Corticoïdes par voie systémique pour améliorer les symptômes chez les enfants souffrant d’une infection aiguë de l’oreille moyenne

Question de la revue

Nous avons examiné les données concernant les effets des corticoïdes administrés par voie orale ou par injection pour les infections aiguës de l’oreille moyenne (otites moyennes aiguës) chez les enfants, en particulier pour l’amélioration des symptômes tels que douleurs auriculaires, fièvre, irritabilité, manque de sommeil et manque d’appétit. Nous avons également examiné les effets secondaires des corticoïdes.

Contexte

L’otite moyenne aiguë est courante chez les enfants et entraîne des douleurs auriculaires et des symptômes non spécifiques tels que fièvre, irritabilité et surdité. Elle est souvent traitée avec des antibiotiques, bien que la douleur auriculaire disparaisse généralement dans les deux jours et que les antibiotiques n’atténuent que légèrement les symptômes. Les autres traitements (tels que les antihistaminiques sans ordonnance et les décongestionnants) n’ont pas beaucoup d’intérêt.

Fréquemment prescrits aux enfants pour réduire l’inflammation dans d’autres maladies, les corticoïdes pourraient donc également aider contre les symptômes de l’otite moyenne aiguë, qui est un processus inflammatoire. Nous avons tenté de déterminer si leur utilisation donnait de meilleurs ou de moins bons résultats comparée à l’absence d’intervention pour améliorer les symptômes de l’otite moyenne aiguë.

Date de la recherche

Notre recherche est à jour au 20 février 2018.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus deux études portant sur 252 enfants atteints d’otite moyenne aiguë, âgés de trois mois à six ans et recevant des soins ambulatoires à l’hôpital. Les enfants ont été traités avec un antibiotique et soit des corticoïdes par injection ou par voie orale, soit un placebo (traitement sans effet). Dans une étude, du liquide a été prélevé dans l’oreille moyenne en insérant une aiguille à travers le tympan afin de mesurer le niveau d’inflammation.

Sources de financement des études

Les deux études ont été financées par les National Institutes of Health (NIH) et le National Center for Research Resources, NIH, relevant du Service de la santé publique des États-Unis. Des sociétés pharmaceutiques ont fourni le médicament mais n’ont apporté aucun soutien scientifique ou financier par ailleurs.

Principaux résultats et qualité des données

Les corticoïdes n’ont pas montré de différence significative en termes d’amélioration des symptômes et de l’inflammation du ou des tympans à J5 et J14, mais nous ne sommes pas certains de cet effet en raison du petit nombre d’enfants inclus dans les études. Il n’y avait aucune différence significative entre les groupes corticoïdes et placebo en termes de résorption du liquide dans l’oreille moyenne (à 1, 2 et 3 mois) et de survenue de nouveaux épisodes d’otite moyenne aiguë (à 1, 2 et 3 mois et à 4 et 6 mois). Aucune étude n’a rapporté une réduction de la durée des symptômes généraux ou spécifiques, de la rupture d'un ou des tympans, de la survenue d’une inflammation de l’oreille moyenne dans l’autre oreille après l’otite en cours, ou des complications graves. Une seule étude a rapporté les effets secondaires généraux identifiés au cours de l’essai (par ex. somnolence, sécheresse buccale, érythème fessier, nervosité).

Nous n’avons pas été en mesure de tirer de conclusions concernant les effets des corticoïdes sur l’otite moyenne aiguë chez l’enfant.

La qualité des preuves incluses dans cette revue était faible à très faible en raison du petit nombre d’enfants inclus dans deux études de petite taille. Nous ne pouvons pas dire avec certitude si les corticoïdes sont ou non utiles pour soulager la douleur de l’otite moyenne aiguë.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves concernant l’effet des corticoïdes systémiques sur l’otite moyenne aiguë sont de faible à très faible qualité, ce qui signifie que l’effet des corticoïdes systémiques sur les critères de jugement cliniques importants de l’otite moyenne aiguë reste incertain. Des études à grande échelle et de bonne qualité sont nécessaires pour répondre à la question.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L’otite moyenne aiguë est une infection aiguë courante chez les enfants. La douleur est un des symptômes prédominants et celui qui cause le plus de détresse. Des antibiotiques sont souvent prescrits en cas d’otite moyenne aiguë, bien qu’ils n’aient qu’un effet modeste sur la réduction de la douleur à deux ou trois jours. Il n’existe pas suffisamment de preuves concernant l’intérêt des autres options thérapeutiques, notamment des corticoïdes systémiques. Cependant, ces derniers sont des anti-inflammatoires puissants et pourraient donc, théoriquement, être efficaces, seuls ou en complément des antibiotiques.

Objectifs : 

Évaluer les effets des corticoïdes systémiques (par voie orale ou parentérale), avec ou sans antibiotiques, sur l’otite moyenne aiguë de l’enfant.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les IRA, MEDLINE (Ovid), Embase (Elsevier), CINAHL (EBSCO), Web of Science (Thomson Reuters) et LILACS (BIREME) pour trouver des études publiées, dans ClinicalTrials.gov ainsi que dans le Système d’enregistrement international des essais cliniques de l’OMS (ICTRP) pour trouver des études en cours et achevées, jusqu’au 20 février 2018. Nous avons examiné les références bibliographiques de toutes les études et articles de revue pour obtenir des références supplémentaires et nous avons contacté des experts dans le domaine afin d’identifier des documents non publiés supplémentaires.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés portant sur des enfants présentant une otite moyenne aiguë et comparant une corticothérapie systémique (par voie orale ou parentérale) à un placebo, en association avec des antibiotiques (corticoïde + antibiotique vs. placebo + antibiotique) ou sans antibiotiques (corticoïde vs. placebo).

Recueil et analyse des données : 

Trois auteurs de la revue (SDE, RR, YP) ont indépendamment passé au crible les titres et les résumés et ont obtenu les textes complets des études potentiellement pertinentes. Nous avons extrait de façon indépendante les caractéristiques des études et les données des résultats des études incluses et évalué le risque de biais pour chaque étude en utilisant les critères décrits dans le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Nous avons évalué la qualité des études en utilisant la méthode GRADE.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus deux études portant sur 252 enfants atteints d’otite moyenne aiguë âgés de trois mois à six ans, traités en ambulatoire à l’hôpital avec de la ceftriaxone par voie intramusculaire, puis randomisés dans des groupes corticoïdes (corticoïde et corticoïde + antihistaminique) ou placebo (antihistaminique et double placebo). Dans une étude, les enfants ont également subi une aspiration à l’aiguille du liquide dans l’oreille moyenne. Les deux études présentaient un risque de biais incertain pour l'assignation secrète, et un risque incertain à élevé pour la notification sélective.

Une étude (N = 179) incluait la douleur comme critère de jugement, mais nous ne sommes pas parvenus à déterminer le pourcentage d’enfants souffrant de douleurs persistantes à J5 et J14. La réduction des symptômes généraux ou spécifiques a été présentée, comme l'amélioration des symptômes cliniques et la résolution de l'inflammation des membranes tympaniques sans nécessiter de traitement antibiotique supplémentaire : à J5 (94 % des enfants du groupe de traitement (N = 89) contre 89 % dans le groupe placebo (N = 90) ; risque relatif (RR) 1,06, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,97 à 1,16) et à J14 (91 % contre 87 % ; RR 1,05, IC à 95 % de 0,95 à 1,17).

La deuxième étude (N = 73) rapportait une réduction des symptômes généraux et spécifiques sans traitement antibiotique supplémentaire au cours des deux premières semaines comme un résultat favorable. Les enfants du groupe traitement avaient davantage de résultats favorables (rapport des cotes ajusté de 65,9, IC à 95 % de 1,28 à 1000 ; P = 0,037), bien que les effectifs aient été faibles. Nous n’avons pas été en mesure de regrouper les résultats avec l’autre étude car celle-ci ne rendait pas compte de la proportion d’enfants présentant ce critère de jugement dans chaque groupe de traitement. Une seule étude a rapporté les effets indésirables des corticoïdes (par ex. somnolence, érythème fessier), mais sans en quantifier l’incidence, de sorte que nous n’avons pas été en mesure de tirer des conclusions sur les effets indésirables. Aucune étude n’a rapporté une réduction de la durée des symptômes généraux ou spécifiques.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.