Bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine dans le traitement de l'hypertension

Une classe de médicaments appelés « bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine » (BRA) est couramment utilisée pour diminuer une pression artérielle élevée. Cette classe inclut des médicaments tels que le losartan (nom commercial : Cozaar), le candésartan (Atacand), l'éprosartan (Teveten), l'irbésartan (Avapro), le telmisartan (Micardis) et le valsartan (Diovan). Nous nous sommes demandés dans quelle mesure cette classe de médicaments diminue la pression artérielle et s'il existe une différence entre les médicaments individuels au sein de cette classe. La littérature scientifique disponible a fait l'objet de recherches afin d'identifier tous les essais ayant traité ces questions.

Nous avons trouvé 46 essais qui avaient randomisé des participants à la prise d'un BRA ou d'une substance inerte (placebo). Ces essais ont évalué la capacité de 9 BRA différents à diminuer la pression artérielle chez 13 451 participants. Le suivi de ces participants aux essais n'a duré que 7 semaines (bien que les patients doivent généralement prendre des médicaments antihypertenseurs à vie). L'effet de diminution de la pression artérielle était modeste. Il y avait une baisse de 8 points de la valeur la plus élevée indiquant la pression systolique et une baisse de 5 points de la valeur la plus basse indiquant la pression diastolique. L'effet de diminution de la pression artérielle (environ 70 %) s'obtient principalement avec la posologie la plus basse recommandée. Aucun BRA ne semble être plus ou moins efficace que les autres en termes de capacité à diminuer la pression artérielle.

Presque tous les essais de cette revue étaient financés par des laboratoires fabriquant des BRA et les effets indésirables graves n'étaient pas signalés par les auteurs de la moitié de ces essais. Cela pourrait signifier que les laboratoires pharmaceutiques cachent des résultats défavorables concernant leurs médicaments. Du fait d'une notification incomplète du nombre de participants étant sortis des études en raison de réactions indésirables aux médicaments et de la courte durée de ces essais, cette revue n'a pas pu correctement évaluer les dangers associés à cette classe de médicaments. La prescription de BRA les moins chers et à doses basses permettra de réaliser des économies significatives et éventuellement de réduire le nombre d'événements indésirables liés à la posologie.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves issues de cette revue suggèrent qu'il n'existe aucune différence cliniquement significative d'une diminution de la PA entre les BRA disponibles. L'effet des BRA à diminuer la PA est modeste et similaire à celui des inhibiteurs de l'ECA en tant que classe de médicaments ; l'ampleur de la diminution de la PA minimale moyenne des BRA à des doses maximales recommandées et supérieures est de - 8/- 5 mmHg. De plus, 60 à 70 % de cet effet de diminution de la PA minimale se produit avec les doses initiales recommandées. La présente revue n'a pas correctement évalué l'incidence des dangers associés aux BRA en raison de la brève durée des essais et du manque de notification des effets indésirables dans de nombreux essais.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (BRA) sont couramment prescrits contre l'hypertension, il est donc primordial de déterminer et de comparer leurs effets sur la pression artérielle (PA), la fréquence cardiaque et les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables (APEI).

Objectifs: 

Quantifier l'efficacité des BRA à diminuer la PA systolique et/ou diastolique liée à la dose par rapport à un placebo dans le traitement de l'hypertension primaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (The Cochrane Library 2007, numéro 1), MEDLINE (de 1966 à février 2007), EMBASE (de 1988 à février 2007) et les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés, randomisés, en double aveugle, évaluant l'efficacité d'une monothérapie à dose fixe à diminuer la PA avec un BRA par rapport à un placebo pendant une durée de 3 à 12 semaines chez des patients souffrant d'hypertension primaire.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données. Nous avons contacté des auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires. Des informations sur les APEI ont été recueillies dans les essais.

Résultats principaux: 

Quarante-six ECR évaluaient l'efficacité de 9 BRA à diminuer la PA minimale liée à la dose chez 13 541 participants dont la PA était de 156/101 mmHg à l'inclusion. Les données ne suggèrent pas qu'un BRA est plus ou moins efficace à diminuer la PA. Une dose de 1/8 ou de 1/4 de la dose journalière maximale (Max) recommandée par le laboratoire a eu un effet de diminution de la PA qui était égal à 60 à 70 % de l'effet de diminution de la PA d'une dose Max. Une dose Max de 1/2 a eu un effet de diminution de la PA qui était égal à 80 % d'une dose Max. Les doses de BRA dépassant la dose Max n'ont pas diminué la PA significativement plus qu'une dose Max. En raison d'un biais de publication, les essais de plus grande taille permettent de mieux évaluer l'efficacité des BRA à diminuer la PA minimale en tant que classe de médicaments : - 8 mmHg pour la PAS et - 5 mmHg pour la PAD. Les BRA ont réduit d'environ 12/7 mmHg la PA mesurée 1 à 12 heures après l'administration de la dose.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.