Pessaires (dispositifs mécaniques) pour la prise en charge du prolapsus des organes pelviens chez la femme

Les organes pelviens, comme l’utérus, la vessie ou les intestins, peuvent déborder à l’intérieur du vagin en raison d’une faiblesse des tissus qui les soutiennent habituellement. Les symptômes qu'ils provoquent varient selon le type de prolapsus. Des pessaires (dispositifs mécaniques, tels des pessaires en latex ou en silicone) peuvent être utilisés pour tenter de ramener les organes descendus dans leur position normale et donc de soulager les symptômes. Ils sont fréquemment utilisés lorsqu'un traitement conservateur, tel qu'une physiothérapie, et une opération ont échoué ou ne sont pas adaptés. La revue a trouvé un essai randomisé qui comparait deux types de pessaires, le pessaire annulaire et le pessaire Gellhorn. Les deux pessaires ont fonctionné pour 60 % des femmes ayant achevé l'étude et aucune différence n'a été observée entre les deux types de pessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les auteurs de la revue ont identifié un essai contrôlé randomisé comparant le pessaire annulaire au pessaire Gellhorn. Les résultats de l'essai ont montré que les deux pessaires étaient efficaces pour environ 60 % des femmes ayant achevé l'étude, aucune différence significative n'ayant été identifiée entre les deux types de pessaires. Cependant, des défauts méthodologiques ont été constatés dans l'essai, ainsi que cela est détaillé dans la section évaluation du risque de biais. Il n'existe pas de consensus concernant l'utilisation de différents types de dispositif, les indications ou le schéma de remplacement et les soins de suite. Il est urgent de réaliser des études randomisées afin d'examiner l'utilisation de pessaires comparé à l'absence de traitement, à l'opération et à des mesures conservatrices.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le prolapsus des organes pelviens est courant, un certain degré de prolapsus étant observé dans un contexte clinique chez une part allant jusqu'à 50 % des femmes ayant eu des enfants, bien qu'un grand nombre d'entre elles soient asymptomatiques. L'utilisation de pessaires (un dispositif mécanique passif conçu pour soutenir le vagin) pour traiter le prolapsus est très courante et jusqu'à 77 % des cliniciens en utilisent pour la prise en charge de première intention du prolapsus. Un certain nombre de symptômes peuvent être associés au prolapsus et les traitements comprennent une opération, des pessaires et des traitements conservateurs. Divers pessaires ayant pour objectif de soulager les symptômes du prolapsus et d'éviter ou de retarder la nécessité d'une opération sont décrits.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des pessaires (dispositifs mécaniques) contre le prolapsus des organes pelviens.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais spécialisé du groupe Cochrane sur les incontinences (recherche effectuée le 13 mars 2012), ce qui inclut des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, PREMEDLINE et des recherches manuelles d'actes de conférence, et avons effectué des recherches manuelles dans les actes de deux conférences pertinentes qui se sont déroulées en 2011. Nous avons également effectué des recherches dans les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés qui comprenaient un pessaire pour traiter le prolapsus des organes pelviens dans un bras de l'étude.

Recueil et analyse des données: 

Les résumés ont été évalués de manière indépendante par deux auteurs, sous l'arbitrage d'un troisième si nécessaire. L'extraction des données a été effectuée de façon indépendante pour les études incluses par deux auteurs de la revue.

Résultats principaux: 

A ce jour, il existe un seul essai randomisé publié évaluant l'utilisation de pessaires dans le traitement du prolapsus des organes pelviens.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.