Nouvelles céphalosporines de troisième génération contre antibiotiques conventionnels pour le traitement de la méningite bactérienne aiguë

La méningite bactérienne aiguë est une maladie menaçant le pronostic vital. Les preuves actuelles suggèrent que les anciens et les nouveaux antibiotiques offrent le même niveau de traitement. Les bactéries à l’origine de la méningite sont souvent supposées être résistantes aux antibiotiques conventionnels (anciens) de sorte que les médecins prescrivent souvent les nouveaux antibiotiques (appelés céphalosporines de troisième génération). Il est d’une importance capitale que le traitement soit débuté tôt et le choix de l’antibiotique est souvent pris sans connaissance préalable d’une éventuelle pharmacorésistance. Cette revue a examiné 19 études regroupant 1 496 participants afin de déterminer si l'efficacité en pratique des antibiotiques conventionnels et des nouveaux antibiotiques était différente. Cette mis à jour de la revue n’a montré aucune différence. Les effets indésirables des deux approches étaient similaires, exception faite de la diarrhée, qui était plus fréquente dans le groupe des céphalosporines. Seules trois études ont inclus des patients adultes ; les études restantes ont inclus des participants âgés de moins de 15 ans. Nous estimons par conséquent que les résultats s’appliquent probablement plus aux enfants. Les antibiotiques conventionnels et les nouveaux antibiotiques semblent constituer des options raisonnables pour un traitement initial immédiat. Le choix peut dépendre de leur disponibilité, de leur abordabilité et des politiques locales.

Conclusions des auteurs: 

La revue ne montre aucune différence cliniquement importante entre les céphalosporines de troisième génération (ceftriaxone ou céfotaxime) et les antibiotiques conventionnels (combinaison ampicilline-chloramphénicol ou chloramphénicol seul). Le choix des antibiotiques dépend ainsi de leur coût et de leur disponibilité. Le profil de résistance antimicrobienne par rapport à divers antibiotiques doit faire l’objet d’une surveillance étroite dans les pays à revenu faible à intermédiaire ainsi que dans les pays à revenu élevé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une antibiothérapie doit être débutée immédiatement en cas de suspicion de méningite bactérienne aiguë (MBA), voire même avant que les résultats de la culture de liquide céphalorachidien (LCR) et de la sensibilité aux antibiotiques ne soient disponibles. Le commencement immédiat d’un traitement efficace par voie intraveineuse peut réduire la mortalité et l’incapacité.

Objectifs: 

Comparer l’efficacité et l’innocuité des céphalosporines de troisième génération (ceftriaxone ou céfotaxime) au traitement standard par pénicilline ou ampicilline-chloramphénicol chez les patients souffrant de MBA communautaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2011, numéro 1), qui contient la base de données spécialisée du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, MEDLINE (janvier 1966 à la 4e semaine du mois de mars 2011) et EMBASE (janvier 1974 à avril 2011). Nous avons également consulté les bibliographies des revues d’article et des chapitres de livres, et avons contacté des experts pour tous les essais non publiés.

Critères de sélection: 

Essais cliniques randomisés (ECR) comparant les céphalosporines de troisième génération (ceftriaxone ou céfotaxime) aux antibiotiques conventionnels (combinaison ampicilline-chloramphénicol ou chloramphénicol seul) en tant que traitement empirique de la MBA chez les adultes et les enfants.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont appliqué les critères de sélection des études, évalué la qualité méthodologique et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Dix-neuf essais comprenant 1 496 patients ont été inclus dans l’analyse.il n’y avaient pas d’hétérogénéité dans les résultats des études, excepté pour la diarrhée. Aucune différence statistiquement significative n'a été notée entre les groupes quant au risque de décès (différence de risques (DR) 0 % ; intervalle de confiance (IC) à 95 % -3 % à 2 %), au risque de surdité (DR -4 % ; IC à 95 % -9 % à 1 %) ou au risque d’échec du traitement (DR -1 % ; IC à 95 % -4 % à 2 %). Il a cependant été constaté une diminution notable du risque de positivité de la culture de LCR après 10 à 48 heures (DR – 6 % ; IC à 95 % -11 % à 0 %) et une augmentation statistiquement significative du risque de diarrhée entre les groupes (DR 8 % ; IC à 95 % 3 % à 13 %) avec les céphalosporines de troisième génération. Le risque de neutropénie et d’éruption cutanée n'était pas sensiblement différent entre les deux groupes. Il importe cependant, en raison de la résistance accrue aux antibiotiques depuis les années 1980, d’interpréter le résultat de cette revue avec prudence.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.