Interventions sur le lieu de travail pour réduire le temps passé assis au travail

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Pourquoi la quantité de temps passé assis au travail est elle importante ?

L'inactivité physique au travail a augmenté ces dernières années dans le monde, et ainsi également les risques d'obésité, de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de diabète. On ne sait pas si les interventions qui visent à réduire le temps passé assis, comme les stations de travail permettant de travailler en position debout (bureaux assis-debout), sont efficaces pour réduire réellement la quantité de temps passé en position assise.

Objectif de la revue

Nous voulions savoir si les interventions visant à réduire le temps passé assis au travail sont efficaces. Nous avons cherché dans la littérature jusqu'au 14 février 2014 pour trouver des essais contrôlés randomisés et d'autres essais contrôlés d'interventions pour réduire le temps passé assis au travail.

Quels essais avons-nous trouvés pour cette revue ?

Nous avons trouvé huit essais avec un total de 1 125 participants. Trois essais évaluaient l'effet de bureaux assis-debout et deux essais l'effet de rappels informatiques. Pour les stratégies de marche (par exemple, marcher pendant les pauses), les informations et les conseils pour moins rester assis, et l'entraînement à la pleine conscience (ou « mindfulness »), nous avons trouvé un essai portant sur chacune de ces interventions.

Effet des bureaux assis-debout

Un bureau assis-debout avec ou sans informations et conseils a réduit le temps passé assis par 113 minutes par jour de travail, mais la qualité de ces preuves est très faible en raison du petit nombre de participants et un plan de recherche de faible qualité.

Effet de la marche pendant les pauses

L'introduction de la marche pendant les pauses dans une étude n'a pas entraîné de diminution considérable du temps passé assis.

Effet de l'information et des conseils

Dans une étude, aucune réduction du temps passé assis n'a été observée suite à l'utilisation d'un logiciel informatique de rappel, tandis que dans une autre étude, il a réduit le temps passé assis de 55 minutes.

Dans une étude, les conseils d'un médecin du travail ont réduit le temps passé assis de 28 minutes par rapport aux « soins habituels », et dans une autre étude, l'entraînement à la pleine conscience n'a eu aucun effet sur le temps passé assis au travail.

Conclusions

Nous en concluons qu'à l'heure actuelle, il existe des preuves de qualité très faible indiquant que les bureaux assis-debout peuvent réduire le temps passé assis au travail. Toutefois, les preuves sont incohérentes pour ce qui est des mesures de politique (telles que les pauses pour marcher), ou de l'information et des conseils. Des recherches de haute qualité sont nécessaires pour évaluer l'efficacité des différents types d'interventions. De nombreux essais sont en cours actuellement et leurs résultats pourraient changer les conclusions de la présente recherche dans un avenir proche.

Conclusions des auteurs : 

À l'heure actuelle, il existe des preuves de qualité très faible indiquant que les bureaux assis-debout peuvent réduire le temps passé assis au travail, mais les effets des changements de politique ainsi que de l'information et des conseils sont incohérents. Des essais randomisés par grappes de haute qualité sont nécessaires pour évaluer les effets de différents types d'interventions sur le temps passé assis objectivement mesuré. De nombreux essais sont en cours qui pourraient changer ces conclusions dans un proche avenir.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le nombre de personnes qui travaillent en restant assis à un bureau ne cesse d'augmenter dans le monde entier. Comme le temps passé assis augmente, l'effort physique au travail diminue en même temps. Cela a contribué à l'augmentation des maladies cardio-vasculaires, de l'obésité et du diabète. Par conséquent, réduire le temps que les gens passent assis au travail et intercaler des pauses est important pour la santé.

Objectifs : 

Évaluer les effets des interventions en milieu de travail pour réduire le temps passé assis au travail, comparativement à l'absence d'intervention ou à d'autres interventions.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, OSH UPDATE, PsycINFO, Clinical trials.gov et le portail de recherche d'essais de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) jusqu'au 14 février 2014. Nous avons également examiné des références bibliographiques d'articles et contacté des auteurs.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR), les essais contrôlés randomisés en grappes (ECRg) et les essais contrôlés quasi randomisés d'interventions pour réduire le temps passé assis au travail. Pour les aménagements du lieu de travail, nous avons également inclus les études contrôlées avant-après (ECAA) avec groupe témoin concomitant. Le critère d'évaluation principal était le temps passé assis au travail par jour, soit déclaré par le participant, soit mesuré objectivement au moyen d'un accéléromètre associé à un inclinomètre. Nous avons pris en compte à titre de critères d'évaluation secondaires la dépense énergétique, la durée et le nombre d'épisodes de 30 minutes ou plus en position assise, la productivité du travail et les événements indésirables.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres, les résumés et les articles en texte intégral pour évaluer l'admissibilité des études. Deux auteurs ont, toujours de manière indépendante, extrait les données et évalué le risque de biais. Le cas échéant, nous avons contacté les auteurs pour demander des données supplémentaires.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus huit études, dont quatre ECR, trois ECAA et un ECRg, portant sur un total de 1 125 participants. Les études évaluaient des aménagements physiques du lieu de travail (trois études), des changements de politique (une étude) ainsi que des informations et conseils (quatre études). Aucune étude n'a examiné l'effet des bureaux avec tapis roulant, des appareils de step, des pauses régulières ou des réunions debout ou en marchant. Toutes les études présentaient un risque de biais élevé. La qualité des preuves allait de très faible à faible. La moitié des études avaient été réalisées en Australie et l'autre moitié en Europe, et aucune dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

Aménagements physiques du lieu de travail

Nous avons trouvé des preuves de très faible qualité indiquant que les bureaux assis-debout, avec ou sans conseils supplémentaires, avaient réduit le temps passé assis au travail par journée de travail à une semaine de suivi (DM -143 minutes (IC à 95 % de -184 à -102, une étude, 31 participants) et à trois mois de suivi (DM -113 minutes, IC à 95 % de -143 à -84, deux études, 61 participants) par rapport à l'absence d'intervention. Le temps total passé assis au cours de la journée a également diminué avec les bureaux assis-debout par rapport à l'absence d'intervention (DM -78 minutes, IC à 95 % de -125 à -30, une étude, 31 participants), tout comme la durée des épisodes de 30 minutes ou plus en position assise (DM -52 minutes, IC à 95 % de -79 à -26, deux études, 74 participants). Les bureaux assis-debout n'ont pas eu d'effet considérable sur la productivité du travail et des effets incohérents ont été constatés sur les symptômes musculo-squelettiques et les congés de maladie.

Changements de politique

Les stratégies de marche n'ont eu aucun effet considérable sur le temps passé assis au travail (DM -16 minutes, IC à 95 % de -54 à 23, une étude, 179 participants, preuves de faible qualité).

Information et conseil

Les conseils fondés sur les recommandations fournis par des médecins du travail ont réduit le temps passé assis au travail (DM -28 minutes, IC à 95 % de -54 à -2, une étude, 396 participants, preuves de faible qualité). Aucun effet considérable n'a été constaté sur la réduction du temps total passé assis au cours de la journée.

L'entraînement à la pleine conscience a induit une réduction non significative du temps passé assis sur le lieu de travail (DM -2 minutes, IC à 95 % de -22 à 18) à six mois de suivi et à 12 mois de suivi (DM -16 minutes, IC à 95 % de -45 à 12, une étude, 257 participants, preuves de faible qualité).

L'effet des rappels par ordinateur sur le temps passé assis au travail était incohérent. Une étude n'a constaté aucun effet considérable sur le temps passé assis au travail (DM -18 minutes, IC à 95 % de -53 à 17, 28 participants, preuves de faible qualité) à 10 jours de suivi, tandis qu'une autre étude fait état d'une réduction significative du temps passé assis au travail (DM -55 minutes, IC à 95 % de -96 à -14, 34 participants, preuves de faible qualité) à 13 semaines de suivi. Les logiciels de rappel sur ordinateur ont également entraîné une augmentation non significative de la dépense énergétique au travail (DM 278 calories/jour de travail, IC à 95 % de 0 à 556, une étude, 34 participants, preuves de faible qualité) à 13 semaines de suivi.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.