Les corticoïdes administrés à un enfant pendant plusieurs mois après l'apparition d'un syndrome néphrotique peuvent réduire les épisodes répétés

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le syndrome néphrotique est une affection au cours de laquelle les reins laissent échapper les protéines du sang dans les urines. La plupart des enfants souffrant de ce syndrome connaissent des épisodes répétés. Sans traitement, les enfants peuvent souvent mourir d'infections. Les corticoïdes (prednisone, prednisolone) sont indiqués pour traiter le syndrome néphrotique et ainsi réduire le risque de ces infections, mais ces médicaments peuvent aussi provoquer de grave effets secondaires. Cette revue a identifié 24 essais évaluant 1726 enfants. La prise continue de corticoïdes pendant plusieurs mois après le premier épisode de syndrome néphrotique a pour effet d'accroître la capacité de réduire le risque de rechutes et ce, sans augmentation des effets secondaires graves.

Conclusions des auteurs: 

Les enfants, au cours de leur premier épisode de SNCS, devraient être traités pendant au moins trois mois avec une augmentation des bénéfices pour une durée de traitement allant jusqu'à sept mois. Pour un risque de base de rechute de 60 % suivant le premier épisode avec deux mois de traitement, la prednisone ou prednisolone tous les jours pendant quatre semaines suivie par un traitement tous les deux jours pendant six mois réduirait de 33 % le nombre d'enfants connaissant des rechutes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Au cours du syndrome néphrotique (SN), les protéines s'échappent du sang vers les urines à travers le glomérule, entraînant ainsi une hypoprotéinémie et un oedème généralisé. Bien que la majorité des enfants souffrant de SN sont sensibles aux corticoïdes, 70 % d'entre eux connaissent une période de rechutes. L'utilisation de corticoïdes a réduit le taux de mortalité de près de 3 %. Cependant, les corticoïdes provoquent des effets indésirables potentiellement graves et bien connus tels que l'obésité, le déficit de croissance, l'hypertension, le diabète de type 2 et l'ostéoporose.

Objectifs: 

Déterminer les bénéfices et les préjudices des schémas thérapeutiques à base de corticoïdes visant à prévenir la rechute chez les enfants souffrant du SN cortico-sensible (SNCS).

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le rein, MEDLINE et EMBASE ainsi que des références bibliographiques d'articles ont été consultés sans restriction de langue, et des chercheurs connus ont été contactés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés réalisés auprès d'enfants (de trois mois à 18 ans) au cours de l'épisode initial ou ultérieur de SNCS, comparant différentes durées, doses totales ou autres stratégies de dose au moyen de tout corticoïde, avec des données de résultats à six mois ou plus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué indépendamment la qualité des essais et ont extrait les données. Les résultats ont été exprimés sous forme de risque relatif (RR), avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %, ou de différence moyenne (DM). La méta-régression a été utilisée pour examiner les différences potentielles entre les études en raison du risque de base de rechute, la qualité des études et les interventions.

Résultats principaux: 

Vingt-quatre essais ont été identifiés. Six essais comparant deux mois de prednisone ou de prednisolone avec trois mois ou plus au cours du premier épisode ont révélé qu'une plus longue durée réduisait significativement le risque de rechute à 12-24 mois (RR 0,70, IC à 95 % entre 0,58 et 0,84). Il a été observé une relation linéaire inverse entre la durée du traitement et le risque de rechute (RR = 1,26 - 0,112 de durée ; P = 0,03). Quatre essais ont démontré que six mois de prednisone étaient plus efficaces que trois mois pour réduire le risque de rechute (RR 0,57 ; IC à 95% entre 0,45 et 0,71). Dans une seule étude le déflazacort était significativement plus efficace pour maintenir la rémission que la prednisone chez les enfants rechutant fréquemment (RR 0,44, IC à 95 % IC entre 0,25 et 0,78). Aucune augmentation d'événements indésirables n'a été rapportée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.