Loxapine dans la schizophrénie

La schizophrénie est un trouble mental grave, chronique et récidivant dont la prévalence mondiale au cours de la vie est d'environ 1 %.

Les antipsychotiques typiques et atypiques sont utilisés dans le traitement des patients schizophrènes afin de réduire les épisodes psychotiques ou la gravité des symptômes. Néanmoins, une partie des patients ne répond pas suffisamment bien aux médicaments antipsychotiques. Les antipsychotique typiques et atypiques sont associés à des effets indésirables graves qui sont non seulement désagréables pour les patients, mais peuvent également être associés à une réduction subséquente de l'observance du traitement pouvant entraîner une rechute.

La loxapine est un médicament antipsychotique disponible en Belgique, au Canada, au Danemark, en France, en Allemagne, en Islande, en Irlande, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Nous avons procédé à une évaluation systématique des effets de cet antipsychotique et avons pu inclure 41 essais randomisés suite aux mises à jour de 2005 et 2007.

La loxapine pourrait être efficace dans le traitement de la schizophrénie mais ne présente pas de grande différence par rapport aux antipsychotiques typiques plus anciens (chlorpromazine, trifluopérazine, perphénazine) ou d'autres médicaments atypiques (rispéridone, quétiapine) en termes d'efficacité du traitement. La loxapine peut cependant entraîner davantage d'effets indésirables extrapyramidaux par rapport aux médicaments atypiques.

Conclusions des auteurs: 

La loxapine est un antipsychotique qui ne se distingue pas clairement des médicaments typiques et atypiques en termes d'effets sur l'état global et mental. Le profil d'effets indésirables de la loxapine est similaire à celui des anciennes générations de médicaments antipsychotiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Certains auteurs ont suggéré que la loxapine était plus efficace que les antipsychotiques typiques pour réduire les symptômes négatifs de la schizophrénie, que les effets indésirables extrapyramidaux n'étaient généralement pas observés à des doses antipsychotiques cliniquement efficaces, et qu'elle devrait donc entrer dans la catégorie des atypiques.

Objectifs: 

Déterminer les effets de la loxapine par rapport à un placebo ou d'autres médicaments antipsychotiques typiques ou atypiques dans la schizophrénie et les psychoses de même nature.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour de 2007, nous avons consulté le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (janvier 2007).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais cliniques comparatifs randomisés portant sur la prise en charge de la schizophrénie et comparant de la loxapine à d'autres traitements.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons examiné les résumés de manière indépendante et obtenu des articles, que nous avons réexaminés et dont nous avons évalué la qualité. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'intention de traiter à partir d'un modèle à effets fixes. Le nombre de sujets à traiter (NST)/nombre nécessaire pour nuire (NNN) ont été calculés lorsque cela était approprié. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP) sur la base d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux: 

41 études ont pu être incluses dans cette revue. Par rapport au placebo, la loxapine a un effet antipsychotique (effet global - absence d'amélioration à six semaines : n = 78, 2 ECR, RR de 0,30, IC entre 0,1 et 0,6, NST de 3, IC entre 3 et 5). Elle est aussi efficace que les médicaments typiques à court terme (4-12 semaines) (effet global : n = 580, 13 ECR, RR de 0,86, IC entre 0,7 et 1,1 ; état mental : n = 915, 6 ECR, RR de 0,89, IC entre 0,8 et 1,1). Des données très limitées et hétérogènes suggèrent que la loxapine administrée par voie intramusculaire (IM) pourrait être au moins aussi sédative que l'halopéridol et le thiothixène IM. La loxapine est également aussi efficace que les médicaments atypiques (rispéridone, quétiapine) (n = 468, 6 ECR, RR d'absence d'amélioration de l'état mental de 1,07, IC entre 0,8 et 1,5). Son profil d'effets indésirables est similaire à celui des médicaments typiques, mais la loxapine pourrait entraîner davantage d'effets indésirables extrapyramidaux par rapport aux médicaments atypiques (n = 340, 4 ECR, RR de 2,18, IC entre 1,6 et 3,1).

Notes de traduction: 

Évaluation interne par les pairs du groupe Cochrane sur la schizophrénie finalisée (voir Module).
Évaluation externe par les pairs programmée.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.