Antibiotiques réguliers pour la prévention de l'infection pneumococcique chez le jeune enfant atteint de drépanocytose

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les personnes atteintes de drépanocytose sont particulièrement sujettes aux infections respiratoires et à l'empoisonnement du sang. Ces infections sont souvent provoquées par des bactéries pneumocoques. Les infections surviennent en partie à cause d'un mauvais fonctionnement de la rate, mais aussi parce que des tissus et des os endommagés du fait de la drépanocytose peuvent abriter des bactéries. Le plus grand risque d'infection intervient chez l'enfant de moins de trois ans, mais les vaccins antipneumococciques usuels ont une utilité limitée chez ces patients. Par conséquent, des antibiotiques réguliers sont nécessaires pour prévenir l'infection. Du fait que le risque d'infection diminue avec l'âge, il se pourrait qu'à un moment donné, le traitement antibiotique préventif puisse être arrêté. Trois essais, portant sur plus de 800 enfants, sont inclus dans la revue. Les trois essais ont démontré un taux réduit d'infection chez les enfants atteints de drépanocytose recevant de la pénicilline de façon préventive. Deux essais ont cherché à déterminer si le traitement était efficace. Le troisième essai a été la suite d'un des essais précédents et a cherché à déterminer le moment où le traitement pouvait être arrêté sans risque. Les effets indésirables des médicaments ont été rares et mineurs. Cependant, des problèmes ont été rencontrés avec le respect du schéma de traitement par les enfants et avec le développement d'une résistance aux antibiotiques. Nous concluons que la pénicilline administrée de manière préventive réduit le taux d'infection pneumococcique chez l'enfant de moins de cinq ans atteint de drépanocytose. Le risque d'infection chez les enfants plus âgés est plus faible et l'essai complémentaire n'a démontré aucune augmentation significative du risque lorsque l'administration régulière de pénicilline était arrêtée à l'âge de cinq ans. Des recherches supplémentaires devraient étudier la fréquence et l'importance clinique des bactéries résistantes.

Conclusions des auteurs: 

La pénicilline prophylactique réduit de façon significative le risque d'infection pneumococcique chez l'enfant atteint de drépanocytose homozygote et est associée à des réactions indésirables minimes. Des recherches supplémentaires pourraient permettre de déterminer l'âge idéal pour arrêter sans risque le traitement à la pénicilline.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est une mise à jour d’une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2002 et précédemment mise à jour en 2012. Les personnes atteintes de drépanocytoses sont particulièrement sensibles aux infections. Les nourrissons et les très jeunes enfants sont particulièrement vulnérables et l'« Étude coopérative de la drépanocytose » a observé un taux d'incidence de 10 cas sur 100 années-patient de la septicémie pneumococcique chez l'enfant de moins de trois ans. Les vaccins, notamment les vaccins antipneumococciques habituels, peuvent avoir une utilité limitée dans ce groupe d'âge. Par conséquent, les régimes prophylactiques de pénicilline peuvent être conseillés pour cette population.

Objectifs: 

Évaluer les effets des régimes d'antibioprophylaxie pour la prévention de l'infection pneumococcique chez l'enfant atteint de drépanocytose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué des références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d’actes de conférence.

Date de la recherche la plus récente : le 26 juin 2014.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés comparant l'antibioprophylaxie pour la prévention de l'infection pneumococcique chez l'enfant atteint de drépanocytose à un placebo, à l'absence de traitement ou à un médicament comparateur.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont extrait les données et évalué la qualité des essais de manière indépendante.

Résultats principaux: 

La recherche initiale a permis de trouver cinq essais dont trois ont répondu aux critères d'inclusion. Tous les essais inclus ont démontré une baisse de l'incidence de l'infection chez les enfants atteints de drépanocytose (SS ou Sβ0Thal) recevant de la pénicilline prophylactique. Dans les essais qui ont étudié l'effet du démarrage d'un traitement à la pénicilline sur le risque d'infection pneumococcique, le rapport des cotes était de 0,37 (IC à 95 % 0,16 à 0,86), tandis que pour l'arrêt du traitement, le rapport des cotes était de 0,49 (IC à 95 % 0,09 à 2,71). Les effets indésirables des médicaments ont été rares et mineurs. Les taux d'infection pneumococcique se sont révélés relativement faibles chez les enfants de plus de cinq ans.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.