Les patients cancéreux qui présentent de la fièvre et pour lesquels une infection est suspectée peuvent être traités au moyen d'une seule bêta-lactamine dite de nouvelle génération, et la monothérapie est aussi efficace que le traitement combiné (deux age

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La chimiothérapie anticancéreuse et la greffe de moelle osseuse perturbent le système immunitaire et exposent les patients à une infection sévère. La fièvre constitue le premier signe d'infection et indique un affaiblissement des défenses immunitaires et une réduction de la production de globules blancs. Auparavant, les patients étaient généralement traités au moyen d'une combinaison de deux types d'antibiotiques. Les preuves indiquent qu'un traitement utilisant un seul nouveau médicament (monothérapie) appartenant à la classe des bêta-lactamines est associé à de meilleurs résultats. Cette monothérapie améliore la survie, tandis que les effets secondaires, qui affectent principalement les reins, sont plus fréquents sous traitement combiné.

Conclusions des auteurs: 

La bêta-lactamine en monothérapie est avantageuse par rapport au traitement combinant bêta-lactamine + aminoside en termes de survie, d'événements indésirables et de surinfections fongiques. L'échec du traitement ne doit pas être considéré comme critère de jugement principal dans les essais ouverts car il reflète principalement les modifications du traitement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement empirique optimal dans la neutropénie fébrile reste sujet à débat. De nouvelles bêta-lactamines à large spectre ont été développées en monothérapie, alors qu'une combinaison de bêta-lactamine et d'aminoside était traditionnellement utilisée.

Objectifs: 

Comparer une bêta-lactamine en monothérapie à un traitement combinant bêta-lactamine + aminoside chez les patients cancéreux présentant de la fièvre et une neutropénie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), (Bibliothèque Cochrane, numéro 3, 2007), LILACS (juin 2007) et PubMed (juin 2007), ainsi que plusieurs actes de conférence (jusqu'en 2006). Nous avons examiné les références bibliographiques de toutes les études incluses ainsi que les revues pertinentes, et contacté l'auteur principal de chaque essai inclus ainsi que des sociétés pharmaceutiques.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant toute bêta-lactamine en monothérapie à toute combinaison de bêta-lactamine + aminoside dans le traitement empirique initial des patients cancéreux atteints de neutropénie fébrile. Le critère de jugement principal était la mortalité toutes causes confondues.

Recueil et analyse des données: 

Les données de la mortalité toutes causes confondues, de la mortalité liée à l'infection, de l'échec du traitement (y compris les modifications du traitement), des surinfections, des effets indésirables et de la qualité des études ont été extraites par deux auteurs de revue de manière indépendante. Les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95% ont été estimés. Dans la mesure du possible, les résultats ont été extraits au moyen d'une analyse en intention de traiter (ITT). Les composants individuels de la qualité méthodologique ont été examinés au moyen d'analyses de sensibilité. Les données publiées ont été complétées par des informations sollicitées aux auteurs.

Résultats principaux: 

Soixante-huit essais publiés entre 1983 et 2007 ont été inclus. La mortalité toutes causes confondues était inférieure sous monothérapie, RR de 0,87, IC à 95 %, entre 0,75 et 1,02. Les résultats étaient similaires pour les essais comparant la même bêta-lactamine dans les deux bras (10 essais, 1 646 épisodes, RR de 0,74, IC à 95 %, entre 0,53 et 1,06) et les essais comparant différentes bêta-lactamines, généralement une bêta-lactamine à large spectre par rapport à une bêta-lactamine à spectre moins large + aminoside (37 essais, 5 468 épisodes, RR de 0,91, IC à 95 %, entre 0,77 et 1,09). La mortalité liée à l'infection était significativement inférieure sous monothérapie (RR de 0,80, IC à 95 %, entre 0,64 et 0,99). L'échec du traitement était significativement plus fréquent sous monothérapie dans les essais comparant la même bêta-lactamine (15 essais, 2 761 épisodes, RR de 1,11, IC à 95 %, entre 1,02 et 1,21), et significativement plus fréquent sous traitement combiné dans les essais comparant différentes bêta-lactamines (53 essais, 7 524 épisodes, RR de 0,92, IC à 95 %, entre 0,87 et 0,96). La fréquence des surinfections bactériennes était comparable, tandis que les surinfections fongiques étaient plus fréquentes sous traitement combiné. Les événements indésirables étaient plus fréquents sous traitement combiné, 4 patients à traiter pour observer un effet nuisible du traitement (IC à 95 %, entre 4 et 5). En particulier, la différence en termes de néphrotoxicité était hautement significative. Les méthodes d'étude adéquates étaient associées à une estimation de l'effet plus importante pour la mortalité et plus réduite pour l'échec du traitement. Presque tous les essais étaient ouverts. Il n'existait aucune corrélation entre les taux de mortalité et d'échec dans ces essais.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.