Supplémentation en zinc pour améliorer la grossesse et les résultats sur le nouveau né

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Prendre du zinc pendant la grossesse permet de faire légèrement baisser les naissances prématurées, mais n'empêche pas l'apparition d'autres problèmes tels que des bébés de faible poids à la naissance.

De nombreuses femmes en âge d'avoir des enfants peuvent souffrir d'une carence en zinc légère à modérée. Les faibles concentrations en zinc peuvent entraîner une naissance prématurée ou peuvent même prolonger le travail. Il est également possible qu'une carence en zinc peut affecter la croissance du nouveau né. Cette revue de 20 essais contrôlés randomisés, totalisant plus de 15 000 femmes et leurs bébés, a démontré que même si la supplémentation en zinc a un léger effet sur la diminution des naissances prématurées, elle ne permet pas d'empêcher la naissance de bébés de faible poids par rapport à l'absence de suppléments en zinc avant 27 semaines de grossesse. Aucune différence précise n'a été observée sur le développement de l'hypertension de la grossesse ou pré-éclampsie. La diminution relative de 14 % des naissances prématurées pour le zinc par rapport au placebo était principalement représentée dans les essais avec des femmes ayant des revenus faibles. Dans certains essais, les femmes ont également toutes reçu du fer, de l'acide folique ou des vitamines, ou des combinaisons de ces derniers. L'UNICEF fait déjà la promotion de l'utilisation anténatale d'une supplémentation en micronutriments multiples, y compris le zinc, pour toutes les femmes enceintes dans les pays développés. Découvrir des moyens d'améliorer le statut nutritionnel global des femmes, en particulier dans les régions à faible revenu, sera plus bénéfique pour améliorer la santé des mères et des bébés que de donner uniquement une supplémentation en zinc aux femmes enceintes. Dans les pays à faible et moyen revenu, il est également indispensable de traiter les anémies et les infections, comme le paludisme et l'ankylostome.

Conclusions des auteurs: 

Les données indiquant une diminution relative de 14 % des naissances prématurées pour le zinc par rapport au placebo étaient principalement représentées par les essais impliquant des femmes à faibles revenus et cela a une certaine pertinence dans les zones à forte mortalité périnatale. Il n'y avait aucune donnée convaincante justifiant qu'une supplémentation en zinc au cours de la grossesse entraîne d'autres bénéfices importants et utiles. Comme l'association de la prématurité pourrait aussi refléter une mauvaise nutrition, la priorité devrait être donnée aux études abordant les moyens d'améliorer le statut nutritionnel global des populations vivant dans des zones appauvries, plutôt que de cibler les études sur la supplémentation seule en micronutriments et/ou en zinc.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il a été suggéré que des concentrations sériques de zinc basses peuvent être associées à des résultats sous-optimaux de la grossesse comme un travail prolongé, une hémorragie du post partum atonique, une hypertension induite par la grossesse, un travail prématuré et des grossesses après terme, bien que bon nombre de ces associations n'aient pas encore été établies.

Objectifs: 

Evaluer les effets d'une supplémentation en zinc pendant la grossesse sur les résultats d'ordre maternel, fœtal, néonatal et liés au nouveau né.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 septembre 2011) et les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection: 

Les essais randomisés sur la supplémentation en zinc pendant la grossesse. Nous avons exclu les essais contrôlés quasi-randomisés.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de revue ont appliqué les critères de sélection des études, évalué la qualité des essais et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires lorsque cela s'est révélé nécessaire.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 20 essais contrôlés randomisés (ECR) se rapportant à 51 documents impliquant plus de 15 000 femmes et leurs bébés. Le risque de biais des essais était généralement faible. La supplémentation en zinc a entraîné une baisse de faible ampleur mais significative des naissances prématurées (rapport de risque (RR) 0,86, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,76 à 0,97 dans 16 ECR ; 16 essais totalisant 7 637 femmes). Cette baisse n'a pas été accompagnée par une diminution similaire du nombre de bébés de faible poids à la naissance (RR 0,93, IC à 95 % 0,78 à 1,12 ; 14 essais totalisant 5 643 femmes). Aucune différence significative n'a été observée entre le groupe sous zinc et le groupe sans zinc pour les autres principaux résultats d'ordre maternel ou néonatal, à l'exception du déclenchement du travail dans un seul essai. Aucun profil divergent n'était évident dans les sous-groupes de femmes avec des taux de nutrition et de zinc normaux par rapport à des taux faibles ou chez les femmes qui se conformaient à leur traitement par rapport à celles qui ne s'y conformaient pas.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.