Traitement immunosuppresseur pour la glomérulosclérose segmentaire et focale chez les adultes

La glomérulosclérose segmentaire et focale (FSGS) est une maladie rare dont la cause est inconnue et où les glomérules laissent échapper la protéine du sang dans l'urine. Elle est décrite comme focale car seuls quelques glomérules présentent des lésions (alors que les autres restent normaux) et segmentaire car seule une partie du glomérule est endommagée. Plus de la moitié de toutes les personnes souffrant de FSGS développeront une insuffisance rénale chronique dans les 10 ans. Par conséquent, les stratégies immunosuppressives sont utilisées pour contrôler la protéinurie et prévenir l'insuffisance rénale. Cette revue systématique a identifié quatre études (108 participants) étudiant les traitements immunosuppresseurs pour les adultes souffrant d'une FSGS confirmée par biopsie. Les adultes traités par cyclosporine A associée à la prednisone étaient plus susceptibles d'obtenir une rémission partielle du syndrome néphrotique par rapport à la prednisone seule. Ce résultat est cependant fondé sur une seule étude et de petite envergure. Aucune donnée n'était disponible au sujet de la progression vers une insuffisance rénale ou la mort.

Conclusions des auteurs: 

Les adultes traités au moyen de la CSA à une dose initiale de 3,5-5 mg/kg/j en deux doses divisées peut-être en association avec la prednisolone par voie orale 0,15 mg/kg/j sont plus susceptibles d'obtenir une rémission partielle du syndrome néphrotique par rapport au traitement symptomatique ou à la prednisolone seule. Cependant, il existe une probabilité de détérioration de la fonction rénale du fait de l'effet néphrotoxique de la CSA sur le long terme. Pour la CSA, un essai contrôlé de plus grande envergure avec un suivi plus long devrait être réalisé pour démontrer le bénéfice de ce traitement non seulement sur la protéinurie mais également sur la préservation de la fonction rénale. Les données disponibles actuellement ne sont pas favorables à l'emploi général des substances alkylantes pour le traitement de la FSGS chez les adultes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les corticoïdes restent le traitement le plus courant pour le syndrome néphrotique idiopathique, y compris pour la glomérulosclérose segmentaire et focale (FSGS). Cependant, seulement près de 20 % des patients souffrant de FSGS connaissent une rémission partielle ou complète du syndrome néphrotique malgré le traitement.

Objectifs: 

Évaluer les effets de différents traitements immunomodulateurs et immunosuppresseurs chez les adultes souffrant de FSGS.

La stratégie de recherche documentaire: 

MEDLINE, EMBASE et CENTRAL ont été consultés, et une recherche manuelle a été effectuée dans les rapports des congrès de l'American Society of Nephrology et de l'European Dialysis and Transplantation Association.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR examinant les effets de différentes doses, stratégies de dose et durée de traitement au moyen de stéroïdes, d'agents alkylants, de cyclosporine A et d'antimétabolites dans le traitement de la FSGS chez les adultes, ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs ont de façon indépendante évalué les résumés et/ou articles complets pour déterminer quelles études satisfaisaient aux critères d'inclusion. Les informations ont été saisies sur une fiche de données distincte pour chaque étude identifiée. Les données se rapportant aux résultats (rémission complète ou partielle du syndrome néphrotique, doublement de la créatininémie, effets indésirables) provenant des études identifiées ont été incluses. Les résultats ont été exprimés sous forme de risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Quatre études (108 participants) ont été incluses. Trois études ont étudié la cyclosporine A (CSA) accompagnée ou non de prednisone par rapport à la prednisone ou à l'absence de traitement, et une étude a comparé le chlorambucil associé à la prednisone par rapport à l'absence de traitement. Les données de résultats étaient uniquement disponibles pour la rémission complète ou partielle et le doublement de la créatininémie. Il y avait une augmentation significative du nombre de participants ayant obtenu une rémission complète ou partielle avec la CSA plus une faible dose de prednisone par rapport à la prednisone seule (une étude, 49 participants : RR 8,85, IC à 95% entre 1,22 et 63,92). Les analyses combinées n'ont pas été effectuées en raison de l'hétérogénéité des données.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.