Antibiotiques pour le rhume banal, une infection des voies respiratoires supérieures

La plupart des personnes à travers le monde souffrent d'un ou plusieurs épisodes de rhume banal chaque année. Excepté dans les pays à faible revenu, le rhume banal est l'une des raisons les plus citées par les personnes pour l'utilisation dantibiotiques, d'autant plus si le mucus présent dans le nez est coloré (rhinite purulente aiguë). Cependant, le rhume banal est provoqué par des virus, qui ne répondent pas aux antibiotiques, et les antibiotiques peuvent entraîner des effets secondaires, en particulier la diarrhée. Lutilisation abusive d'antibiotiques entraîne une antibiorésistance.

Pour déterminer si les antibiotiques sont efficaces pour le traitement du rhume banal nous avons identifié des études qui comparaient un groupe de personnes prenant un antibiotique à un autre groupe de personnes prenant un médicament qui semblaient similaire mais ne contenait pas d'antibiotique (placebo). Nous n'avons trouvé six études portant sur le traitement du rhume banal, avec 1047 participants et cinq études sur la rhinite purulente aiguë, avec 791 participants. De nombreuses études présentaient des défauts méthodologiques qui pourraient avoir faussé les résultats, en particulier, bon nombre des participants avaient probablement des infections pulmonaire ou sinusienne dont les chercheurs n'avaient pas connaissance.

Les résultats suggèrent que les antibiotiques ne sont pas efficaces pour le traitement du rhume banal ou pour la rhinite purulente aiguë et de nombreuses personnes sont affectées par les effets secondaires des antibiotiques.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune preuve de bénéfice des antibiotiques pour le rhume banal ou pour la rhinite purulente aiguë persistante chez les enfants ou les adultes. Il existe des preuves que les antibiotiques provoquent des effets indésirables significatifs chez les adultes lorsqu'ils sont administrés pour le traitement du rhume banal et dans tous les âges lorsqu'ils sont administrés pour la rhinite purulente aiguë. Lutilisation systématique d'antibiotiques pour ces pathologies n'est pas recommandée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

On croit depuis longtemps que les antibiotiques ne présentent aucun rôle dans le traitement du rhume banal, et pourtant ils sont souvent prescrits au motif qu'ils pourraient prévenir les infections bactériennes secondaires.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des antibiotiques par rapport à un placebo pour réduire les symptômes naso-pharyngiennes généraux et spécifiques d'infections aiguës des voies respiratoires supérieures (IVRS) (rhume banal).
Déterminer si les antibiotiques ont une influence sur les critères de jugement pour la rhinite purulente aiguë et pour la rhinite «claire» aigue de durée inférieure à 10 jours avant l'intervention.
Déterminer s'il existe des effets délétères significatifs associés à un traitement antibiotique pour les participants ayant reçu un diagnostic clinique d'IVRS aiguë ou rhinite purulente aiguë.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour en 2013 nous avons effectué des recherches dans CENTRAL 2013, numéro 1, MEDLINE (mars 2005 à la 2e semaine de février 2013), EMBASE (de janvier 2010 et février 2013), CINAHL (de 2005 à février 2013), LILACS (de 2005 à février 2013) et Biosis Previews (de 2005 à février 2013).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant tout traitement antibiotique à un placebo chez les personnes présentant des symptômes d'une infection aiguë des voies respiratoires supérieures depuis moins de sept jours, ou une rhinite purulente aiguë d'une durée de moins de 10 jours.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Cette revue mise à jour inclut 11 études. Six études ont contribué à un ou plusieurs analyses concernant le rhume banal, avec jusqu'à 1047 participants. Cinq études ont contribué à un ou plusieurs analyses relatives à la rhinite purulente aiguë, avec jusqu'à 791 participants. Une étude a seulement contribué aux données sur les événements indésirables et une répondait aux critères d'inclusion, mais n'a rapporté que les statistiques de synthèse sans apporter aucune donnée numérique qui a pu être inclus dans les méta-analyses. Linterprétation des données combinées est limitée parce que certaines études portaient uniquement sur des enfants, ou uniquement sur les adultes, ou uniquement sur des hommes ; un large éventail d'antibiotiques a été utilisé et les résultats étaient mesurés de différentes manières. Il y avait un risque modéré de biais en raison des méthodes non détaillées ou parce qu'un nombre inconnu des participants étaient susceptibles davoir des infections pulmonaires ou des sinus.

Les participants recevant des antibiotiques pour le traitement du rhume banal ne montraient aucune amélioration en termes d'absence de guérison ou de persistance des symptômes par rapport à ceux sous placebo (risque relatif (RR) 0,95, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,59 à 1,51, (effets aléatoires)), selon une analyse groupée de six essais portant sur un total de 1047 participants. Le RR des effets indésirables dans le groupe d'antibiotiques était de 1,8, IC à 95 % 1,01 à 3,21, (effets aléatoires). Les participants adultes présentaient un risque d'effets indésirables significativement plus élevé avec les antibiotiques par rapport au placebo (RR 2,62, IC à 95 % entre 1,32 et 5,18) (effets aléatoires) alors qu'il n'y avait pas de risque plus élevé chez les enfants (RR 0,91, IC à 95 % 0,51 à 1,63).

Le RR combiné pour la rhinite purulente aiguë persistante avec des antibiotiques par rapport au placebo était de 0,73 (IC à 95 % 0,47 à 1,13) (effets aléatoires), sur la base de quatre études portant sur 723 participants. Il n'y avait une augmentation des effets indésirables dans les études d'antibiotiques pour la rhinite purulente aiguë (RR 1,46, IC à 95 % 1,10 à 1,94).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.