Prise en charge nutritionnelle d'enfants et de jeunes adultes atteints d'un cancer et suivant une chimiothérapie

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La prise en charge nutritionnelle est d'une importance majeure lors du traitement d'enfants et de jeunes adultes atteints d'un cancer. Elle peut permettre de pallier la malnutrition dépistée au moment du diagnostic, prévenir la malnutrition liée au traitement anticancéreux et favoriser la prise de poids et la croissance. L'une des deux méthodes suivantes permet d'assurer une prise en charge nutritionnelle : des liquides nutritionnels administrés via une voie centrale ou périphérique et n'empruntant pas le tube digestif (nutrition parentérale) ; ou des liquides ou solides nutritionnels qui passent par les intestins, quels que soient le site et la méthode d'administration (par ex : par voie orale ou par une sonde) (nutrition entérale).

Nous avons identifié quelques preuves issues d'un essai de petite taille suggérant que la nutrition parentérale peut entraîner une prise de poids, une augmentation des concentrations d'albumine sérique et des apports caloriques et protéiques par rapport à la nutrition entérale (consommation alimentaire classique). Toutefois, les preuves concernant les autres méthodes d'administration du support alimentaire ne sont pas claires. Aucune étude comparant le contenu nutritionnel dans les groupes d'études de nutrition PN ou EN n'a été identifiée. Tous les essais étaient de qualité médiocre et utilisaient des critères de jugement très différents. De futurs essais de plus grande taille et réalisés de façon plus rigoureuse, avec des critères de jugement mieux définis, seront nécessaires pour répondre à cette importante question.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves limitées issues d'essais individuels suggérant que la nutrition parentérale est plus efficace et la nutrition entérale chez des enfants et des jeunes adultes bien nourris atteints d'un cancer et suivant une chimiothérapie. Les preuves concernant les autres méthodes de prise en charge nutritionnelle ne sont pas toujours claires. Aucune étude comparant le contenu nutritionnel dans les groupes d'études de nutrition PN ou EN n'a été identifiée. D'autres recherches, intégrant des tailles d'échantillon plus importantes et une méthodologie rigoureuse avec des critères de jugement valides et fiables, devront être réalisées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La malnutrition est généralement une conséquence du cancer lui-même ou de la chimiothérapie. La prise en charge nutritionnelle a pour objectif de pallier la malnutrition dépistée au moment du diagnostic, prévenir la malnutrition liée au traitement et favoriser la prise de poids et la croissance. Les formes les plus efficaces et sûres de la prise en charge nutritionnelle d'enfants et de jeunes adultes atteints d'un cancer sont peu claires.

Objectifs: 

Déterminer les effets d'une forme de prise en charge nutritionnelle parentérale (PN) ou entérale (EN) chez des enfants et des jeunes adultes atteints d'un cancer et suivant une chimiothérapie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : CENTRAL (The Cochrane Library 2009, numéro 2), MEDLINE (de 1950 à 2006), EMBASE (de 1974 à 2006), CINAHL (de 1982 à 2006), le National Research Register (2007), ainsi que Dissertations & Theses (2007). Nous avons examiné les listes bibliographiques des articles afin d'identifier des essais supplémentaires. Nous avons également contacté des experts dans le domaine afin d'obtenir des informations sur des essais pertinents.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés comparant une forme de prise en charge nutritionnelle à une autre, ou à un groupe témoin, destinée à des enfants ou des jeunes adultes atteints d'un cancer et suivant une chimiothérapie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné des essais. Trois auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données. Nous avons contacté des investigateurs afin d'obtenir des informations manquantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus huit essais qui randomisaient 159 participants (< 21 ans) atteints d'une leucémie ou de tumeurs solides et suivant une chimiothérapie. La qualité méthodologique de l'ensemble des essais était médiocre. Un essai de petite taille a trouvé que comparée à une nutrition EN, la nutrition PN augmentait de façon significative la prise de poids (différence moyenne (DM) 4,12 ; IC à 95 % 1,91 à 6,33), les niveaux d'albumine sérique (DM 0,70 ; IC à 95 % 0,14 à 1,26), les apports caloriques (DM 22,00 ; IC à 95 % 5,12 à 38,88) et les apports protéiques (DM 0,80 ; IC à 95 % 0,45 à 1,15). Un essai comparant la nutrition EN et PN périphérique avec la PN centrale a trouvé que la prise pondérale (DM - 27,00 ; IC à 95 % - 43,32 à - 10,68) et les apports énergétiques (DM - 15,00 ; IC à 95 % - 26,81 à - 3,19) quotidiens moyens étaient significativement inférieurs pour le groupe EN et PN périphérique, alors que la modification moyenne de l'albumine sérique était significativement supérieure pour ce groupe (DM 0,47 ; IC à 95 % 0,13 à 0,81, P = 0,008).     

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.