Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour le traitement des saignements menstruels abondants

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) aident à réduire les saignements menstruels abondants (SMA) mais l'acide tranexamique, le danazol ou le dispositif intra-utérin libérant du lévonorgestrel (DIU LNG) sont plus efficaces.

Les femmes cherchent de l'aide pour traiter leurs SMA lorsque ceux-ci ont des répercussions sur leur qualité de vie, bien que les pertes menstruelles puissent être évaluées de manière objective. Le niveau des prostaglandines (acides gras naturels) est supérieur chez les femmes souffrant de SMA et sont réduits par les AINS. La revue des essais a révélé que les AINS ont une efficacité modeste sur la réduction des SMA, mais que le danazol, l'acide tranexamique et le DIU LNG sont plus efficaces. Le danazol a entraîné une réduction de la durée des saignements et une augmentation des effets indésirables par rapport aux AINS, mais sans pour autant que les femmes arrêtent de l'utiliser. Ces résultats ne sont basés que sur un petit nombre d'essais de puissance insuffisante.

Conclusions des auteurs: 

Les AINS réduisent les SMA lorsqu'on les compare à un placebo mais sont moins efficaces que l'acide tranexamique, le danazol ou le DIU LNG. Cependant, les événements indésirables sont plus sévères avec le traitement par le danazol. Dans le nombre limité d'études de petite taille utilisables pour l'évaluation, aucune différence significative n'a été démontrée en termes d'efficacité entre les AINS et les autres traitements médicaux tels que le progestatif lutéal oral, l'ethamsylate, l'OCC ou un autre type de dispositif intra-utérin, le Progestasert.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les saignements menstruels abondants (SMA) constituent une cause importante de problèmes de santé chez les femmes préménopausées. Bien qu'une intervention chirurgicale soit souvent utilisée en tant que traitement, un éventail de thérapies médicales est également disponible. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) réduisent le niveau des prostaglandines, qui est élevé chez les femmes souffrant de saignements menstruels abondants, et peuvent également avoir un effet bénéfique sur la dysménorrhée.

Objectifs: 

L'objectif principal de cette revue était d'étudier l'efficacité des AINS dans la réduction des pertes de sang menstruel chez les femmes en âge de procréer souffrant de SMA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et CINAHL en juillet 2012 et dans les listes bibliographiques d'articles. Nous avons également contacté des fabricants et des chercheurs dans le domaine.

Critères de sélection: 

Les critères d'inclusion étaient des comparaisons randomisées entre des AINS individuels ou combinés à une autre thérapie médicale ou les uns aux autres, un placebo ou d'autres traitements médicaux chez des femmes présentant des règles abondantes régulières mesurées soit objectivement soit subjectivement et ne présentant pas de cause pathologique ou iatrogène (due à un traitement) expliquant leurs pertes abondantes de sang menstruel.

Recueil et analyse des données: 

Dix-huit ECR remplissant les critères d'inclusion ont été identifiés pour cette revue et les données ont été extraites de manière indépendante. Les rapports des cotes pour les résultats dichotomiques et les différences moyennes pondérées pour les résultats continus ont été estimés d'après les données de neuf essais. Les résultats des sept essais croisés restants comportant des données impropres à la combinaison, d'un essai dont les données étaient biaisées et d'un essai dont les variances étaient absentes ont été décrits dans des tableaux de données.

Résultats principaux: 

En tant que groupe, les AINS étaient plus efficaces qu'un placebo pour réduire les SMA mais moins efficaces que l'acide tranexamique, le danazol ou bien le dispositif intra-utérin libérant du lévonorgestrel (DIU LNG). Le traitement par le danazol a entraîné une réduction de la durée des règles et une augmentation des effets indésirables par rapport aux AINS, mais ceci ne semble pas avoir affecté l'acceptabilité du traitement. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre les AINS et les autres traitements (progestatif lutéal oral, ethamsylate, un dispositif intra-utérin libérant de la progestérone plus ancien (Progestasert), pilule contraceptive orale (OCC)), mais la plupart des études n'étaient pas très puissantes. Il n'a été observé aucune preuve d'une différence entre les AINS individuels (naproxène et acide méfénamique) dans la réduction des SMA.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.