Traitements du vitiligo (maladie entraînant une perte de la couleur de la peau en plaques)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le vitiligo est une maladie chronique et imprévisible entraînant une perte de couleur de la peau par plaques. Des personnes de tous les âges et de toutes les origines ethniques peuvent développer la maladie. Le vitiligo n'entraîne pas de symptômes physiques mais en raison de son aspect disgracieux, en particulier sur les peaux foncées ou bronzées, il peut avoir un impact considérable psychologiquement et socialement. De nombreux traitements pour restaurer la couleur normale de la peau ont été essayés, mais les améliorations sont généralement de courte durée. Les causes du vitiligo ne sont pas clairement comprises. De nombreux traitements ont donc été créés à partir de preuves scientifiques limitées. À l'heure actuelle il n'existe ni remède ni moyen de limiter l'étendue de la maladie.

Nous avons trouvé deux fois plus d'essais (38) qu'il n'y en avait dans la revue initiale (19), soit un total de 57 études portant sur 3 139 participants. La plupart des études avaient moins de 50 participants et peu duraient plus de 6 mois.

Les études, qui couvraient un large éventail de traitements, utilisaient également de nombreuses méthodes différentes pour évaluer le degré de repigmentation. Seule 28 essais rapportaient des données sur la qualité de vie et une repigmentation de plus de 75%. Il y avait de nombreux plans d’études différents: certaines études ont évalué les plaques individuellement, alors que d'autres comparaient les participants. La plupart des études évaluaient des traitements combinés comprenant la lumière ultraviolette pour favoriser la repigmentation. En général, les études portant sur des traitements combinés ont obtenu de meilleurs résultats.

Aucun des essais n'a rapporté de bénéfice à long terme (c.-à-d. une repigmentation durable pendant au moins deux ans). Les résultats de cette revue doivent donc être pris avec précaution.

Certaines études ont décrit des effets indésirables, en particulier pour les corticostéroïdes topiques, mais dans les études combinées, il était difficile de déterminer quel traitement était à l'origine des effets indésirables. Il est nécessaire de réaliser un vaste programme de recherche bien planifié pour déterminer les causes du vitiligo et trouver des moyens efficaces pour prendre en charge cette maladie.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue a trouvé quelques preuves issues d'études individuelles en faveur de traitements existants contre le vitiligo, mais l'utilité de ces résultats est limitée par les différents plans d'études et d’objectifs évalués, ainsi que par l'absence de mesures de la qualité de vie. Il est nécessaire de réaliser des études de suivi pour évaluer la permanence de la repigmentation, ainsi que des essais randomisés de qualité utilisant des mesures standardisées et considérant également la qualité de vie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Environ un pour cent de la population mondiale est atteinte de vitiligo, une maladie qui entraîne des taches blanches sur la peau. De nombreux traitements sont disponibles, mais la plupart d'entre eux ne sont pas satisfaisants.

Objectifs: 

Évaluer toutes les interventions utilisées pour la prise en charge du vitiligo.

La stratégie de recherche documentaire: 

En novembre 2009, nous avons mis à jour nos recherches dans le registre spécialisé du Cochrane skin group, le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL) dans la Cochrane library (numéro 4, 2009), MEDLINE, EMBASE, AMED, PsycINFO, LILACS et les bases de données d'essais en cours.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR).

Recueil et analyse des données: 

Au moins 2 auteurs de la revue ont évalué indépendamment l'éligibilité des études et leur qualité méthodologique, et ont réalisé l'extraction des données. Deux des 57 études incluses ont pu être combinées en une méta-analyse.

Résultats principaux: 

Dans cette mise à jour, 57 essais, dont 19 de la revue initiale, ont été évalués, avec 3 139 participants. La plupart des ECR, qui couvraient une large gamme d'interventions, comprenaient moins de 50 participants. Toutes les études évaluaient la repigmentation ; 6 d'entre elles mesuraient l'arrêt de la propagation ; et 5 analysaient l'effet du traitement sur la qualité de vie.

La majorité des études étudiaient des traitements combinés qui ont en général obtenu de meilleurs résultats. Parmi les nouvelles interventions, on trouve la lumière monochromatique Excimer (MEL), le polypodium leucotomos, la greffe mélanocytaire, les antioxydants oraux, les pilules chinoises zengse et le pimecrolimus. Nous avons analysé les données de 28 études satisfaisant à nos critères d’évaluation d'amélioration de la qualité de vie et de repigmentation de plus de 75%.

Quinze analyses issues d'études comparant diverses interventions ont montré une différence significative du point de vue statistique entre la proportion de participants obtenant une repigmentation de plus de 75%. La majorité des analyses montant des différences statistiquement significatives provenaient d'études qui évaluaient des interventions combinées, lesquelles comprenaient généralement un type de traitement par la lumière.

Les préparations topiques, en particulier les corticostéroïdes, ont donné lieu au plus grand nombre d'effets indésirables. Cependant, dans les études combinées, il était difficile de déterminer le traitement à l'origine de ces effets. Aucune des études n'a permis de démontrer des bénéfices à long terme. Très peu d'études ont été réalisées sur les enfants ou incluaient le vitiligo segmentaire. Nous avons trouvé une étude d'interventions psychologiques et aucune étude évaluant la micropigmentation, la dépigmentation ou la dissimulation cosmétique.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.