Positionnement dans les cas de détresse respiratoire aiguë chez les nourrissons et les enfants hospitalisés

La détresse respiratoire aiguë est l'une des causes d'hospitalisation et de décès les plus fréquentes chez les nourrissons et les jeunes enfants dans le monde. Lorsque des enfants souffrant de détresse respiratoire grave sont hospitalisés, le traitement peut comprendre un apport en oxygène ou une ventilation assistée, ce qui peut endommager les poumons. Les nourrissons et les enfants souffrant de détresse respiratoire placés dans des positions particulières peuvent être moins gênés, respirer plus facilement et présenter de meilleurs résultats cliniques. Cependant, différentes positions peuvent également augmenter le risque de résultats indésirables. Par conséquent, nous avons effectué une recherche dans la littérature afin d'identifier des essais cliniques contrôlés comparant deux positions du corps ou plus dans la prise en charge des nourrissons et des enfants hospitalisés souffrant de détresse respiratoire aiguë.

Nous avons inclus 24 études totalisant 581 participants. La position allongée sur le ventre (décubitus ventral) était meilleure que la position allongée sur le dos (décubitus dorsal) pour l'oxygénation du sang, mais la différence était faible. L'augmentation moyenne de la saturation en oxygène était de 2 %. Ce résultat a été fondé sur les données de neuf études (195 enfants, 165 prématurés et 95 ventilés) mesurant ce critère d'évaluation. Le rythme respiratoire rapide associé à la détresse respiratoire était légèrement plus faible en position allongée sur le ventre (en moyenne inférieur de quatre respirations/minute) d'après six études (100 nourrissons âgés au maximum d'un mois, 59 ventilés). Aucun effet indésirable n’a été identifié. Aucune différence évidente n'a été observée avec d'autres positions. Du fait que la plupart des 581 enfants de ces études étaient des bébés prématurés (60 %) et étaient sous ventilation mécanique (70 %), les bénéfices du positionnement sur le ventre peuvent être extrêmement pertinents pour ces nourrissons.

***Il est important de se rappeler que ces enfants étaient hospitalisés. Par conséquent, du fait de l'association de la position couchée sur le ventre et du syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), la position couchée sur le ventre ne devrait pas être utilisée pour les enfants, sauf s'ils sont hospitalisés et que leur respiration est surveillée en permanence.

La majorité des études n'ayant pas décrit la manière dont les biais possibles dans le plan d'étude étaient gérés, le risque de biais dans ces résultats n'est pas bien clair. Par ailleurs, les résultats de cette revue sont limités par le faible nombre de participants des études, les changements chez les nourrissons et les enfants n'ont été mesurés que sur de courtes périodes et les faibles changements en termes d'oxygénation qui ont été observés dans cette revue ne sont pas aussi significatifs que d'autres mesures de la maladie et du rétablissement. Seules cinq études ont porté sur des enfants de plus d'un an et peu d'études ont comparé des positions autres que les positions couchées sur le ventre et sur le dos.

Conclusions des auteurs: 

La position couchée sur le ventre était significativement supérieure à la position couchée sur le dos en termes d'oxygénation. Cependant, du fait que la plupart des participants étaient des nourrissons prématurés ventilés, les bénéfices du positionnement couché sur le ventre peuvent être extrêmement pertinents pour ces nourrissons. De plus, même si le placement des nourrissons et des enfants dans la position couchée sur le ventre peut améliorer la fonction respiratoire, en raison de l'association du SMSN au positionnement couché sur le ventre, les nourrissons ne doivent être placés dans cette position que lorsqu'ils sont sous surveillance cardiorespiratoire continue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

En raison de l'association du positionnement couché sur le ventre et du syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), il est recommandé que les jeunes nourrissons soient placés sur le dos (décubitus dorsal). Cependant, la position couchée sur le ventre peut être une manière non invasive d'augmenter l'oxygénation chez les participants souffrant de détresse respiratoire aiguë. Du fait des différences substantielles en termes de mécanique respiratoire entre les adultes et les enfants et du risque de SMSN chez les jeunes nourrissons, une revue spécifique du positionnement pour les nourrissons et les jeunes enfants souffrant de détresse respiratoire aiguë est nécessaire.

Objectifs: 

Comparer les effets de différentes positions du corps chez des nourrissons et des enfants hospitalisés souffrant de détresse respiratoire aiguë.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2012, numéro 3), qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, ainsi que dans MEDLINE (de 1966 jusqu'à la 1ère semaine du mois d'avril 2012), EMBASE (de 2004 à avril 2012) et CINAHL (de 2004 à avril 2012).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ou pseudo-ECR comparant deux positions ou plus dans la prise en charge des nourrissons et des enfants hospitalisés souffrant de détresse respiratoire aiguë.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données de chaque étude de façon indépendante. Nous avons résolu les désaccords par consensus ou par un troisième auteur de la revue. Nous avons analysé les critères de jugement bidimensionnels à l'aide d'un rapport des cotes et d'un intervalle de confiance (IC) à 95 %. Nous avons analysé les critères de jugement continus en utilisant une différence moyenne et un IC à 95 %. Nous avons utilisé un modèle à effets fixes, sauf si l'hétérogénéité était significative, auquel cas nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Nous avons extrait les données à partir de 53 études. Nous avons inclus 24 études totalisant 581 participants. Trois études utilisaient un plan randomisé en groupes parallèles qui comparait uniquement les positions couchées sur le ventre et sur le dos. Les 21 études restantes utilisaient un plan croisé randomisé. Ces études comparaient les positions couchées sur le ventre, sur le dos, latérales, relevées et à plat.

Le positionnement couché sur le ventre a été significativement plus bénéfique que le positionnement couché sur le dos en termes de saturation d'oxygène (différence moyenne (DM) 1,97 %, IC à 95 % 1,18 à 2,77), d'oxygène artériel (DM 6,24 mm Hg, intervalle de confiance (IC) à 95 % 2,20 à 10,28), d'épisodes d'hypoxémie (DM -3,46, IC à 95 % -4,60 à -2,33) et de synchronisme thoraco-abdominal (DM -30,76, IC à 95 % -41,39 à -20,14). Aucun effet indésirable n’a été identifié. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre d'autres positions.

La majorité des études n'ayant pas décrit la manière dont les biais possibles étaient gérés, on ignore le risque de biais dans ces résultats.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.