essais comparaient l'administration d'antibiotiques pour prévenir tout risque d'infection (échecs et complications) à l'absence de traitement ou à un traitement par placebo (faux médicament ne contenant aucun ingrédient actif). L'antibiotique administré dans l'ensemble des essais était l'amoxicilline ; les doses et leurs posologies variaient, bien que la plupart des participants ne prenaient qu'une seule dose juste avant la pose d'un implant. L'un des essais, totalisant 100 participants, examinait également différentes doses d'amoxicilline prises à différents moments.

Aucun essai n'examinait des antibiotiques alternatifs.

Les participants étaient âgés de plus de 18 ans et capables de donner leur consentement à participer à un essai médical. Les participants potentiels étaient exclus pour diverses raisons, notamment : risques de maladie cardiaque, port de prothèses articulaires, troubles du système immunitaire, diabète, radiothérapie de la tête et du cou réalisée antérieurement, procédures supplémentaires requises au moment de la pose d'un implant, allergie à la pénicilline, infections chroniques/aiguës près du site prévu de l'implant, traitement antibiotique en cours pour toute autre affection (ou prise d'antibiotiques jusqu'à six mois auparavant), traitement antérieur ou en cours par aminobisphosphonates par voie intraveineuse, grossesse ou allaitement, traitement médicamenteux anti-inflammatoire non stéroïdien à long terme en cours ou problèmes de coagulation. La période de suivi dans tous les essais était d'au moins trois mois.

Résultats principaux

Il semblerait que l'administration orale de deux grammes d'amoxicilline une heure avant la pose d'implants dentaires permette de réduire les échecs d'implants. Plus particulièrement, l'administration d'antibiotiques à 25 personnes permettra à une personne d'éviter un échec prématuré de la pose d'un implant. Cependant, nous ignorons si les antibiotiques postopératoires ont des effets bénéfiques ou ceux qui sont les plus efficaces.

Qualité des preuves

Les preuves provenant de ces six essais (1 162 participants) comparant l'administration d'antibiotiques à un placebo ou à l'absence de traitement étaient considérées comme étant de qualité médiocre. Toutefois, les risques de biais de l'unique essai (100 participants) qui examinait l'administration d'antibiotiques pendant des durées différentes étaient élevés.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves scientifiques suggèrent que les antibiotiques permettent généralement de réduire les échecs d'implants dentaires placés dans des conditions normales. Plus particulièrement, une posologie de 2 ou 3 g d'amoxicilline administrée en une seule fois par voie orale, une heure avant l'intervention, réduit sensiblement les échecs d'implants dentaires. Aucun événement indésirable notable n'a été signalé. Il peut s'avérer judicieux de suggérer qu'une dose unique de 2 g d'amoxicilline prophylactique soit administrée avant la pose d'un implant dentaire. Cependant, nous ignorons si les antibiotiques postopératoires ont des effets bénéfiques ou quel antibiotique est le plus efficace.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Certains échecs d'implants dentaires peuvent être dus à une contamination bactérienne lors de la pose d'un implant. Le traitement des infections situées autour des biomatériaux est compliqué et la quasi-totalité des implants infectés doivent être retirés. En général, la prophylaxie antibiotique en chirurgie est uniquement préconisée chez les patients susceptibles de développer une endocardite infectieuse ; avec une réaction minime chez l'hôte ; lorsque la chirurgie est pratiquée sur des sites infectés ; dans des cas d'interventions chirurgicales lourdes et prolongées et lors de l'implantation de matériaux étrangers de grande taille. Plusieurs schémas antibiotiques systémiques prophylactiques ont été suggérés pour minimiser les infections après la pose d'un implant dentaire. Des protocoles plus récents recommandent une prophylaxie à court terme en cas de prescription d'antibiotiques. L'administration d'antibiotiques peut provoquer des événements indésirables comme des diarrhées, voire des réactions allergiques potentiellement mortelles. Une autre préoccupation majeure liée à l'utilisation généralisée des antibiotiques est la sélection des bactéries résistantes aux antibiotiques. L'administration d'antibiotiques prophylactiques dans l'implantologie dentaire est contestée.

Objectifs: 

Évaluer les effets bénéfiques et néfastes des antibiotiques prophylactiques systémiques lors de la pose d'un implant dentaire par rapport à l'absence d'antibiotiques ou à l'administration d'un placebo et, si les antibiotiques sont efficaces, déterminer le type, la posologie et la durée les plus efficaces.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu'au 17 juin 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2013, numéro 5), MEDLINE via OVID (de 1946 au 17 juin 2013) et EMBASE via OVID (de 1980 au 17 juin 2013). Il n'y avait aucune restriction de langue ou de date appliquée aux recherches dans les bases de données électroniques.

Critères de sélection: 

Des essais cliniques contrôlés randomisés (ECR), avec un suivi d'au moins trois mois, comparant l'administration de plusieurs schémas antibiotiques prophylactiques à l'absence d'antibiotiques lors de la pose d'un implant dentaire chez des personnes. Les critères de jugement incluaient les échecs de prothèses, les échecs d'implants, des infections postopératoires et des événements indésirables (gastro-intestinaux, hypersensibilité, etc.).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment analysé les études éligibles, évalué les risques de biais des essais et extrait des données à deux reprises. Les résultats étaient exprimés sous la forme de risques relatifs (RR) à l'aide d'un modèle à effets aléatoires pour les résultats dichotomiques avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. L'hétérogénéité, notamment les facteurs cliniques et méthodologiques, devait être examinée.

Résultats principaux: 

Six ECR, totalisant 1 162 participants, ont été inclus : trois essais comparaient 2 g d'amoxicilline en préopératoire à un placebo (927 participants), un comparait 3 g d'amoxicilline en préopératoire à un placebo (55 participants), un comparait 1 g d'amoxicilline en préopératoire plus 500 mg quatre fois par jour pendant deux jours à l'absence d'antibiotiques (80 participants) et un comparait quatre groupes : (1) 2 g d'amoxicilline en préopératoire ; (2) 2 g d'amoxicilline en préopératoire plus 1 g deux fois par jour pendant sept jours ; (3) 1 g d'amoxicilline en postopératoire deux fois par jour pendant sept jours et (4) aucun antibiotique (100 participants). La qualité globale des éléments de preuves était considérée comme étant modérée. Les méta-analyses de ces six essais montraient une augmentation statistiquement significative du nombre de participants confrontés à des échecs d'implants dans le groupe ne prenant aucun antibiotique (RR 0,33 ; IC à 95 % 0,16 à 0,67, valeur de P 0,002, hétérogénéité : Tau2 0,00 ; Chi2 2,87, ddl = 5 (valeur de P 0,57) ; I2 0 %). Le nombre de sujets à traiter (NST) pour observer un effet bénéfique supplémentaire afin d'éviter que la pose d'un implant n'échoue chez une personne est de 25 (IC à 95 % 14 à 100), selon un taux d'échec des implants de 6 % chez les participants ne prenant aucun antibiotique. Il y avait une signification statistique limite pour les échecs de prothèses (RR 0,44 ; IC à 95 % 0,19 à 1,00), sans aucune différence statistiquement significative en termes d'infections (RR 0,69 ; IC à 95 % 0,36 à 1,35) ou d'événements indésirables (RR 1 ; IC à 95 % 0,06 à 15,85) (seuls deux événements indésirables mineurs ont été enregistrés, un dans le groupe sous placebo). Aucune information concluante ne peut être retenue dans l'unique essai comparant trois durées différentes de prophylaxie antibiotique étant donné qu'aucun événement (échecs d'implants/prothèses, infections ou événements indésirables) ne s'est produit chez aucun des 25 participants inclus appartenant à chaque groupe de l'étude. Aucun essai n'évaluait des antibiotiques différents ou des posologies différentes d'antibiotiques.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.