Les vaccins pour prévenir le rhume banal

Question de la revue

Nous avons cherché à déterminer si les vaccins peuvent aider à prévenir le rhume banal.

Contexte

Le rhume banal est causé par une infection virale des voies respiratoires supérieures, et les personnes affectées se sentent généralement mieux lorsque le virus meurt. Les personnes ayant un rhume banal se sentent mal, ont le nez qui coule, le nez bouché, éternuent, toussent, ont parfois des maux de gorge, et une légère élévation de la température de leur corps. Les traitements visent à soulager les symptômes.

Le rhume banal affecte de très nombreuses personnes dans le monde entier. Il a été difficile de produire des vaccins pour prévenir le rhume banal en raison des nombreux virus impliqués. L'effet des vaccins pour prévenir le rhume banal chez les personnes en bonne santé reste inconnu.

Date de la recherche

Pour cette mise à jour, nous avons effectué des recherches dans la littérature jusqu'au 2 septembre 2016.

Caractéristiques de l'étude

Nous n'avons pas trouvé de nouvelles études dans cette mise à jour. Cette revue inclut un essai contrôlé randomisé précédemment identifié et réalisé en 1965. Cette étude portait sur 2307 personnes en bonne santé dans un établissement de formation pour la marine américaine et a évalué l'effet d'un vaccin portant sur un adénovirus vivant affaibli (atténué) par rapport à un vaccin factice (un placebo).

Sources de financement de l'étude

Cette étude a été financée par une institution gouvernementale.

Principaux résultats

Il n'y avait aucune différence dans la fréquence d'apparition du rhume banal entre ceux ayant reçu le vaccin par rapport à ceux ayant reçu un vaccin factice. Il n'y avait aucun effet indésirable lié au vaccin. Cependant, en raison du faible nombre de participants inclus dans l'étude et du faible nombre de rhumes, ainsi que des défauts dans la conception de l'étude, notre confiance dans les résultats est faible. Des recherches supplémentaires pourraient permettre de clarifier si les vaccins peuvent prévenir le rhume, étant donné que les preuves actuelles ne permettent pas de recommander l'utilisation du vaccin à base d'adénovirus pour prévenir le rhume banal chez les personnes en bonne santé.

Qualité des preuves

Nous avons évalué la qualité des preuves comme étant faible en raison d'un risque de biais élevé, du faible nombre de participants inclus dans l'étude et du faible nombre de rhumes, ce qui a entraîné des imprécisions.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue Cochrane était basée sur une seule étude et des preuves de faible qualité. Nous n'avons pas trouvé de résultats concluants pour soutenir l'utilisation des vaccins pour prévenir le rhume chez les personnes en bonne santé par rapport à un placebo. Nous avons identifié un besoin d'ECR bien conçus et de puissance adéquate pour étudier les vaccins contre le rhume banal chez les personnes en bonne santé. Les futurs essais sur les traitements médicaux pour prévenir le rhume devraient évaluer une gamme de vaccins viraux pour cette affection. Les mesures de résultats devraient inclure l'incidence du rhume, l'innocuité du vaccin, et la mortalité liée au vaccin.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le rhume banal est une infection des voies respiratoires supérieures guérissant spontanément, caractérisée par des écoulements et une congestion nasale, des éternuements, la présence de toux, des malaises, des maux de gorge, et de la fièvre (généralement < 37,8 ° C). La large morbidité causée par le rhume dans le monde est liée à son omniprésence plutôt qu'à sa gravité. Le développement de vaccins contre le rhume banal a été difficile en raison de la variabilité des antigènes du virus du rhume et des multiples autres virus indétectables, voire des bactéries agissant comme agents infectieux. Il existe des incertitudes concernant l'efficacité et l'innocuité des interventions pour prévenir le rhume chez les personnes en bonne santé. Cet article est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2011 et précédemment mise à jour en 2013.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité clinique et l'innocuité des vaccins pour prévenir le rhume chez les personnes en bonne santé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (septembre 2016), MEDLINE (de 1948 à septembre 2016), Embase (de 1974 à septembre 2016), CINAHL (de 1981 à septembre 2016) et LILACS (de 1982 à septembre 2016). Nous avons également effectué des recherches dans trois registres d'essais pour les études en cours et sur quatre sites Internet pour obtenir des essais supplémentaires (en février 2017). Nous n'avons pas placé de limites concernant la langue ou la date de publication.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des vaccins viraux par rapport à un placebo pour prévenir le rhume chez les personnes en bonne santé.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait les données. Nous avons résolu les désaccords par la discussion ou en consultant un troisième auteur de la revue.

Résultats principaux: 

Nous n'avons trouvé aucun ECR supplémentaire pour inclusion dans cette mise à jour. Cette revue inclut un ECR, réalisé dans les années 1960 avec un risque de biais globalement élevé. Cet ECR incluait 2307 participants en bonne santé, et ceux-ci ont tous été inclus dans les analyses. Cet essai comparait l'effet d'un vaccin à base d'adénovirus par rapport à un placebo. Aucune différence statistiquement significative dans l'incidence du rhume n'a été trouvée : il y avait 13 (1,14 %) événements chez les 1139 participants recevant le vaccin et 14 (1,19 %) événements chez les 1168 participants recevant un placebo (risque relatif 0,95, intervalle de confiance à 95 % 0,45 à 2,02 ; P = 0,90). Aucun effet indésirable lié au vaccin vivant n'a été signalé. La qualité des preuves était faible en raison de limitations dans la qualité méthodologique et d'un large intervalle de confiance à 95 %.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.