Lavements pendant le travail

Les preuves fournies par la recherche scientifique ne corroborent pas l'utilisation courante de lavements pendant la première phase du travail.

L'administration de lavements aux femmes pendant le travail est une pratique courante dans les salles d'accouchement de nombreux pays et de nombreux cadres. Occasionnellement, les femmes ont des pertes par l'anus pendant qu'elles accouchent et on pensait qu'un lavement au début du travail réduirait cette souillure et la gêne qui en résulte pour les femmes. On pensait également que le fait d'évacuer les selles de l'anus donnerait plus d'espace au bébé pour naître, réduirait la durée du travail et réduirait le risque d'infection à la fois pour la mère et le bébé. Il était également suggéré que cela réduirait la défécation après la naissance, qui préoccupe souvent les femmes. Les inconvénients suggérés étaient qu'il s'agissait d'une procédure très désagréable et qu'elle provoquait une douleur accrue pour les femmes au cours du travail et, du fait que les lavements pouvaient produire une souillure fécale aqueuse pendant l'accouchement, ils pouvaient potentiellement augmenter le risque d'infection. La revue a identifié quatre études, impliquant 1917femmes. Ces études n'ont découvert aucune différence significative concernant les critères d'évaluation examinés, que ce soit pour la femme ou le bébé. Cependant, aucun des essais n'a évalué la douleur pour la femme pendant le travail et les données ont été insuffisantes pour évaluer les effets indésirables rares. Par conséquent, les preuves vont à l'encontre d'une utilisation courante des lavements au cours du travail.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves fournies par les quatre ECR inclus démontrent que les lavements n'ont pas d'effet bénéfique significatif sur les taux d'infection, tels que l'infection de la plaie périnéal ou les autres infections néonatales, ni sur la satisfaction des femmes. Ces résultats vont à l'encontre d'une utilisation courante des lavements au cours du travail; par conséquent, cette pratique devrait être déconseillée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Bien que l'utilisation de lavements au cours du travail dépende généralement de la préférence du prestataire de soins de santé en charge, les lavements peuvent provoquer une gêne pour les femmes.

Objectifs: 

Évaluer les effets des lavements appliqués pendant la première phase du travail sur les résultats maternels et néonatals.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mai 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés et la base de données des résumés des revues sur LEfficacité (La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 5), PubMed (de 1966 au 31 mai 2013), LILACS (31 mai 2013), le Système dEnregistrement International des Essais Cliniques (ICTRP) (31 mai 2013), Le Programme dEvaluation des Technologies de la Santé, Royaume-Uni (31 mai 2013), le Conseil des Recherches Médicales, Royaume-Uni (31 mai 2013), The Wellcome Trust, Royaume-Uni (31 mai 2013) et les références bibliographiques des articles trouvés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels un lavement était administré au cours de la première phase du travail et qui comprenaient l'évaluation de la morbidité ou de la mortalité néonatales ou puerpérales potentielles.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué les études en vue de leur inclusion de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Quatre ECR (1917femmes) répondaient aux critères d'inclusion, parmi lesquels un ECR était considéré comme présentant un faible risque de biais. Nous avons procédé à une méta-analyse et n'avons découvert aucune différence significative concernant les taux d'infection chez les femmes puerpérales (deux ECR; 594femmes; risque relatif (RR) 0,66, IC à 95% 0,42 à 1,04). Aucune différence significative n'a été constatée concernant les taux d'infection ombilicale néonatale (deux ECR ; 592 femmes ; RR 3,16, IC à 95 % 0,50 à 19,82 ; I² 0 %. De plus, la méta-analyse des deux études n'a constaté aucune différence significative concernant le degré de déchirure périnéale entre les groupes. Finalement, la méta-analyse des deux essais n'a constaté aucune différence significative concernant la durée moyenne du travail.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.