Dose quotidienne fixe d'une héparine de bas poids moléculaire comparé à une dose ajustée d'héparine non fractionnée pour le traitement des caillots sanguins dans les veines profondes (thromboembolie veineuse)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le traitement des caillots sanguins dans les veines profondes, en particulier dans les jambes et les vaisseaux sanguins des poumons, au moyen d'injections sous-cutanées d'une dose fixe d'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) entraîne moins d'hémorragies et de décès que le traitement avec l'héparine non fractionnée.

Les caillots sanguins qui se forment après une opération, un alitement ou pour d'autres raisons, peuvent obstruer les veines, conduire à des symptômes récurrents et peuvent entraîner une insuffisance respiratoire, des douleurs thoraciques, ou être mortels s'ils se déplacent jusqu'aux poumons. L'héparine non fractionnée est un médicament ancien qui fluidifie le sang et qui est administré soit par voie intraveineuse soit par injection sous-cutanée. Les facteurs de coagulation doivent être surveillés avec attention et la dose doit être ajustée en raison de la variabilité de son effet.

Cette revue de 23 essais contrôlés randomisés portant sur 9 587 participants a découvert que l'héparine de bas poids moléculaire était au moins aussi efficace que l'héparine non fractionnée pour traiter les caillots sanguins en réduisant leur taille et en prévenant leur récurrence. Elle est également plus efficace pour prévenir les hémorragies et les décès.

Conclusions des auteurs: 

La HBPM à dose fixe est plus efficace et plus sûre que la HNF à dose ajustée pour le traitement initial de la TEV. Comparé à la HNF, la HBPM a réduit significativement l'incidence des complications thrombotiques, la survenue d'hémorragies majeures durant le traitement initial et la mortalité globale lors du suivi.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) ont une efficacité et une sécurité avérées pour prévenir la thromboembolie veineuse (TEV). Elles peuvent également être efficaces pour le traitement initial de la TEV. Ceci est une mise à jour d’une revue Cochrane publiée pour la première fois en 1999 et précédemment mise à jour en 2004.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de la HBPM comparé à l'héparine non fractionnée (HNF) pour le traitement initial de la TEV.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les essais ont été identifiés par une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques et dans CENTRAL (The Cochrane Library). Des collègues et des sociétés pharmaceutiques ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant la HBPM sous-cutanée à dose fixe à la HNF intraveineuse ou sous-cutanée à dose ajustée chez les personnes souffrant de TEV.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué les essais à inclure et leur qualité, et extrait les données de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Vingt-trois études ont été incluses (n = 9 587). Des complications thrombotiques sont survenues chez 3,6 % des participants traités avec la HBPM comparé à 5,3 % de ceux traités à la HNF (rapport des cotes (RC) 0,70 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,57 à 0,85). La taille du thrombus a été réduite chez 53 % des participants traités avec la HBPM et 45 % de ceux traités à la HNF (RC 0,69 ; IC à 95 % 0,59 à 0,81). Des hémorragies majeures sont survenues chez 1,1 % des participants traités avec la HBPM comparé à 1,9 % de ceux traités à la HNF (RC 0,58 ; IC à 95 % 0,40 à 0,83). Dans 19 essais, 4,3 % des participants traités avec la HBPM sont décédés comparé à 5,8 % des participants traités à la HNF (RC 0,77 ; IC à 95 % 0,63 à 0,93).

Neuf études (n = 4 451) ont examiné la thrombose proximale, 2 192 participants ont été traités avec la HBPM et 2 259 avec la HNF. L'analyse en sous-groupe a montré des réductions statistiquement significatives, en faveur de la HBPM, des complications thrombotiques et des hémorragies majeures. A la fin du suivi, 80 (3,6 %) participants traités avec la HBPM présentaient des complications thrombotiques comparé à 143 (6,3 %) traités à la HNF (RC 0,57 ; IC à 95 % 0,44 à 0,75). Des hémorragies majeures sont survenues chez 18 (1,0 %) participants traités avec la HBPM comparé à 37 (2,1 %) traités à la HNF (RC 0,50 ; IC à 95 % 0,29 à 0,85). Neuf études ont montré une réduction statistiquement significative de la mortalité en faveur de la HBPM. À la fin du suivi, 3,3 % (70/2 094) des participants traités avec la HBPM étaient décédés contre 5,3 % (110/2 063) de ceux traités avec la HNF.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.