Les valeurs cibles de pression artérielle dans l'hypertension chez les personnes âgées

Question de la revue

Quelle est la pression artérielle (PA) cible optimale lors du traitement de personnes âgées présentant une pression artérielle élevée ?

Contexte

Une PA élevée est fréquente chez les personnes âgées, et des pressions plus élevées augmentent le risque d'événements indésirables tels que l'accident vasculaire cérébral (AVC), la crise cardiaque, l'insuffisance cardiaque et le décès. Baisser la PA avec des médicaments réduit le risque de ces événements graves, mais la PA cible optimale lors du traitement de personnes âgées n'est pas connue.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons systématiquement extrait tous les essais randomisés qui comparaient l'effet d'une PA cible plus élevée (premier nombre de la PA de moins de 150 à 160 mmHg) à une PA cible moins élevée conventionnelle (premier nombre de la PA de moins de 140 mmHg) chez les personnes de plus de 65 ans. Les preuves sont à jour en février 2017.

Résultats principaux

Nous avons trouvé trois essais randomisés (la référence en matière de données médicales) ayant examiné cette question chez un total de 8 221 personnes âgées (moyenne d'âge de 75 ans, 59 % de femmes). Nous n'avons pas trouvé de différence entre la PA cible plus élevée et la PA cible conventionnelle moins élevée, une différence importante en faveur de la PA cible moins élevée n'a toutefois pas pu être exclue.

Qualité des preuves

Nous avons jugé que les preuves groupées étaient de faible qualité et que nous ne pouvions pas répondre convenablement à la question quant à la PA cible la plus efficace. D'autres essais de bonne qualité étudiant cette question sont nécessaires.

Conclusions des auteurs : 

À l'heure actuelle, il n'existe pas suffisamment de preuves pour déterminer si une PA cible plus élevée (de moins de 150 à 160/95 à 105 mmHg) ou une PA cible inférieure (de moins de 140/90 mmHg) est plus efficace pour les personnes âgées présentant une PA élevée. Des essais supplémentaires de bonne qualité évaluant les valeurs cibles de la PA dans cette population sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Huit des 10 essais majeurs étudiant les antihypertenseurs chez les personnes âgées tentaient d'atteindre une pression artérielle (PA) systolique cible de moins de 160 mmHg. Pris ensemble, ces essais mettaient en évidence un bénéfice en faveur du traitement, par rapport à l'absence de traitement, pour les adultes âgés ayant une PA supérieure à 160 mmHg. Cependant, une PA cible inférieure de 140 mmHg est couramment utilisée pour tous les groupes d'âge. Pour le moment, on ne sait pas si une PA cible plus faible ou plus élevée est associée à de meilleurs résultats cardiovasculaires chez les personnes âgées.

Objectifs : 

Évaluer les effets d'une PA cible plus élevée (moins de 150 à 160/95 à 105 mmHg) par rapport à la PA cible inférieure de moins de 140/90 mmHg chez des adultes âgés de 65 ans ou plus hypertendus.

Stratégie de recherche documentaire : 

Le spécialiste de l'information Cochrane en matière d'hypertension a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour trouver des essais contrôlés randomisés, jusqu'en février 2017 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, MEDLINE, Embase, ClinicalTrials.gov et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la Santé. Nous avons également contacté les auteurs des articles pertinents pour savoir s'il existait des travaux supplémentaires publiés et non publiés.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés d'une durée d'au moins un an, réalisés auprès d'adultes hypertendus âgés de 65 ans ou plus, qui rapportaient l'effet sur la mortalité et la morbidité d'une PA systolique ou diastolique cible après traitement (si les mesures étaient effectuées en ambulatoire, à domicile, ou au cabinet) de moins de 150 à 160 mmHg pour la PA systolique ou de moins de 95 à 105 mmHg pour la PA diastolique, par rapport à une PA cible inférieure à 140/90 mmHg ou plus faible.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment examiné et sélectionné les essais à inclure, évalué le risque de biais et extrait les données. Nous avons combiné les données pour les critères de jugement dichotomiques en utilisant le risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 % et pour les résultats continus, nous avons utilisé la différence moyenne (DM). Les critères de jugement principaux étaient la mortalité toutes causes confondues, l'AVC, le placement en institution et les événements cardiovasculaires indésirables graves. Les critères de jugement secondaires incluaient la mortalité cardiovasculaire, la mortalité non cardiovasculaire, l'hospitalisation non programmée, chaque composante des événements cardiovasculaires indésirables graves séparément (notamment, maladie cérébrovasculaire, maladie cardiaque, maladie vasculaire et insuffisance rénale), le nombre total d'événements indésirables graves, le nombre total d'événements indésirables mineurs, les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables, la PA systolique obtenue et la PA diastolique obtenue.

Résultats principaux : 

Nous avons identifié et inclus trois essais randomisés en ouvert réalisés auprès de 8 221 personnes âgés (moyenne d'âge de 74,8 ans), dans laquelle des valeurs cibles de PA plus élevées de moins de 150/90 mmHg (deux essais) et moins de 160/90 mmHg (un essai) étaient comparées à une cible inférieure de moins de 140/90 mmHg. Les traitements visant les deux différentes PA cibles pendant deux à quatre ans n'ont pas produit de différence pour nos critères de jugement principaux, y compris la mortalité toutes causes confondues (RR de 1,24, IC à 95 % 0,99 à 1,54), le nombre d'AVC (RR de 1,25, IC à 95 % 0,94 à 1,67) et le nombre total d'événements cardiovasculaires indésirables graves (RR de 1,19, IC à 95 % 0,98 à 1,45). Cependant, les intervalles de confiance à 95 % de ces critères de jugement suggèrent que la PA cible la plus basse n'est probablement pas plus mauvaise, et qu'elle pourrait apporter un bénéfice cliniquement important. Nous avons jugé que toutes les comparaisons étaient basées sur des preuves de faible qualité. Les données d'événements indésirables n'étaient pas disponibles pour tous les essais et n'étaient pas différentes, y compris en ce qui concerne le nombre total d'événements indésirables graves, le nombre total d'événements indésirables mineurs, et les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Sophie Fleurdépine et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.