Traitement au facteur de croissance, le facteur de croissance insulinomimétique humain recombinant de type 1, de la sclérose latérale amyotrophique (maladie du motoneurone)

Le facteur de croissance insulinomimétique humain recombinant de type 1 (rhIGF-1) est une protéine humaine génétiquement modifiée. En théorie, il devrait accroître la survie des motoneurones qui dégénèrent dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA, également appelée maladie du motoneurone (MMN)). Il est administré par injection sous-cutanée (injection sous la peau) quotidienne. Trois essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur 779 participants ont mesuré la progression de la maladie sur des échelles d'évaluation clinique spéciales de la gravité de la maladie dans les cas de SLA. Les auteurs de la revue ont recueilli les données sur les événements indésirables des études incluses. Les résultats combinés des deux études incluses qui utilisaient l'échelle d'évaluation (AALSRS) ont montré un léger avantage significatif en faveur du rhIGF-1. En raison de défauts significatifs dans le plan des essais, les avantages statistiquement significatifs concernant certains critères de jugement sont d'une pertinence douteuse. Il y a eu un risque accru de réactions au point d'injection avec le rhIGF-1. Une troisième étude utilisant un critère de jugement différent n'a montré aucune différence entre le traitement et un placebo. Les ECR disponibles combinés ne fournissent pas d'informations soutenant l'hypothèse selon laquelle le rhIGF-1 est un traitement modificateur de maladie efficace pour la SLA. Les trois études incluses ont présenté un risque de biais important. Ces problèmes ont gravement réduit la capacité de cette revue à remplir ses objectifs.

Conclusions des auteurs: 

La méta-analyse a révélé une différence significative en faveur du traitement au rhIGF-1 ; cependant, la qualité des preuves issues des deux essais inclus était faible. Une troisième étude n'a montré aucune différence entre le traitement et le placebo. Il n'existe aucune preuve de l'augmentation de la survie avec l'IGF1. Les trois essais présentaient un risque de biais élevé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le facteur de croissance insulinomimétique humain recombinant de type 1 (rhIGF-1) est un traitement modificateur de la maladie potentiel pour la sclérose latérale amyotrophique (SLA, qui est également appelée maladie du motoneurone (MMN)).

Objectifs: 

Examiner l'efficacité du rhIGF-1 pour affecter la progression de la maladie, l'impact sur les mesures de l'état de santé fonctionnel, pour prolonger la survie et retarder l'utilisation de substituts (trachéostomie et ventilation mécanique) pour maintenir la survie dans les cas de SLA. La survenue d'événements indésirables a également été examinée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (le 21 novembre 2011), CENTRAL (2011, numéro 4), MEDLINE (de janvier 1966 à novembre 2011) et EMBASE (de janvier 1980 à novembre 2011) et avons recherché des informations auprès des auteurs d'essais cliniques randomisés et des fabricants de rhIGF-1.

Critères de sélection: 

Nous avons pris en compte tous les essais cliniques contrôlés randomisés portant sur le traitement au rhIGF-1 d'adultes présentant une SLA certaine ou probable selon les critères de El Escorial. Le critère de jugement principal était le changement de score total sur l'échelle Appel d'évaluation de la sclérose latérale amyotrophique (AALSRS) après neuf mois de traitement et les critères de jugement secondaires étaient le changement de l'échelle AALSRS à 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 mois, le changement de qualité de vie (sur l'échelle du Sickness Impact Profile), la survie et les événements indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Chaque auteur a classé de façon indépendante les risques de biais dans les études incluses. L'auteur principal a extrait les données et les autres auteurs les ont vérifiées. Nous avons généré des données manquantes en procédant à des mesures de données à la règle sur des graphiques publiés. Nous avons recueilli les données sur les événements indésirables des études incluses.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié trois essais contrôlés randomisés (ECR) du rhIGF-I, portant sur 779 participants, à inclure dans l'analyse. Dans un essai européen (183 participants), la différence moyenne (DM) de changement du score total sur l'échelle AALSRS après neuf mois a été de -3,30 (intervalle de confiance (IC) à 95 % -8,68 à 2,08). Dans un essai réalisé en Amérique du Nord (266 participants), la DM après neuf mois a été de -6,00 (IC à 95 % -10,99 à -1,01). L'analyse combinée des deux ECR a montré une DM après neuf mois de -4,75 (IC à 95 % -8,41 à -1,09), une différence significative en faveur du groupe traité. Les mesures des critères de jugement secondaires ont montré des tendances non-significatives en faveur du rhIGF-I. Il y a eu un risque accru de réactions au point d'injection avec le rhIGF-I (risque relatif 1,26, IC à 95 % 1,04 à 1,54). . Un deuxième essai réalisé en Amérique du Nord (330 participants) a utilisé un nouveau critère de jugement principal impliquant un test manuel de la force musculaire. Aucune différence n'a été démontrée entre les groupes traités et les groupes sous placebo dans cette étude. Les trois essais présentaient un risque de biais élevé.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.