Complementary medicine

Vitamine C pour la prévention et le traitement de la pneumonie

La pneumonie est une infection des poumons généralement causée par des bactéries et des virus. Son diagnostic clinique est parfois difficile. La pneumonie est plus fréquente chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Dans les pays à faibles revenus, elle est la cause de deux millions de décès par an chez les jeunes enfants. Aux États-Unis elle est la cause la plus fréquente de décès par infection.

La vitamine C a été identifiée au début du vingtième siècle, et l'hypothèse selon laquelle l'un de ses rôles biologiques pourrait être de résister aux infections sont étayées par de nombreuses études réalisées sur des animaux. Nous avons recherché des études réalisées sur des humains et avons identifié trois essais portant sur un total de 2 335 participants, ayant examiné si la vitamine C prévient les pneumopathies communautaires. Deux de ces essais préventifs portaient sur des soldats tandis que le troisième étudiait des garçons dans un pensionnat au Royaume-Uni dans les années 1940. Deux essais thérapeutiques avec un total de 197 patients atteints de pneumonie examinaient si la vitamine C pouvait être bénéfique pour les patients atteints de pneumonie. Un essai étudiait des patients âgés de 66 à 94 ans atteints de pneumonie au Royaume-Uni. L'autre essai thérapeutique a été réalisée en ex-URSS, mais le contexte social et nutritionnel des patients n'étaient pas décrites. Une étude portant sur 37 patients brûlés a examiné l'effet de la vitamine C sur les pneumonies nosocomiales. Nos recherches étaient à jour en avril 2013.

Cinq des essais identifiés ont trouvé un effet préventif ou thérapeutique de la vitamine C sur la pneumopathie, mais l'étude sur les pneumopathies nosocomiales n'a trouvé aucun effet. La qualité globale des études était bonne. Cependant, les cinq essais qui avaient des résultats positifs ont été réalisés dans des conditions tellement hors du commun que les résultats ne devrait pas être extrapolés à la population générale. Par conséquent, des recherches supplémentaires sont nécessaires. En attendant, la supplémentation des patients atteints de pneumopathie qui présentent de faibles niveaux de vitamine C plasmatique pourrait être justifiée compte tenu de son innocuité et de son faible coût. Aucun des cinq essais n'a rapporté d'effets indésirables notables de la vitamine C.

Authors' conclusions: 

L'utilisation prophylactique de la vitamine C pour prévenir la pneumonie devrait faire l'objet de recherches plus approfondies dans les populations présentant une forte incidence de pneumopathie, en particulier si elle ont un faible apport alimentaire de vitamine C. De même, les effets thérapeutiques de la vitamine C devraient être étudiés, en particulier chez les patients présentant de faibles niveaux de vitamine C plasmatique. Les preuves actuelles sont trop limitées pour pouvoir recommander l'utilisation prophylactique de vitamine C pour prévenir des pneumopathies dans la population générale. Néanmoins, une supplémentation thérapeutique en vitamine C peut être raisonnable pour les patients atteints de pneumonie qui présentent de faibles niveaux de vitamine C plasmatique, en raison de son coût et les risques sont faibles.

Read the full abstract...
Background: 

La pneumonie est l'une des infections graves les plus fréquentes, responsable de deux millions de décès par an chez les jeunes enfants dans les pays à faible revenu. Dans les pays à revenus élevés, la pneumonie atteint plus fréquemment les personnes âgées.

Objectives: 

Évaluer les effets thérapeutiques et prophylactiques de la vitamine C dans la pneumonie.

Search strategy: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL 2013, numéro 3, MEDLINE (de 1950 à la 4ème semaine de mars 2013), EMBASE (de 1974 à avril 2013) et Web of Science (1955 à avril 2013).

Selection criteria: 

Afin d'évaluer les effets thérapeutiques de la vitamine C, nous avons sélectionné des essais contrôlés contre placebo. Pour évaluer ses effets prophylactiques, nous avons sélectionné les essais contrôlés avec ou sans placebo.

Data collection and analysis: 

Deux auteurs de la revue ont lu les rapports d'essais et extrait les données de manière indépendante.

Main results: 

Nous avons identifié trois essais prophylactiques qui comprenaient 37 cas de pneumonie communautaire chez 2 335 individus. Seul un d'entre eux était correctement randomisé, en double aveugle et contre placebo. Deux essais examinaient des recrues militaires et le troisième étudiait des garçons issus de classes populaires dans un pensionnaires au Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale. Chacun de ces trois essais a mis en évidence un réduction statistiquement significative (d'au moins 80 %) de l'incidence de pneumopathie dans le groupe vitamine C. Nous avons identifié deux essais thérapeutiques portant sur 197 patients atteints de pneumonie communautaire. Seule un d'entre eux était correctement randomisé, en double aveugle et contre placebo. Cet essai portait sur des patients âgés au Royaume-Uni et rapportait une mortalité inférieure et une réduction de la sévérité de la maladie dans le groupe vitamine C. Cependant, le bénéfice étaient limité aux cas patients plus sévères. L'autre essai thérapeutique étudiait des adultes de tous âges en ex-URSS et rapportait une réduction dose dépendante de la durée de la pneumopathie avec deux doses de vitamine C. Nous avons identifié un essai prophylactique rapportant 13 cas de pneumonie nosocomiale chez 37 patients gravement brûlés. L'administration de vitamine C pendant une journée n'avait aucun effet sur l'incidence de pneumopathie. Les études identifiées étaient cliniquement hétérogènes ce qui limite leur comparabilité. Les études incluses n'a pas rapporté d'effets indésirables de la vitamine C.

Translation notes: 
Tools
Information

La vitamine A contre la pneumonie enfantine non liée à la rougeole

Les infections respiratoires aiguës, essentiellement dans leur forme pneumonique, sont la principale cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans vivant dans les pays à faible revenu. Il a été constaté que la supplémentation en vitamine A réduisait la mortalité et la gravité des infections respiratoires chez les enfants atteints de rougeole. La mise à jour de cette revue a été entreprise afin d'évaluer l'efficacité de la vitaminothérapie A d'appoint chez les enfants souffrant d'infections respiratoires non-liées à la rougeole, et en particulier de pneumonie.

Nous avons trouvé six essais (soit 1 740 participants) ayant utilisé la vitaminothérapie A d'appoint chez des enfants atteints d'une pneumonie non liée à la rougeole. Il n'y avait pas de diminution significative de la mortalité ou de la durée d'hospitalisation. La supplémentation en vitamine A à forte dose peut entraîner une aggravation de la maladie, alors que la vitamine A à faible dose réduit significativement la récidive de la broncho-pneumonie. La vitamine A à dose modérée réduit de façon significative le temps jusqu'à rémission des signes chez les enfants ayant un taux de rétinol sérique normal. La possible raison de l'absence de bénéfice de la vitamine A pour la pneumonie non liée à la rougeole est que les effets de la vitamine A seraient spécifiques à la maladie, la vitamine A n'étant efficace que lorsque la pneumonie est compliquée par la rougeole. Une recherche supplémentaire de bonne qualité est nécessaire.

Authors' conclusions: 

Les données ne laissent pas apparaitre de réduction significative de la mortalité ou des mesures de morbidité, ni d'effet sur ​​l'évolution clinique de la pneumonie suite à un traitement d'appoint de vitamine A chez les enfants atteints d'une pneumonie non liée à la rougeole. Toutefois, les études n'avaient pas toutes mesuré tous les critères de jugement, ce qui limitait le nombre d'études pouvant être incorporées dans les méta-analyses, de sorte qu'il pourrait ne pas y avoir eu une puissance statistique suffisante pour détecter des différences statistiquement significatives.

Read the full abstract...
Background: 

Les infections respiratoires aiguës, essentiellement dans leur forme pneumonique, sont les principales causes de décès chez les enfants de moins de cinq ans vivant dans les pays à faible revenu. Certains essais cliniques ont démontré que la supplémentation en vitamine A réduit la gravité des infections respiratoires et la mortalité chez les enfants atteints de rougeole.

Objectives: 

Déterminer si un appoint en vitamine A est efficace chez les enfants diagnostiqués avec une pneumonie non liée à la rougeole.

Search strategy: 

Nous avons cherché dans The Cochrane Library, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2010, numéro 3) qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, MEDLINE (de 1996 à la 3ème semaine de juillet 2010), EMBASE (de 1990 à août 2010), LILACS (de 1985 à août 2010), CINAHL (de 1990 à août 2010), Biological Abstracts (de 1990 à août 2010), Current Contents (de 1990 à août 2010) et la Chinese Biomedicine Database (CBM) (de 1994 à juin 2010).

Selection criteria: 

Seuls ont été inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés en groupes parallèles, dans lesquels des enfants (âgés de moins de 15 ans) atteints d'une pneumonie non liée à la rougeole étaient traités avec un appoint en vitamine A.

Data collection and analysis: 

Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et évalué la qualité méthodologique des essais. Des auteurs d'études ont été contactés pour fournir des informations supplémentaires.

Main results: 

Six essais impliquant un total de 1 740 enfants ont été inclus. Il n'y avait pas de réduction significative de la mortalité associée à la pneumonie chez les enfants traités avec de la vitamine A par rapport à ceux qui ne l'étaient pas (rapport des cotes (RC) regroupé 1,29 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,63 à 2,66). De plus, il n'y avait pas de différence statistiquement significative dans la durée d'hospitalisation (différence moyenne (DM) 0,08 ; IC à 95 % -0,43 à 0,59). Après supplémentation en vitamine A à haute dose la maladie s'était significativement aggravée, en comparaison avec un placebo. Cependant, une faible dose de vitamine A avait réduit significativement le taux de récidive de la broncho-pneumonie (RC 0,12 ; IC à 95 % 0,03 à 0,46). La vitamine A à dose modérée a réduit de façon significative le temps de rémission des signes chez les enfants ayant un taux de rétinol sérique normal (> 200 ug/L).

Tools
Information

La supplémentation en zinc comme complément aux antibiotiques dans le traitement de la pneumonie chez les enfants âgés de 2 à 59 mois.

La gastro-entérite et les infections respiratoires (en particulier la pneumonie) sont les deux causes de décès les plus fréquentes dans les pays pauvres. La supplémentation préventive en zinc pourrait corriger les carences menant à l'immunodéficience ; effectivement certaines données suggèrent que la supplémentation préventive en zinc pourrait réduire la mortalité et la morbidité infantiles causées par les maladies infectieuses, et en particulier par la pneumonie. La pneumonie est une inflammation des poumons causée par des virus, des bactéries ou d'autres micro-organismes. Les études évaluant l'impact de la supplémentation en zinc comme adjuvant du traitement de la pneumonie sont limitées et ont abouti à des résultats variables. Le but de cette revue est d'évaluer le rôle de la supplémentation en zinc, en tant que complément aux antibiotiques, dans le traitement de la pneumonie chez les enfants âgés de deux à 59 mois.

Les auteurs de la revue ont trouvé quatre essais cliniques randomisés de qualité satisfaisante évaluant l'impact de la supplémentation en zinc comme complément des antibiotiques pour la pneumonie infantile. Ces études ont été menées au Bangladesh, au Népal et en Inde. Au total, 3267 enfants âgés de deux à 35 mois ont été randomisés pour recevoir soit du zinc, soit un placebo. Aucun effet indésirable grave n'a été observé. L'analyse n'a montré aucun effet significatif sur la guérison des patients en termes de disparition de la tachypnée (fréquence respiratoire > 50 respirations par minute) et de la disparition du tirage sous-costal. Elle a aussi montré des effets non significatifs de l'intervention sur la durée d'hospitalisation. Les données qui ressortent de cette revue sont insuffisantes pour recommander l'utilisation du zinc comme complément de l’antibiothérapie standard pour les enfants atteints de pneumonie, âgés de deux à 35 mois.

Authors' conclusions: 

Les données qui ressortent de cette revue sont insuffisantes pour recommander l'utilisation du zinc comme complément de l’antibiothérapie standard pour les enfants atteints de pneumonie et âgés de deux à 35 mois

Read the full abstract...
Background: 

Les troubles diarrhéiques et les infections respiratoires aiguës (IRA), en particulier la pneumonie, sont les causes de décès les plus fréquentes dans les pays pauvres. Les études évaluant l'impact de la supplémentation en zinc comme adjuvant du traitement de la pneumonie sont limitées et ont abouti à des résultats variables.

Objectives: 

Évaluer la supplémentation en zinc, en tant que complément aux antibiotiques, dans le traitement (la guérison) de la pneumonie chez les enfants âgés de 2 à 59 mois.

Search strategy: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 1), qui contient les registres spécialisés des groupes Cochrane sur les infections respiratoires aiguës (IRA) et sur les maladies infectieuses, MEDLINE (1950 jusqu'à 2ème semaine de mars 2011), EMBASE (1974 à mars 2011), CINAHL (1981 à mars 2011), LILACS (1985 à mars 2011), AMED (1985 ç mars 2011), CAB Abstracts (1910 à mars 2011) et Web of Science (2000 à mars 2011).

Selection criteria: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant la supplémentation en zinc comme complément des antibiotiques pour la pneumonie chez les enfants âgés de 2 à 59 mois.

Data collection and analysis: 

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante l'admissibilité des essais et passé au crible pour inclusion tous les titres et résumés disponibles. Lorsque la pertinence n'a pu être établie à l’examen du titre et du résumé, nous avons sorti et examiné le texte intégral de l'article.

Main results: 

Nous avons inclus quatre essais auxquels ont participé 3267 enfants âgés de deux à 35 mois. L'analyse a montré que la supplémentation en zinc comme complément de l’antibiothérapie standard chez des enfants atteints de pneumonie, grave ou non, n'a pas eu d'effet statistiquement significatif sur la guérison (risque relatif (RR) 1,02 ; intervalle de confiance (IC) à 95% 0,93 à 1,11). De même, la supplémentation en zinc chez les enfants atteints de pneumonie grave, comme adjuvant au traitement antibiotique standard, n'a pas montré d'effet statistiquement significatif sur la guérison, mesurée par la disparition de la tachypnée (fréquence respiratoire > respirations par minute) (RR 1,13 ; IC 95% 0,82 à 1,57) et la disparition du tirage sous-costal (RR = 1,08, IC 95% 0,88 à 1,31), en comparaison avec le groupe témoin. La supplémentation en zinc chez les enfants atteints de pneumonie grave n'a également montré qu'un effet non significatif sur la durée d'hospitalisation par rapport au groupe témoin (RR 1,04 ; IC 95% 0,89 à 1,22).

Tools
Information

Vitamina A para la neumonía no sarampionosa en niños

No se encontraron pruebas que indicaran que la vitamina A produjese algún efecto en los resultados clínicos de los niños con neumonía no sarampionosa.

La infección respiratoria aguda, principalmente en forma de neumonía, es la causa principal de muerte en los niños menores de cinco años de edad en los países en vías de desarrollo. Se ha hallado que la administración de suplementos de vitamina A reduce la mortalidad y la gravedad de la infección respiratoria en niños con sarampión. Por consiguiente, esta revisión se realizó para evaluar la efectividad del tratamiento complementario de vitamina A en niños con infecciones respiratorias no sarampionosas, en particular, neumonía. La revisión halló pocas pruebas de beneficio o daño del tratamiento complementario de vitamina A en niños con neumonía no sarampionosa.

Authors' conclusions: 

Las pruebas no indicaron una reducción significativa, con el tratamiento complementario de vitamina A, en la mortalidad y las medidas de morbilidad, ni un efecto en el curso clínico de la enfermedad en niños con neumonía no sarampionosa. Sin embargo, no todos los estudios midieron todos los resultados, lo que limitó el número de estudios que podían incorporarse en el metanálisis. Por lo tanto, puede haber una falta de poder estadístico para detectar diferencias estadísticamente significativas.

Read the full abstract...
Background: 

Las infecciones respiratorias agudas, principalmente en forma de neumonía, son la principal causa de muerte en niños menores de cinco años en los países en vías de desarrollo. Algunos ensayos clínicos han demostrado que la administración de suplementos de vitamina A reduce la gravedad de la infección respiratoria y la mortalidad en los niños con sarampión.

Objectives: 

Determinar si la administración de complementos de vitamina A es eficaz en recién nacidos y niños con diagnóstico de neumonía no sarampionosa.

Search strategy: 

Se hicieron búsquedas en el Registro Cochrane Central de Ensayos Controlados (Cochrane Central Register of Controlled Trials) (CENTRAL), La Cochrane Library Número 4, 2004); MEDLINE (1996 hasta noviembre, semana 3, 2004); EMBASE (1990 hasta septiembre 2004); LILACS (9 enero 2004); CINAHL (1990 hasta noviembre 2004); Biological Abstracts (1990 hasta noviembre 2004) y Current Contents (1990 hasta septiembre 2004); y la Chinese Biomedicine Database (CBM) (1994 hasta noviembre 2004).

Selection criteria: 

Sólo se incluyeron ensayos controlados aleatorios y cuasialeatorios, de brazo paralelo, en los que los niños (menores de 15 años de edad) con neumonía no sarampionosa recibieron tratamiento complementario con vitamina A.

Data collection and analysis: 

Dos autores extrajeron los datos de forma independiente y evaluaron la calidad de los ensayos. Se contactó con los autores de los estudios para obtener información adicional.

Resultados principales

Se incluyeron cinco ensayos, con un total de 1453 recién nacidos y niños. No se observó una reducción significativa de la mortalidad asociada con neumonía en niños tratados con vitamina A, en comparación con aquellos que no la recibieron (odds-ratio [OR] combinado 1,49; intervalo de confianza [IC] del 95%: 0,66 a 3,35). Además, no se registró un efecto estadísticamente significativo sobre la duración de la estancia hospitalaria (diferencia de medias ponderada [DMP] 0,08; IC del 95%: -0,43 a 0,59). La vitamina A se asoció con una reducción del 39% en el fracaso del antibiótico de primera línea (OR 0,65; IC del 95%: 0,42 a 1,01). Los niños que recibieron vitamina A no tuvieron más probabilidad de experimentar vómitos (OR 0,77; IC del 95%: 0,45 a 1,33), diarrea (OR 0,57; IC del 95%: 0,31 a 1,05), protrusión de las fontanelas (OR 8,25; IC del 95%: 0,44 a 155,37) o irritabilidad (OR 0,93; IC del 95%: 0,56 a 1,57) que aquellos que no la recibieron. No hubo significación estadística entre los grupos de vitamina A y de placebo (OR 0,90; IC del 95%: -1,10 a 2,90) en los resultados de la radiografía de tórax. La gravedad de la enfermedad tras una dosis alta de vitamina A suplementaria fue significativamente peor en los niños que recibieron vitamina A en comparación con el placebo. La dosis baja de vitamina A se asoció con una reducción significativa de la tasa recurrente de bronconeumonía (OR 0,12; IC del 95%: 0,03 a 0,46).

Conclusiones de los autores

Las pruebas no indicaron una reducción significativa, con el tratamiento complementario de vitamina A, en la mortalidad y las medidas de morbilidad, ni un efecto en el curso clínico de la enfermedad en niños con neumonía no sarampionosa. Sin embargo, no todos los estudios midieron todos los resultados, lo que limitó el número de estudios que podían incorporarse en el metanálisis. Por lo tanto, puede haber una falta de poder estadístico para detectar diferencias estadísticamente significativas.

Esta revisión debería citarse como:Ni J, Wei J, Wu TLa Biblioteca Cochrane PlusThe Cochrane Library
Main results: 

Se incluyeron cinco ensayos, con un total de 1453 recién nacidos y niños. No se observó una reducción significativa de la mortalidad asociada con neumonía en niños tratados con vitamina A, en comparación con aquellos que no la recibieron (odds-ratio [OR] combinado 1,49; intervalo de confianza [IC] del 95%: 0,66 a 3,35). Además, no se registró un efecto estadísticamente significativo sobre la duración de la estancia hospitalaria (diferencia de medias ponderada [DMP] 0,08; IC del 95%: -0,43 a 0,59). La vitamina A se asoció con una reducción del 39% en el fracaso del antibiótico de primera línea (OR 0,65; IC del 95%: 0,42 a 1,01). Los niños que recibieron vitamina A no tuvieron más probabilidad de experimentar vómitos (OR 0,77; IC del 95%: 0,45 a 1,33), diarrea (OR 0,57; IC del 95%: 0,31 a 1,05), protrusión de las fontanelas (OR 8,25; IC del 95%: 0,44 a 155,37) o irritabilidad (OR 0,93; IC del 95%: 0,56 a 1,57) que aquellos que no la recibieron. No hubo significación estadística entre los grupos de vitamina A y de placebo (OR 0,90; IC del 95%: -1,10 a 2,90) en los resultados de la radiografía de tórax. La gravedad de la enfermedad tras una dosis alta de vitamina A suplementaria fue significativamente peor en los niños que recibieron vitamina A en comparación con el placebo. La dosis baja de vitamina A se asoció con una reducción significativa de la tasa recurrente de bronconeumonía (OR 0,12; IC del 95%: 0,03 a 0,46).

Tools
Information

Zinc supplementation as an adjunct to antibiotics in the treatment of pneumonia in children two to 59 months of age

Gastroenteritis and respiratory infections (particularly pneumonia) are the two most common causes of death in low-income countries. Preventive zinc supplementation may correct any deficiency leading to immunodeficiency and indeed some evidence suggests that preventive zinc supplementation may reduce child mortality and morbidity from infectious diseases, particularly pneumonia. Pnumeonia is the inflammation of the lungs and is caused by viruses, bacteria or other microorganisms. Studies evaluating the impact of zinc supplementation as an adjunct in the management of pneumonia are limited and have shown variable results. The aim of this review is to evaluate the role of zinc supplementation, as an adjunct to antibiotics, in the treatment of pneumonia in children aged two months to 59 months.

The review authors found four randomised control trials of adequate quality evaluating the impact of zinc supplementation as an adjunct to antibiotics for pneumonia in children. These studies were conducted in Bangladesh, Nepal and India, in which 3267 children aged two to 35 months were randomly assigned to receive zinc or placebo. No serious adverse events were observed. Analysis did not show any significant effect on the clinical recovery of patients in terms of time-to-recovery from tachypnoea (respiratory rate > 50 breaths per minute) and time-to-recovery from chest indrawing. It also showed non-significant effects of the intervention on the time-to-hospital discharge. Evidence provided in this review is insufficient to recommend use of zinc as an adjunct to standard antibiotic therapy for pneumonia in children aged two to 35 months.

Authors' conclusions: 

Evidence provided in this review is insufficient to recommend the use of zinc as an adjunct to standard antibiotic therapy for pneumonia in children aged two to 35 months.

Read the full abstract...
Background: 

Diarrhoeal disorders and acute respiratory infections (ARIs), especially pneumonia, are the most common causes of death in low-income countries. Studies evaluating the impact of zinc supplementation as an adjunct in the management of pneumonia are limited and have shown variable results.

Objectives: 

To evaluate zinc supplementation, as an adjunct to antibiotics, in the treatment (clinical recovery) of pneumonia in children aged two to 59 months.

Search strategy: 

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, Issue 1), which contains the Cochrane Acute Respiratory Infections (ARI) Group's and the Cochrane Infectious Diseases Group's Specialised Registers, MEDLINE (1950 to March week 2, 2011), EMBASE (1974 to March 2011), CINAHL (1981 to March 2011), LILACS (1985 to March 2011), AMED (1985 to March 2011), CAB Abstracts (1910 to March 2011) and Web of Science (2000 to March 2011).

Selection criteria: 

Randomised control trials (RCTs) evaluating supplementation of zinc as an adjunct to antibiotics for pneumonia in children aged two to 59 months.

Data collection and analysis: 

Two review authors independently assessed trial eligibility and screened all available titles and abstracts for inclusion. If the relevance could not be ascertained by screening the title and abstract, we retrieved and reviewed the full text of the article.

Main results: 

We included four trials in which 3267 children aged two to 35 months participated. Analysis showed that zinc supplementation in addition to standard antibiotic therapy in children with severe and non-severe pneumonia failed to show a statistically significant effect on time-to-clinical recovery (hazard ratio 1.02; 95% confidence interval (CI) 0.93 to 1.11). Similary, zinc supplementation in children with severe pneumonia, as an adjunct to standard antibiotic therapy, did not show a statistically significant effect on time-to-recovery from tachypnoea (respiratory rate > 50 breaths per minute) (hazard ratio 1.13; 95% CI 0.82 to 1.57) and time-to-recovery from chest in-drawing (hazard ratio 1.08; 95% CI 0.88 to 1.31) as compared to the control group. Zinc supplementation in children with severe pneumonia also showed a non-significant effect on time-to-hospital discharge as compared to the control (hazard ratio 1.04; 95% CI 0.89 to 1.22).

Vitamin C for preventing and treating pneumonia

Pneumonia is an infection of the lungs usually caused by bacteria and viruses. Its clinical diagnosis is sometimes difficult. Pneumonia is more common in young children and in the aged. In low-income countries it causes two million deaths annually among young children. In the USA it is the most common cause of death from infection.

Vitamin C was identified in the early 1900s and suggestions that one of its biological roles may be to resist infections are supported by numerous animal studies. We looked for studies in humans and found three trials with a total of 2335 participants that looked at whether vitamin C prevents pneumonia in the community. Two of these preventive trials studied soldiers while the third studied boys in a UK boarding school in the 1940s. Two therapeutic trials with a total of 197 pneumonia patients looked at whether vitamin C might be beneficial for pneumonia patients. One studied patients aged 66 to 94 years in the UK with pneumonia. The other therapeutic trial was conducted in the former Soviet Union but the social and nutritional backgrounds of the patients were not described. One study with 37 burns patients examined the effect of vitamin C on hospital-acquired pneumonia. Our searches were up-date-as of April 2013.

Five of the identified trials found preventive or therapeutic benefits of vitamin C against pneumonia but the study on hospital-acquired pneumonia found no effect. The overall quality of the studies was good. However, the five trials with positive findings were carried out in such extraordinary conditions that the results should not be extrapolated to the general population. Therefore, more research is needed. In the meantime, supplementing pneumonia patients who have low plasma vitamin C levels may be reasonable because of its safety and low cost. None of the five trials reported noteworthy adverse effects of vitamin C.

Authors' conclusions: 

The prophylactic use of vitamin C to prevent pneumonia should be further investigated in populations who have a high incidence of pneumonia, especially if dietary vitamin C intake is low. Similarly, the therapeutic effects of vitamin C should be studied, especially in patients with low plasma vitamin C levels. The current evidence is too weak to advocate prophylactic use of vitamin C to prevent pneumonia in the general population. Nevertheless, therapeutic vitamin C supplementation may be reasonable for pneumonia patients who have low vitamin C plasma levels because its cost and risks are low.

Read the full abstract...
Background: 

Pneumonia is one of the most common serious infections, causing two million deaths annually among young children in low-income countries. In high-income countries pneumonia is most significantly a problem of the elderly.

Objectives: 

To assess the prophylactic and therapeutic effects of vitamin C on pneumonia.

Search strategy: 

We searched CENTRAL 2013, Issue 3, MEDLINE (1950 to March week 4, 2013), EMBASE (1974 to April 2013) and Web of Science (1955 to April 2013).

Selection criteria: 

To assess the therapeutic effects of vitamin C, we selected placebo-controlled trials. To assess prophylactic effects, we selected controlled trials with or without a placebo.

Data collection and analysis: 

Two review authors independently read the trial reports and extracted data.

Main results: 

We identified three prophylactic trials which recorded 37 cases of community-acquired pneumonia in 2335 people. Only one was satisfactorily randomised, double-blind and placebo-controlled. Two trials examined military recruits and the third studied boys from "lower wage-earning classes" attending a boarding school in the UK during World War II. Each of these three trials found a statistically significant (80% or greater) reduction in pneumonia incidence in the vitamin C group. We identified two therapeutic trials involving 197 community-acquired pneumonia patients. Only one was satisfactorily randomised, double-blind and placebo-controlled. That trial studied elderly patients in the UK and found lower mortality and reduced severity in the vitamin C group; however, the benefit was restricted to the most ill patients. The other therapeutic trial studied adults with a wide age range in the former Soviet Union and found a dose-dependent reduction in the duration of pneumonia with two vitamin C doses. We identified one prophylactic trial recording 13 cases of hospital-acquired pneumonia in 37 severely burned patients; one-day administration of vitamin C had no effect on pneumonia incidence. The identified studies are clinically heterogeneous which limits their comparability. The included studies did not find adverse effects of vitamin C.

Pages

Subscribe to RSS - Complementary medicine