Traitement sélectif par surfactant précoce versus tardif pour le syndrome de détresse respiratoire du nouveau-né

L'administration précoce de surfactant sélectif aux nouveau-nés sous ventilation assistée qui présentent des signes précoces de syndrome de détresse respiratoire (SDR) réduit le risque de lésion pulmonaire à court terme et à long terme.

Le surfactant pulmonaire est une substance qui empêche les alvéoles pulmonaires de s'effondrer sur elles-mêmes en réduisant la tension superficielle. Le surfactant est souvent présent en quantité insuffisante dans les poumons des nouveau-nés atteints du SDR. L'efficacité des extraits de surfactant pour augmenter leur taux de survie a été confirmée. La question du meilleur moment pour démarrer l'administration de surfactant reste posée. La revue d'essais a comparé le traitement sélectif précoce du SDR (au cours des deux premières heures de vie) au traitement sélectif tardif et a trouvé des preuves du bénéfice du traitement précoce.

Conclusions des auteurs: 

L'administration précoce de surfactant sélectif aux nourrissons atteints du SDR nécessitant une ventilation assistée conduit à un risque réduit de lésion pulmonaire aiguë (risque réduit de pneumothorax et d'emphysème pulmonaire interstitiel) et à un risque réduit de mortalité et de maladie pulmonaire chronique du nouveau-né comparé au retardement du traitement de ces nourrissons jusqu'à ce qu'ils présentent une aggravation du SDR.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les essais cliniques ont confirmé que le traitement par surfactant était efficace pour améliorer le besoin immédiat d'assistance respiratoire et le critère d'évaluation clinique des nouveau-nés prématurés. Des essais ont étudié un large éventail de préparations de surfactant utilisées pour prévenir (administration prophylactique ou administration en salle d'accouchement) ou traiter (administration sélective ou administration de secours) le syndrome de détresse respiratoire (SDR). En utilisant l'une ou l'autre des deux stratégies de traitement, des réductions de l'incidence du pneumothorax, ainsi qu'une amélioration significative de la survie ont été constatées. On ignore si le traitement des nourrissons souffrant d'insuffisance respiratoire plus précocement au cours du SDR présente des avantages.

Objectifs: 

Comparer les effets du traitement sélectif par surfactant précoce versus tardif pour les nouveau-nés intubés en raison d'une détresse respiratoire au cours des deux premières heures de vie. Les analyses de sous-groupe planifiées incluaient des comparaisons séparées d'études utilisant un extrait de surfactant naturel et un surfactant synthétique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans la base Oxford Database of Perinatal Trials, MEDLINE (termes MeSH : pulmonary surfactant ; texte libre : early ; limites : age, newborn ; type de publication : clinical trial), PubMed, les résumés, les actes de conférences et de symposiums, nous avons contacté des informateurs experts et effectué des recherches manuelles dans des revues en anglais. Pour la recherche mise à jour en avril 2012, nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, 2012, numéro 1) et dans PubMed (de janvier 1997 à avril 2012).

Critères de sélection: 

Les essais cliniques randomisés et quasi-randomisés comparant l'administration précoce de surfactant sélectif (administration de surfactant par le tube endotrachéal chez des nourrissons intubés en raison d'une détresse respiratoire et non spécifiquement pour l'administration de surfactant) au cours des deux premières heures de vie versus l'administration tardive de surfactant sélectif aux nourrissons ayant un SDR établi ont été pris en considération pour la revue.

Recueil et analyse des données: 

Les auteurs de la revue ont extrait des données de résultats cliniques issues de rapports d'essais cliniques. Des analyses de sous-groupe ont été réalisées sur la base du type de préparation de surfactant, de l'âge gestationnel et de l'exposition aux stéroïdes prénatals. L'analyse des données a été effectuée selon les normes du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie.

Résultats principaux: 

Six essais contrôlés randomisés ont rempli les critères de sélection. Deux des essais utilisaient un surfactant synthétique (Exosurf Neonatal) et quatre utilisaient des préparations de surfactant d'origine animale.

Les méta-analyses démontrent des réductions significatives chez le nouveau-né du risque de mortalité (risque relatif (RR) type 0,84 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,74 à 0,95 ; différence de risque (DR) type -0,04 ; IC à 95 % -0,06 à -0,01 ; 6 études ; 3 577 nourrissons), de maladies pulmonaires chroniques (RR type 0,69 ; IC à 95 % 0,55 à 0,86 ; DR type -0,04 ; IC à 95 % -0,06 à -0,01 ; 3 études ; 3 041 nourrissons) et de maladies pulmonaires chroniques ou de décès à 36 semaines (RR type 0,83 ; IC à 95 % 0,75 à 0,91 ; DR type -0,06 ; IC à 95 % -0,09 à -0,03 ; 3 études ; 3 050 nourrissons) associées au traitement précoce des nourrissons intubés souffrant de SDR.

Les nourrissons intubés randomisés dans le groupe d'administration précoce de surfactant sélectif ont également démontré un risque réduit de lésion pulmonaire aiguë, y compris un risque réduit de pneumothorax (RR type 0,69 ; IC à 95 % 0,59 à 0,82 ; DR type -0,05 ; IC à 95 % -0,08 à -0,03 ; 5 études ; 3 545 nourrissons), d'emphysème pulmonaire interstitiel (RR type 0,60 ; IC à 95 % 0,41 à 0,89 ; DR type -0,06 ; IC à 95 % -0,10 à -0,02 ; 3 études ; 780 nourrissons) et un risque réduit concernant le nombre global de syndromes de fuite aérienne (RR type 0,61 ; IC à 95 % 0,48 à 0,78 ; DR type -0,18 ; IC à 95 % -0,26 à -0,09 ; 2 études ; 463 nourrissons).

Une tendance à une réduction du risque de dysplasie bronchopulmonaire (DBP) ou de décès à 28 jours a également été observée de façon évidente (RR type 0,94 ; IC à 95 % 0,88 à 1,00 ; DR type -0,04 ; IC à 95 % -0,07 à -0,00 ; 3 études ; 3 039 nourrissons). Aucune différence concernant d'autres complications de SDR ou de prématurité n'a été constatée.

Seules deux études ont fourni des données sur les nourrissons de moins de 30 semaines. Un risque réduit de mortalité et de maladie pulmonaire chronique ou de décès du nouveau-né à 36 semaines d'âge post-menstruel a été constaté.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.