Chambres de retenue (tubes d'espacement) versus nébuliseurs pour l'administration de bêta-agonistes dans l'asthme aigu

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Lors d'une crise d'asthme aiguë, des doses élevées de β2-agonistes inhalés (inhalateurs à visée symptomatique) sont utilisées pour lutter contre le rétrécissement des passages vers les poumons. Ce traitement peut être administré par nébulisation humide ou à l'aide d'un inhalateur équipé d'un tube d'espacement (chambre de retenue). Cette revue inclut désormais des études portant sur des patients hospitalisés, en plus des patients pris en charge dans un environnement d'urgence et de proximité, et comparant ces deux modes d'administration en cas de crise d'asthme aiguë. Chez les adultes, aucune différence significative n'était observée entre les deux méthodes ; chez les enfants, les participants randomisés pour la nébulisation humide passaient plus de temps aux urgences. L'aérosol-doseur avec tube d'espacement peut être au moins aussi efficace que la nébulisation humide pour l'administration de β2-agonistes dans l'asthme aigu.

Conclusions des auteurs: 

L'aérosol-doseur avec tube d'espacement produisait des résultats au moins équivalents à ceux du nébuliseur. Les tubes d'espacement pourraient présenter certains avantages par rapport aux nébuliseurs chez les enfants atteints d'asthme aigu.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des β2-agonistes inhalés sont souvent administrés pour soulager les bronchospasmes par nébulisation humide dans l'asthme aigu, mais il a été avancé que les aérosols-doseurs avec chambre de retenue (tube d'espacement) pouvaient être tout aussi efficaces. Les nébuliseurs nécessitent une source d'alimentation et une maintenance régulière et sont plus chers en milieu communautaire.

Objectifs: 

Évaluer les effets des chambres de retenue (tubes d'espacement) par rapport aux nébuliseurs pour l'administration de ß2-agonistes dans l'asthme aigu.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires et les références bibliographiques des articles. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'identifier des essais supplémentaires. Date de dernière recherche : janvier 2008.

Critères de sélection: 

Les essais randomisés portant sur des adultes et des enfants asthmatiques (à partir de deux ans) et comparant l'administration de ß2-agonistes par tube d'espacement et par nébulisation humide.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont appliqué les critères d'inclusion (un évaluateur pour la première version de la revue), extrait les données et évalué la qualité des essais de manière indépendante. Les données manquantes ont été obtenues auprès des auteurs ou ont été estimées. Les résultats sont présentés avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Cette revue a été mise à jour en janvier 2008 et deux nouveaux essais ont été ajoutés. 2 295 enfants et 614 adultes sont désormais inclus dans 27 essais portant sur des environnements d'urgence et de communauté. Six essais portant sur des patients hospitalisés pour cause d'asthme aigu (213 enfants et 28 adultes) ont également été examinés. Le mode d'administration du ß2-agoniste ne semblait pas avoir d'impact sur les taux d'hospitalisation. Chez les adultes, le risque relatif d'hospitalisation avec le tube d'espacement par rapport au nébuliseur était de 0,97 (IC à 95 %, entre 0,63 et 1,49). Le risque relatif pour les enfants était de 0,72 (IC à 95 % : 0,47 à 1,09). Chez les enfants, la durée de la visite aux urgences était significativement plus courte lorsqu'un tube d'espacement était utilisé, différence moyenne de -0,53 heure (IC à 95 % : entre -0,62 et -0,44 heure). Chez les adultes, la durée de la visite aux urgences était comparable pour les deux modes d'administration. Le débit expiratoire de pointe et le volume expiratoire maximal étaient également comparables pour les deux modes d'administration. La fréquence du pouls était inférieure avec le tube d'espacement chez les enfants, différence moyenne de -6,27 % à l'inclusion (IC à 95 % : entre -8,29 et -4,25 % à l'inclusion).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.