Traitements visant à combattre les infections fongiques qui provoquent une aspergillose broncho-pulmonaire allergique chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Objectif de la revue

Nous souhaitions examiner les éléments de preuve sur des traitements visant à combattre les infections fongiques qui provoquent une aspergillose broncho-pulmonaire allergique chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Contexte

L'aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) est une réaction allergique du poumon à un type de champignon (généralement Aspergillus fumigatus) chez certaines personnes atteintes de mucoviscidose. Elle provoque une toux et une respiration sifflante et, parfois, une fièvre. Si elle n’est pas traitée, l'ABPA peut provoquer des lésions pulmonaires chroniques. Elle est habituellement traitée par de fortes doses de corticostéroïdes (également connus sous le nom de corticoïdes). Cependant, il n'a pas été prouvé que les corticostéroïdes peuvent empêcher la fonction pulmonaire de se détériorer à long terme. En outre, l'utilisation à long terme de corticoïdes est liée à de graves effets secondaires. Traiter le champignon qui cause l'ABPA peut être une alternative à l'utilisation de fortes doses de corticoïdes pour lutter contre la réaction allergique.

Date de recherche

Les preuves sont à jour jusqu'à mars 2014.

Caractéristiques des études

Aucun essai que nous pouvions inclure dans la revue n'a été trouvé.

Principaux résultats

Il existe quelques essais menés chez les personnes sans mucoviscidose qui ont montré que si un traitement est administré afin de réduire le champignon, la dose de stéroïde peut être réduite, sans aucun effet indésirable. Cependant, dans un centre pour la mucoviscidose, des chercheurs ont observé que lorsqu'un traitement antifongique était administré en plus des stéroïdes, plusieurs personnes devenaient incapables de produire une quantité suffisante de cortisol (une hormone) dans leurs glandes surrénales en réponse au stress. De notre point de vue, il n'existe pas suffisamment de preuves pour recommander l'utilisation d'un traitement antifongique chez les personnes atteintes de mucoviscidose et d'ABPA. Un essai de ces médicaments devrait être entrepris afin d'évaluer leurs effets à long et à court terme.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, il n'existe pas d'essais contrôlés randomisés pour évaluer l'utilisation des traitements antifongiques dans le traitement de l'ABPA chez les personnes atteintes de mucoviscidose, bien que des essais chez des personnes qui ne sont pas atteintes de mucoviscidose aient mis en évidence des preuves cliniques et sérologiques d'une amélioration ainsi qu'une réduction dans l'utilisation de corticoïdes, sans augmentation des effets indésirables. Des essais avec des mesures de critères de jugement claires sont nécessaires pour évaluer correctement ce traitement potentiellement utile pour la mucoviscidose.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) est une réaction allergique à la colonisation des poumons par le champignon Aspergillus fumigatus et elle affecte environ 10 % des personnes atteintes de mucoviscidose. L'ABPA est associée à un déclin accéléré de la fonction pulmonaire. Des doses élevées de corticoïdes sont le principal traitement de l'ABPA ; bien que les bénéfices à long terme ne soient pas évidents, leurs nombreux effets secondaires sont bien documentés. Un groupe de composés, les azoles, présentent une activité contre Aspergillus fumigatus et ils ont été proposés comme une alternative thérapeutique pour l'ABPA. Dans ce groupe, l'itraconazole est le plus actif. Un composé antifongique distinct, l'amphotéricine B, a été utilisé sous forme d'aérosol pour traiter l'infection invasive à Aspergillus fumigatus, et il pourrait présenter un potentiel pour le traitement de l'ABPA. Le traitement antifongique de l'ABPA dans la mucoviscidose doit être évalué.

Objectifs: 

La revue visait à tester les hypothèses selon lesquelles les interventions antifongiques pour le traitement de l'ABPA dans la mucoviscidose :
1. améliorent l'état clinique par rapport à un placebo ou un traitement standard (sans placebo) ;
2. n'ont pas d'effets indésirables inacceptables.

Si ces effets bénéfiques étaient démontrés, nous souhaitions évaluer le type, la durée et la dose optimaux d’un traitement antifongique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué des références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles dans des revues et des résumés d’actes de conférence pertinents.

En outre, des laboratoires pharmaceutiques ont été contactés.

Date de la recherche la plus récente effectuée dans le registre des essais cliniques du groupe : 17 mars 2014.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés publiés ou non publiés, où des traitements antifongiques ont été comparés soit à un placebo soit à l'absence de traitement, ou bien dans lesquels des doses différentes du même traitement ont été utilisées dans le traitement de l'ABPA chez des personnes atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Quatre essais ont été identifiés par les recherches ; aucun n'a été jugé éligible pour l'inclusion dans la revue.

Résultats principaux: 

Aucun essai contrôlé randomisé achevé n'a été inclus.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.