Clous condylocéphaliques médullaires versus implants extramédullaires dans les fractures extracapsulaires de la hanche chez l'adulte

Les fractures de l'os de la cuisse (fémur) situées juste en dessous de la capsule articulaire de la hanche (fractures extracapsulaires de la hanche) peuvent être fixées chirurgicalement à l'aide de différents implants. Il peut notamment s'agir d'une vis coulissante de hanche insérée dans la partie supérieure du fémur pour raccorder (fixer) la fracture. Cette vis coulisse dans un cylindre en métal relié à une plaque, qui est elle-même vissée à l'extérieur du fémur. Les implants de ce type sont qualifiés d'extramédullaires. Les implants médullaires sont des clous insérés à partir du haut du fémur dans la cavité interne de l'os du fémur (moelle) qui sont bloqués à l'aide de vis. Cette revue compare ces deux types d'implants chez des populations majoritairement âgées.

Les principaux résultats concernent des comparaisons entre différents types de clous médullaires et une vis coulissante de hanche. Vingt-deux essais portant sur 3 749 participants évaluaient le clou gamma. Cinq essais portant sur 623 participants évaluaient la vis de hanche médullaire (VHM). Trois essais portant sur 394 participants évaluaient le clou fémoral proximal. D'autres essais examinaient des types de clous médullaires plus récents. Dans la plupart des essais plus anciens, les clous tendaient à être associés à un risque accru de fracture de l'os de la cuisse pendant et après l'opération. Les essais plus récents examinant de nouveaux modèles de clous indiquaient qu'ils permettaient d'éviter ce problème dans une certaine mesure. Cette revue a observé que l'utilisation de clous médullaires était associée à une nouvelle opération supplémentaire chez un sujet sur 50. La mortalité et les autres critères de jugement à long terme (lorsque ces données étaient disponibles) étaient similaires pour les différents implants.

Cette revue en conclut que les preuves actuelles sont favorables à la poursuite de l'utilisation de la vis coulissante de hanche pour fixer les fractures extracapsulaires de la hanche les plus courantes. Cela pourrait ne pas s'appliquer à certains modèles de clous médullaires plus récents ou à certaines fractures spécifiques, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cela.

Conclusions des auteurs: 

Compte tenu des taux de complication inférieurs à ceux des clous médullaires, et en l'absence de données de résultats fonctionnels indiquant le contraire, la VCH semble supérieure dans les fractures trochantériennes. D'autres études sont nécessaires afin de déterminer si les nouveaux modèles de clous médullaires permettent d'éviter les complications associées aux clous plus anciens. Les clous médullaires pourraient présenter des avantages par rapport aux plaques angulaires fixes dans les fractures sous-trochantériennes et certaines fractures trochantériennes instables, mais d'autres études sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les clous condylocéphaliques médullaires, qui sont insérés dans le canal fémoral en position proximale à distale le long de la fracture, et les implants extramédullaires (ex. : vis coulissante de hanche) sont deux types d'implants utilisés dans la fixation chirurgicale des fractures extracapsulaires de la hanche.

Objectifs: 

Comparer les clous condylocéphaliques médullaires aux implants extramédullaires dans les fractures extracapsulaires de la hanche chez l'adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (avril 2010), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane, 2010, numéro 1), MEDLINE (1950 à mars 2010), EMBASE (1980 à la semaine 13 de 2010) et d’autres sources.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant des clous condylocéphaliques à des implants extramédullaires dans les fractures extracapsulaires de la hanche.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Lorsque cela était approprié, les résultats ont été combinés.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 43 essais portant majoritairement sur des personnes âgées présentant principalement des fractures trochantériennes.

Vingt-deux essais (3 749 participants) comparaient le clou gamma à la vis coulissante de hanche (VCH). Le clou gamma était associé à un risque accru de fracture du fémur pendant et après l'opération, ainsi qu'à un taux supérieur de nouvelles opérations. Aucune différence majeure n'était observée entre les différents implants en termes d'infection de la plaie, de mortalité ou de complications médicales.

Cinq essais (623 participants) comparaient la vis de hanche médullaire (VHM) à la VCH. Les complications liées à la fixation de la fracture étaient plus courantes dans le groupe de la VHM. Les résultats des complications postopératoires, de la mortalité et des capacités fonctionnelles étaient similaires dans les deux groupes.

Trois essais (394 participants) ne rapportaient aucune différence entre le clou fémoral proximal (CFP) et la VCH en termes de complications liées à la fixation de la fracture, de nouvelles opérations, d'infection de la plaie et de durée du séjour à l'hôpital.

Aucun des 10 essais (1 491 participants) comparant d'autres clous à des implants extramédullaires dans les fractures trochantériennes ne rapportait suffisamment de preuves pour établir des différences définitives entre les implants examinés.

Deux essais (65 participants) rapportaient que les clous médullaires étaient associés à moins de complications liées à la fixation de la fracture que les plaques à clous fixes dans les fractures instables au niveau du petit trochanter.

Deux essais (124 participants) rapportaient une tendance à la baisse des complications liées à la cicatrisation de la fracture avec des clous médullaires par rapport à des plaques à clous fixes dans les fractures sous-trochantériennes.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.