Sclérothérapie par injection pour les veines variqueuses

Les veines variqueuses sont des veines noueuses, dilatées, visiblement irrégulières, apparaissant généralement dans les jambes. Elles peuvent provoquer des douleurs, des sensations gênantes de brûlure, un endolorissement et des démangeaisons, ainsi qu'un endolorissement généralisé, une lourdeur ou un gonflement des jambes, des crampes nocturnes et un syndrome des jambes sans repos. Il existe par ailleurs peu de corrélation entre ces symptômes et l'étendue ou la taille des veines variqueuses qui, comme les anomalies veineuses mineures telles que les varicosités ou les érythèmes, peuvent être disgracieuses. Le port de bas de contention gradués est une option de traitement.

La sclérothérapie par injection peut être utilisée pour les veines variqueuses superficielles, les veines variqueuses résiduelles ou récurrentes après une opération et les varicosités afin de supprimer la veine variqueuse. Un liquide irritant, tel que le tétradécyl sulfate de sodium (TSS), est injecté dans le vaisseau sanguin défectueux. Des pansements compressifs au point d'injection et des bandages de compression peuvent ensuite être appliqués, les options comprenant des bandes Velpeau, des bandages élastiques brevetés ou des bas de contention. Les bandages peuvent provoquer une gêne et un gonflement des pieds et peuvent glisser. Les complications possibles de la sclérothérapie comprennent la formation de caillots sanguins, la coloration de la peau, l'inflammation, les ulcères et les lésions tissulaires, ainsi que les réactions à l'agent sclérosant.

Dix-sept essais contrôlés randomisés portant sur plus de 3 300 personnes ont été inclus dans la revue. Une étude comparant la sclérothérapie aux bas de contention durant la grossesse a découvert que la sclérothérapie améliorait les symptômes et l'aspect esthétique. Il n'y a eu aucun bénéfice global avec l'utilisation d'agents alternatifs au TSS (quatre essais) ni aucune preuve indiquant qu'une mousse était supérieure à un liquide (deux essais). L'addition d'un anesthésique local à l'agent sclérosant n'a pas réduit la douleur d'injection dans une étude. Ni le type, ni la durée de contention élastique (sept études) ou le type de pansement compressif (une étude) après la sclérothérapie n'ont eu d'effet net sur l'efficacité de la sclérothérapie, le taux de récidive des veines variqueuses, l'aspect esthétique, l'amélioration des symptômes ou les complications. Un grand nombre d'études incluses ont été réalisées dans les années 1980 et il y a peu de preuves à partir desquelles il est possible d'évaluer les bénéfices de la sclérothérapie pour le traitement des veines variqueuses ou pour comparer les bas de contention gradués à la sclérothérapie. Il n'y a eu aucun essai contrôlé comparant la sclérothérapie pour traiter des varicosités soit à un traitement au laser, soit à une simple observation ; le dextrose hypertonique a eu une efficacité en termes de sclérose semblable à celle du TSS dans une étude.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves issues d'ECR suggèrent que le choix du sclérosant, de la dose, de la formulation (mousse versus liquide), du pansement compressif local, du degré et de la longueur de la contention, n'a aucun effet significatif sur l'efficacité de la sclérothérapie pour les veines variqueuses. Les preuves corroborent la place actuelle de la sclérothérapie dans la pratique clinique moderne qui se limite généralement au traitement des veines variqueuses récurrentes après opération et des varicosités. Chirurgie versus sclérothérapie est le thème d'une autre Revue Cochrane.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La sclérothérapie par injection est largement utilisée pour les veines variqueuses superficielles. Le traitement vise à supprimer la lumière des veines variqueuses ou des varicosités. Il existe peu de preuves concernant son efficacité.

Objectifs: 

Déterminer si la sclérothérapie est efficace pour améliorer les symptômes et l'aspect esthétique et présente un taux de complications acceptable ; définir les taux de récidive des veines variqueuses symptomatiques ou inesthétiques après une sclérothérapie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué une recherche dans son propre registre spécialisé, le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library, numéro 4, 2006), MEDLINE et EMBASE (de l'origine à octobre 2006 pour ces deux dernières bases de données), ainsi que dans les listes bibliographiques d'articles. Les fabricants de sclérosants ont été contactés afin d'obtenir des informations supplémentaires sur des essais.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur la sclérothérapie par injection versus bas de contention gradués (BCG) ou « observation », ou comparant différents sclérosants, différentes doses, formulations et techniques de bandage post-compression chez les personnes présentant des veines variqueuses ou des varicosités symptomatiques et/ou inesthétiques, ont été pris en compte pour inclusion dans la revue.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites par les auteurs et les coordinateurs du groupe thématique de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Dix-sept études ont été incluses. Une étude comparant la sclérothérapie aux BCG durant la grossesse a découvert que la sclérothérapie améliorait les symptômes et l'aspect esthétique. Trois études comparant le tétradécyl sulfate de sodium (TSS) à d'autres sclérosants n'ont découvert aucune différence significative en termes d'issue ou de taux de complications ; une autre étude a découvert que la sclérothérapie avec le TSS conduisait à une amélioration de l'aspect esthétique comparé au polidocanol, bien qu'il n'y ait eu aucune différence concernant les symptômes. L'association sclérosant et anesthésique local a réduit la douleur de l'injection (une étude), mais n'a eu aucun autre effet. Deux études ont comparé la sclérothérapie à la mousse et la sclérothérapie conventionnelle ; une étude n'a trouvé aucune différence concernant le taux d'échec ou la récidive des veines variqueuses ; la deuxième a montré un bénéfice à court terme de la mousse concernant l'élimination du retour veineux. Le taux de recanalisation n'a pas été différent entre les deux traitements. Une étude comparant les pansements compressifs au Molefoam et au Sorbo n'a trouvé aucune différence en termes d'érythème ou de réussite de la sclérose. Le degré et la durée de la contention élastique n'ont eu aucun effet significatif sur les taux de récidive des veines variqueuses, l'aspect esthétique ou l'amélioration des symptômes.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.