La desmopressine pour le traitement de la nycturie chez les hommes

Question de la revue

La desmopressine est-elle efficace pour le traitement de la nycturie chez les hommes ?

Contexte

La nycturie est un symptôme gênant qui consiste à se réveiller une ou plusieurs fois par nuit pour uriner. Elle est fréquente chez les hommes âgés. Plus de la moitié des hommes âgés de plus de 70 ans ont une nycturie, qui peut s’expliquer par de nombreuses raisons. La desmopressine régule le volume d’urine et sa concentration dans l’organisme. C’est également un médicament utilisé pour traiter la nycturie.

Caractéristiques de l'étude

Cette recherche est à jour au 1er août 2017. Nous avons identifié 14 essais cliniques incluant 2966 hommes. Nous avons comparé la desmopressine, seule ou en combinaison avec d’autres médicaments utilisés pour les problèmes urinaires (tels que les alpha-bloquants ou les anticholinergiques), à un placebo (faux traitement), à des changements de comportement ou à des médicaments utilisés contre les problèmes urinaires, seuls ou en combinaison. Nous avons également comparé la desmopressine à des changements de comportement. La plupart des études, mais pas toutes, recrutaient uniquement des hommes âgés.

Principaux résultats

La desmopressine peut réduire la fréquence des mictions nocturnes d’un nombre appréciable d’hommes par rapport à un placebo, en traitement pendant 3 à 12 mois. Les effets secondaires graves n’ont pas augmenté. Nous ne savons pas comment se situe la desmopressine par rapport à des changements de comportement. L’effet sur la fréquence des mictions nocturnes des hommes est probablement similaire à celui des alpha-bloquants en traitement de courte durée (jusqu’à trois mois), sans effets secondaires majeurs. L’ajout de la desmopressine à un alpha-bloquant ou à un anticholinergique ne semble pas mieux fonctionner.

Qualité des données

Nous avons évalué la qualité des données et trouvé qu’elle était mauvaise dans la plupart des cas, ce qui signifie que nous ne pouvons pas avoir pleinement confiance dans les résultats. Les études incluses n’étaient pas bien conçues, de petite taille, et les patients étaient suivis pendant une courte durée (généralement trois mois ou moins).

Conclusions des auteurs : 

La desmopressine peut réduire le nombre de mictions nocturnes chez un nombre appréciable de participants par rapport à un placebo à moyen terme (3 à 12 mois), sans augmentation des événements indésirables graves. Nous n’avons trouvé aucune donnée pour comparer ses effets à une modification du comportement. L’effet sur le nombre de mictions nocturnes est probablement similaire à celui des alpha-bloquants à court terme, avec de très rares événements indésirables graves. Il semble n’y avoir aucun bénéfice supplémentaire avec l’utilisation combinée de la desmopressine et d’un alpha-bloquant ou d’un anticholinergique. Les résultats de cette revue étaient limités par la courte durée de suivi, les limites des études et l’imprécision.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La nycturie est un symptôme gênant qui consiste à se réveiller une ou plusieurs fois par nuit pour uriner. La desmopressine est un médicament utilisé couramment pour le traitement de la nycturie.

Objectifs : 

Évaluer les effets de la desmopressine par rapport à d’autres interventions dans le traitement de la nycturie chez les hommes.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche exhaustive de la littérature médicale, sans aucune restriction concernant la langue de publication ou le statut de publication. La dernière recherche dans toutes les bases de données a été réalisée en août 2017.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus des essais randomisés ou quasi-randomisés. Les critères d’inclusion étaient des hommes atteints de nycturie, définie comme une ou plusieurs mictions par nuit. Les essais portant sur des enfants, des adultes souffrant d’énurésie primaire ou secondaire ou de troubles distincts sous-jacents ont été exclus.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont classé indépendamment les études et extrait les données des études incluses. Nous avons effectué des analyses en utilisant un modèle à effets aléatoires et interprété les données conformément aux recommandations du Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 14 études dans lesquelles 2966 hommes étaient randomisés dans cinq comparaisons.

Comparaison de la desmopressine avec un placebo : sur la base d’un suivi à court terme (jusqu’à trois mois), la desmopressine peut avoir un effet similaire sur le nombre de mictions nocturnes (différence moyenne (DM) -0,46, intervalle de confiance (IC) à 95 % de -0,94 à 0,01 ; données de mauvaise qualité). Nous ne sommes pas certains de l’effet de la desmopressine sur les événements indésirables majeurs lors du suivi à court terme (risque relatif (RR) 0,97, IC à 95 % de 0,10 à 9,03; données de très mauvaise qualité). Pour le suivi à moyen terme (3 à 12 mois), la desmopressine peut réduire le nombre de mictions nocturne chez un nombre appréciable de participants (DM -0,85, IC à 95 % de -1,17 à -0,53 ; données de mauvaise qualité). La desmopressine peut produire peu ou pas du tout de différence dans les événements indésirables graves lors du suivi à moyen terme (RR 3,05, IC à 95 % de 0,13 à 73,39 ; données de mauvaise qualité). Nous n’avons trouvé aucune donnée probante concernant la qualité de vie. Les analyses en sous-groupe suggèrent un effet plus important avec l’administration orale des formulations de desmopressine à forte dose et chez les hommes présentant une polyurie nocturne documentée.

Comparaison de la desmopressine et de modifications du comportement : il n’y avait pas de données concernant l’effet sur le nombre de mictions nocturne, la qualité de vie ou les événements indésirables graves.

Comparaison de la desmopressine et d’un alpha-bloquant : sur la base d’un suivi à court terme, la desmopressine a probablement un effet similaire sur le nombre de mictions nocturne (DM 0,30, IC à 95 % de -0,20 à 0,80 ; données de qualité moyenne) et la qualité de vie (DM 0,00, IC à 95 % de -0,35 à 0,35 ; données de qualité moyenne). Il n’y a eu aucun événement indésirable majeur dans l’un ou l’autre groupe de l’étude.

Comparaison de la desmopressine avec un alpha-bloquant et de l’alpha-bloquant seul : sur la base d’un suivi à court terme, le traitement combiné donne probablement une réduction insignifiante du nombre de mictions nocturne (DM -0,47, IC à 95 % de -0,73 à -0,21 ; données de qualité moyenne) et de la qualité de vie (DM -0,29, IC à 95 % de -0,51 à -0,07 ; données de qualité moyenne). Le risque d’événements indésirables graves est peut-être similaire (RR 0,30, IC à 95 % de 0,01 à 7,32 ; données de mauvaise qualité).

Comparaison de la desmopressine avec un alpha-bloquant et d'un alpha-bloquant avec un anticholinergique : sur la base d’un suivi à court terme, le traitement combiné ne donne probablement que peu ou pas de différence dans le nombre de mictions nocturne (DM -0,43, IC à 95 % de -0,97 à 0,11 ; données de qualité moyenne). Nous n’avons trouvé aucune donnée probante concernant la qualité de vie. Il n’y a eu aucun événement indésirable majeur dans l’un ou l’autre groupe de l’étude.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.