Chirurgie contre la douleur du coude (tennis elbow)

Ce résumé d'une revue Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l'effet de la chirurgie pour la douleur latérale du coude, également connue comme tennis elbow. Cette revue montre les éléments suivants.

Chez les personnes souffrant de douleur latérale du coude :

- la chirurgie percutanée (incision plus petite) peut améliorer légèrement la capacité à utiliser le bras normalement par rapport à la chirurgie ouverte (chez les personnes ressentant une douleur depuis un an ou plus et chez qui les traitements non chirurgicaux n'ont donné aucun résultat).

- la micro-ténotomie à radiofréquence appliquée au tendon concerné semble entraîner une amélioration plus rapide de la douleur à court terme, mais les résultats sont les mêmes à long terme par rapport à la chirurgie ouverte ;

- les informations issues des études incluses sont insuffisantes pour déterminer si la chirurgie entraîne une différence en termes de qualité de vie par rapport à l'absence de chirurgie ou à des traitements non chirurgicaux.

Les études incluses ne contenaient pas d'informations sur les effets secondaires. Les effets secondaires de la chirurgie peuvent inclure une infection, une lésion du nerf ou la perte de la capacité à tendre le bras.

Qu'est-ce que la douleur latérale du coude et qu'est-ce que la chirurgie ?

La douleur latérale du coude, ou tennis elbow, peut se produire sans aucune raison ou être due à une sollicitation trop importante du tendon au niveau du coude. L'extérieur du coude (épicondyle latérale) et la partie supérieure de l'avant-bras peuvent alors devenir douloureux et sensibles au toucher. La douleur peut durer de six mois à deux ans et peut guérir spontanément. De nombreux traitements ont été employés pour traiter la douleur du coude, mais il n'a pas été démontré clairement si ces traitements fonctionnaient ou si la douleur disparaît simplement toute seule.

Si la douleur ne disparaît pas spontanément ou après divers traitements comme des injections de stéroïdes ou la physiothérapie, ou les deux, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. La chirurgie du coude peut consister à faire une petite incision dans le bras et à éliminer le tissu endommagé du tendon qui relie le muscle court extenseur radial du carpe (CERC) à l'os dans le coude (ce que l'on appelle une ténotomie du CERC), ou à relâcher le tendon de l'os à l'aide d'un scalpel (ce que l'on appelle relâchement du CERC). La ténotomie peut être réalisée par voie percutanée, avec une incision bien plus petite (1 cm) de la peau, ou par voie arthroscopique dans l'articulation. Le tendon CERC peut également être détendu plus bas au niveau du milieu de l'avant-bras avec une ténotomie d'allongement en Z. Un autre type de chirurgie qui ne traite pas directement le tendon CERC consiste à relâcher le nerf interosseux postérieur (NIP) qui peut être comprimé par le muscle (décompression du NIP).

Meilleure estimation de l'effet chez les personnes souffrant de douleur latérale du coude après une intervention chirurgicale

Douleur (plus le score est élevé, plus la douleur est forte ou sévère) :

- les personnes ayant été opérées par voie percutanée (incision plus petite) et ayant reçu des ondes radio appliquées sur la zone douloureuse du coude (micro-ténotomie à radiofréquence), par rapport à une chirurgie ouverte (incision plus grande) ont qualifié leur douleur comme étant 3 points inférieure sur une échelle de 0 à 10 après 3 semaines (28% d'amélioration absolue)
- les personnes ayant eu une chirurgie percutanée ont qualifié leur douleur comme étant de 3,5 sur une échelle de 0 à 10 après 3 semaines ;
- les personnes ayant eu une chirurgie ouverte ont qualifié leur douleur comme étant de 6,5 sur une échelle de 0 à 10.

Fonction physique et incapacité (plus le score est élevé, plus la fonction physique est mauvaise ou plus l'incapacité est importante) :

- les personnes ayant été opérées par voie percutanée (incision plus petite), par rapport à une chirurgie ouverte (incision plus grande) ont qualifié leur incapacité comme étant inférieure de 4 points sur une échelle de 0 à 100 après 12 mois (4% d'amélioration absolue) ;
- les personnes ayant eu une chirurgie percutanée ont qualifié leur incapacité comme étant de 49 sur une échelle de 0 à 100 ;
- les personnes ayant eu une chirurgie ouverte ont qualifié leur incapacité comme étant de 53 sur une échelle de 0 à 100 ;

Conclusions des auteurs: 

Attendu le nombre réduit d'études, la grande hétérogénéité des interventions dans les essais, la taille réduite des échantillons et le rapport des résultats de faible qualité, les preuves ne sont pas suffisantes pour soutenir ou réfuter l'efficacité de la chirurgie pour la douleur latérale du coude. Des essais contrôlés randomisés bien planifiés et la mise au point de mesures de résultats standardisées sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La chirurgie est parfois recommandée pour la douleur latérale du coude persistante quand d'autres interventions moins invasives ont échoué.

Objectifs: 

Déterminer les bénéfices et la sécurité de la chirurgie pour la douleur latérale du coude.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté CENTRAL (la librairie Cochrane), MEDLINE, EMBASE, CINAHL et Web of Science, sans restriction de date ou de langue (jusqu'au 15 décembre 2010).

Critères de sélection: 

Essais cliniques contrôlés et randomisés évaluant une intervention chirurgicale par rapport à l'absence de traitement ou à une autre intervention, y compris une intervention chirurgicale alternative, chez des adultes souffrant de douleur latérale du coude.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné indépendamment des essais à inclure, évalué le risque de biais et extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais portant sur 191 participants avec des symptômes persistants d'au moins cinq mois de durée et pour lesquels un traitement conservateur avait échoué. Trois essais ont comparé deux procédures chirurgicales différentes et deux essais ont comparé la chirurgie à un traitement non chirurgical. Tous les essais étaient fortement susceptibles aux biais. La méta-analyse a été exclue attendu que les groupes de comparaison et les mesures des résultats étaient différents. Un essai (24 participants) n'a rapporté aucune différence entre la chirurgie du muscle court extenseur radial du carpe (CERC) et la micro-ténotomie à radiofréquence, bien que l'analyse secondaire ait déterminé que la douleur était significativement inférieure dans le dernier groupe à trois semaines (DM -2,80 points sur une échelle de 10 points, IC à 95% entre -5,07 et -0,53). Un essai (26 participants) n'a rapporté aucune différence entre la chirurgie CERC ouverte et la décompression du nerf interosseux postérieur en termes de nombre de participants ayant ressenti une amélioration de la douleur, de la douleur pendant l'activité ou de la sensibilité à la palpation, 31 mois après l'opération en moyenne. Un essai (45 participants) a déterminé que par rapport au relâchement ouvert du muscle CERC, le relâchement percutané améliorait légèrement la fonction des patients. Un essai (40 participants) a trouvé des résultats comparables entre le relâchement chirurgical ouvert du CERC et l'injection de toxine botulinique, à deux ans, bien que cette revue ne nous ait permis d'extraire aucune donnée. Un essai (56 participants) a déterminé que le traitement par onde de choc extracorporelle (ESWT) améliorait la douleur la nuit par rapport à la ténotomie percutanée à 12 mois (DM 5 points sur une EVA de 100 points, IC à 95% entre 1,12 et 8,88), mais il n'y a pas eu de différence au niveau de la douleur au repos ou de la douleur en appliquant une pression.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.