Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et les opioïdes peuvent réduire significativement la douleur de la colique néphrétique aiguë, mais les opioïdes (en particulier la péthidine) entraînent davantage d'effets indésirables

La colique néphrétique se produit lorsque des solides minéraux ou organiques passent par les voies urinaires et obstruent l'écoulement de l'urine. Elle entraîne une douleur sévère soudaine qui s'étend de l'abdomen à l'aine et requiert un traitement immédiat à base d'analgésiques. Elle peut également entraîner des nausées, des vomissements, de l'hypertension et des saignements dans les urines. Pour soulager la douleur des opioïdes et des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) sont généralement administrés. Cette revue a montré que les AINS et les opioïdes réduisent significativement la douleur. Les personnes ont ressenti davantage d'effets indésirables, comme des vomissements, lorsqu'ils prenaient des opioïdes (en particulier de la péthidine) que lorsqu'ils prenaient des AINS.

Conclusions des auteurs: 

Les AINS et les opioïdes peuvent fournir une analgésie efficace en cas de colique néphrétique aiguë. Les opioïdes sont associés à une incidence supérieure d'effets indésirables, en particulier des vomissements. Attendu le taux élevé de vomissements associé à l'utilisation d'opioïdes, en particulier à la péthidine, et la probabilité plus grande de requérir une analgésie supplémentaire, si un opioïde doit être administré, nous recommandons de ne pas utiliser la péthidine.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La colique néphrétique est une cause courante de douleur sévère aiguë. Les opioïdes et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) sont recommandés pour la traiter, mais l'efficacité relative de ces médicaments est incertaine.

Objectifs: 

Examiner les bénéfices et les effets délétères des AINS et des opioïdes pour la prise en charge de la douleur en colique néphrétique aiguë.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane de Néphrologie, le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL - The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE et effectué une recherche manuelle à partir des références bibliographiques des articles identifiés.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant un opioïde et un AINS, quelle que soit la dose ou la voie d'administration, ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites et la qualité a été évaluée de manière indépendante par deux évaluateurs ; les différences ont été résolues par discussion. Les résultats dichotomiques sont rapportés en tant que rapport de risque (RR) et les mesures sur des échelles continues sont rapportées en tant que différences moyennes (DM), avec des intervalles de confiance de 95 %. Des analyses de sous-groupes selon la qualité de l'étude, le type de médicament et la voie d'administration du médicament ont été réalisées lorsque cela était possible pour étudier les raisons de l'hétérogénéité.

Résultats principaux: 

Vingt essais issus de neuf pays, avec un total de 1 613 participants, ont été identifiés. Les AINS et les opioïdes ont donné lieu à des baisses significatives des scores de la douleur rapportée par le patient. L'hétérogénéité étant inexpliquée, ces résultats n'ont pas pu être combinés, bien que 10 études sur 13 rapportaient des scores de douleur plus faibles chez les patients sous AINS. Les patients traités par AINS étaient significativement moins susceptibles d'avoir recours à un médicament de secours (RR 0,75, IC à 95 % entre 0,61 et 0,93, P = 0,007), alors que la plupart de ces essais utilisaient de la péthidine. La majorité des essais ont montré une plus grande incidence d'événements indésirables chez les patients traités par opioïdes, mais en raison de l'hétérogénéité significative entre les études, les résultats n'ont pas pu être combinés. Les vomissements étaient significativement moins importants chez les patients sous AINS (RR 0,35, IC à 95 % entre 0,23 et 0,53, P < 0,00001). En particulier, les patients sous péthidine présentaient un taux de vomissements bien plus élevé que les patients sous AINS. Aucun saignement gastro-intestinal et aucun trouble néphrétique n'ont été rapportés.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.