Les ultrasons pour confirmer le positionnement d'une sonde gastrique

Contexte

Chaque année, environ un million de personnes reçoivent une alimentation au travers d'un tube (une sonde gastrique) aux États-Unis. Les sondes gastrique sont couramment utilisées pour administrer des médicaments et de la nourriture directement dans le tractus gastro-intestinal (un tube permettant de digérer les aliments) pour les personnes ne pouvant pas avaler. L'alimentation offerte au travers d'un tube placé par erreur dans la trachée (un conduit où passe l'air respiré) peut entraîner une pneumonie grave (une infection des poumons). Par conséquent, la confirmation du positionnement de la sonde dans l'estomac après l'insertion est importante. Les tubes gastriques sont également utilisés pour réduire la pression dans l'estomac après avoir offert une assistance respiratoire au travers d'un masque, principalement en cas de réanimation. Les ultrasons médicaux sont une des techniques d'imagerie diagnostique utilisant des ondes sonores pour créer des images de l'intérieur du corps. De récentes études suggèrent que les ultrasons permettent une bonne précision diagnostique pour confirmer que le placement de la sonde est approprié. Par conséquent, les ultrasons pourraient être une alternative prometteuse à la radiographie pulmonaire pour confirmer le placement des sondes, en particulier lorsque les services de radiographie ne sont pas disponibles ou difficiles d'accès.

Caractéristiques de l'étude

Les études incluses dans cette revue sont à jour en mars 2016. Nous avons inclus 10 études portant sur 545 participants et ayant pour objectif d'évaluer la précision diagnostique des ultrasons pour confirmer le positionnement des sondes gastriques.

Principaux résultats

La plupart des études ont montré une bonne performance pour placer correctement les sondes. Cependant, peu de données étaient disponibles concernant les sondes placées incorrectement et les complications possibles d'une sonde mal placée. Parmi les études incluses, seuls 43 participants avaient une sonde mal placée. Aucune des études n'a rapporté de complications pendant l'utilisation des ultrasons. Trois techniques de réalisation des ultrasons ont été rapportées : l'approche par le cou, l'approche par la partie supérieure de l'abdomen (le ventre) et une combinaison des deux. Aucune des études incluses n'a indiqué si les ultrasons étaient suffisamment précis en tant que test unique pour confirmer le positionnement de la sonde gastrique pour une alimentation. En revanche, les ultrasons associés à d'autres tests (par exemple, la visualisation de l'irrigation saline (injecter une solution saline à travers la sonde et l'observer à l'intérieur de l'estomac par ultrasons)) pourraient être utiles pour confirmer le placement des tubes utilisés pour le drainage gastrique.

Limitations de la revue

Généralement, les études étaient de qualité méthodologique faible ou incertaine. Nous avons considéré que seules trois (30 %) des 10 études incluses étaient représentatives des patients dans la pratique, car dans celles-ci les ultrasons ont été réalisés après que le positionnement normal ait été confirmé par d'autres méthodes. Les études ont rapporté une variété de résultats lorsque les sondes étaient placées incorrectement.

Recherches futures

Des études à plus grande échelle sont nécessaires pour déterminer si les ultrasons pourraient remplacer les rayons X pour confirmer la mise en place d'une sonde gastrique, et pour évaluer si les ultrasons pourraient permettre de réduire les complications graves, telles que la pneumonie résultant d'un tube mal placé.

Conclusions des auteurs : 

Parmi les 10 études ayant évalué la précision diagnostique du positionnement des sondes gastriques, peu d'études avaient un faible risque de biais. Sur la base de ces preuves limitées, les ultrasons n'ont pas suffisamment de précision en tant que test unique pour confirmer la mise en place des sondes gastriques. Cependant, dans des contextes où des radiographies ne sont pas facilement disponibles, les ultrasons peuvent être utiles pour détecter un positionnement incorrect d'une sonde gastrique. Des études à plus grande échelle sont nécessaires pour déterminer la possibilité d'événements indésirables lorsque les ultrasons sont utilisés pour confirmer le positionnement des sondes.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les sondes gastriques sont couramment utilisées pour administrer des médicaments ou une alimentation entérale aux personnes ne pouvant plus avaler. Une alimentation au travers d'un tube placé dans la trachée peut entraîner une pneumonie grave. Par conséquent, confirmer le placement de la sonde dans l'estomac après son insertion est important. De récentes études ont rapporté que les ultrasons fournissent une bonne précision diagnostique pour confirmer que le placement de la sonde est approprié. Ainsi, les ultrasons pourraient fournir une alternative prometteuse à la radiographie pulmonaire pour confirmer le placement de la sonde, en particulier dans des contextes où des services de radiographie ne sont pas disponibles ou difficiles d'accès.

Objectifs : 

Évaluer la précision diagnostique des ultrasons pour confirmer la mise en place des sondes gastriques.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté la Bibliothèque Cochrane (2016, numéro 3), MEDLINE (jusqu'en mars 2016), Embase (jusqu'en mars 2016), le registre PROSPERO du National Institute for Health Research (NIHR) (jusqu'en mai 2016), les bases de données de l'Aggressive Research Intelligence Facility (jusqu'en mai 2016), ClinicalTrials.gov (jusqu'en mai 2016), le registre ISRCTN (mai 2016), l'ICTRP de l'OMS (jusqu'en mai 2016), les références bibliographiques des articles et nous avons contacté les auteurs des études.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les études ayant évalué la précision diagnostic du positionnement de sondes naso-gastriques ou oro-gastriques confirmée par visualisation d'ultrasons avec la visualisation de radiographies comme référence. Nous avons inclus les études transversales et les études cas-témoins. Nous avons exclus les séries de cas ou les rapports de cas. Les études ont été exclues lorsque la visualisation de radiographies n'était pas la norme de référence ou si la sonde placée était une sonde de gastrostomie ou une sonde entérique.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué le risque de biais et extrait les données de chacune des études incluses. Nous avons contacté les auteurs des études incluses afin d'obtenir les données manquantes.

Résultats principaux : 

Nous avons identifié 10 études (545 participants et 560 insertions de sondes) répondant à nos critères d'inclusion.

Aucune étude n'a été évaluée comme étant à faible risque de biais ou présentant de faibles inquiétudes dans tous les domaines de l'évaluation QUADAS-2. Nous avons jugé que seules trois (30 %) des études étaient à faible risque de biais de sélection des participants car les ultrasons avaient été réalisés après confirmation du positionnement suite au recours à d'autres méthodes.

Peu de données (43 participants) étaient disponibles concernant la détection d'un mauvais placement (la spécificité) en raison de la faible incidence des mauvais placements. Nous n'avons pas réalisé de méta-analyse en raison de l'hétérogénéité considérable des tests d'indice tels que la différence d'écho fenêtre, la combinaison des ultrasons à d'autres méthodes (par ex. la confirmation par irrigation saline visualisée par ultrasons) et les ultrasons au cours de l'insertion de la sonde. Dans tous les contextes, les estimations de la sensibilité pour les études individuelles allaient de 0,50 à 1,00 et les estimations de la spécificité de 0,17 à 1,00. Dans les contextes où les rayons X n'étaient pas facilement disponibles et où les participants ont subi l'insertion d'une sonde gastrique pour un drainage (quatre études, 305 participants), les estimations de la sensibilité des ultrasons en combinaison à d'autres tests de confirmation variaient de 0,86 à 0,98 et les estimations de la spécificité de 1,00 avec de larges intervalles de confiance.

Pour les études utilisant les ultrasons seulement (quatre études, 314 participants), les estimations de la sensibilité allaient de 0,91 à 0,98 et les estimations de la spécificité de 0,67 à 1,00.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez-ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.