Administration précoce de corticostéroïdes inhalés pour la prévention de maladies pulmonaires chroniques chez les prématurés ventilés en insuffisance pondérale à la naissance

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les prématurés qui nécessitent une assistance respiratoire développent généralement une maladie pulmonaire chronique qui serait due à une inflammation des poumons. Les corticostéroïdes administrés par voie orale ou intraveineuse réduisent cette inflammation. Toutefois, ils sont associés à de graves effets secondaires. Leur administration est associée à une paralysie cérébrale (troubles moteurs) et à un retard du développement. Il est possible que l'inhalation de stéroïdes, pour le médicament arrive jusqu'aux poumons, réduise le nombre d'effets indésirables. La présente revue a examiné des essais comparant des prématurés auxquels des stéroïdes étaient administrés par inhalation à des prématurés auxquels un placebo (faux médicament) inhalé était administré alors qu'ils étaient sous assistance respiratoire. Il n'y avait aucune preuve confirmant que l'administration précoce de stéroïdes inhalés à des bébés sous ventilation mécanique et placés en soins intensifs néonataux pouvait réduire l'apparition de maladies pulmonaires chroniques.

Conclusions des auteurs: 

Selon la présente revue mise à jour, il n'existe aucune preuve dans les essais examinés de l'efficacité d'une administration précoce (au cours des deux premières semaines de vie) de stéroïdes inhalés à des prématurés ventilés au niveau de la réduction de l'incidence d'une MPC. À l'heure actuelle, l'administration de stéroïdes inhalés à cette population ne peut pas être recommandée. Des études sont nécessaires pour identifier le rapport risque/bénéfice des différentes techniques d'administration et des schémas posologiques de ces médicaments. Des études doivent être réalisées afin d'identifier les effets bénéfiques et indésirables à court et long terme des stéroïdes inhalés en privilégiant les résultats neurodéveloppementaux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une maladie pulmonaire chronique est une complication couramment rencontrée chez les prématurés. Il existe un nombre grandissant de preuves selon lesquelles l'inflammation joue un rôle important dans la pathogénèse d'une maladie pulmonaire chronique (MPC). En raison de leurs fortes propriétés anti-inflammatoires, les corticostéroïdes sont une stratégie d'intervention intéressante. Toutefois, les interrogations concernant les effets à court et long terme des corticostéroïdes systémiques se multiplient. En théorie, l'administration de corticostéroïdes inhalés peut avoir des effets bénéfiques sur le système pulmonaire avec des risques réduits d'effets secondaires systémiques indésirables.

Objectifs: 

Déterminer l'impact des corticostéroïdes inhalés administrés à des prématurés ventilés en insuffisance pondérale à la naissance au cours des deux premières semaines de vie pour la prévention de maladies pulmonaires chroniques (MPC).

La stratégie de recherche documentaire: 

Des essais randomisés et quasi randomisés ont été identifiés en effectuant des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 3, 2007), MEDLINE (de 1966 à juillet 2007), EMBASE (de 1980 à juillet 2007), CINAHL (de 1982 à juillet 2007), les listes bibliographiques d'essais et des résumés publiés dans Pediatric Research ou en ligne sur le site Web de Pediatric Academic Societies (de 1990 à avril 2007). Ces recherches ont été mises à jour en 2011.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés concernant un traitement de corticostéroïdes inhalés initié au cours des deux premières semaines de vie d'enfants ventilés en insuffisance pondérale à la naissance (<1 500 grammes) ont été inclus dans cette revue.

Recueil et analyse des données: 

Les données relatives aux résultats cliniques incluant des maladies pulmonaires chroniques à 28 jours ou 36 semaines d'âge post-menstruel (APM), la mortalité, des résultats combinés de la mortalité ou d'une MPC à 28 jours d'âge et à 36 semaines d'APM, le besoin d'administrer des corticostéroïdes systémiques, l'échec de l'extubation dans un délai de 14 jours et les effets indésirables des corticostéroïdes ont été évalués. Toutes les données ont été analysées à l'aide de RevMan 4.2.10. Quand cela était possible, une méta-analyse était réalisée en utilisant le risque relatif (RR), la différence de risque (DR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. En cas de DR importante, le nombre de sujets à traiter (NST) était calculé.

Résultats principaux: 

Un seul essai en cours a été identifié pour être inclus dans cette mise à jour. Onze essais évaluant l'impact des corticostéroïdes inhalés pour la prévention des MPC ont été identifiés. Quatre essais ont été exclus. La présente revue inclut des analyses de données basées sur sept essais qualifiés. Il n'y avait aucun effet statistiquement significatif des stéroïdes inhalés sur les MPC à 28 jours [RR typique 1,05 (IC à 95 % 0,84 à 1,32) ; DR typique 0,02 (IC à 95 % - 0,07 à 0,11)] ou à 36 semaines d'APM [RR typique 0,97 (IC à 95 % 0,62 à 1,52) ; DR typique 0,00 (IC à 95 % - 0,07 à 0,06)], lors de l'analyse de tous les prématurés randomisés ou parmi les survivants. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée au niveau de la mortalité ou des résultats combinés de la mortalité et d'une MPC à 28 jours d'âge ou à 36 semaines d'APM. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative au niveau des événements indésirables entre les groupes.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.