La thérapie cognitivo-comportementale pour le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) chez l'adulte

Contexte

Les personnes ayant un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) ont des difficultés à prêter attention, à rester concentrées, à gérer leur hyperactivité (par exemple lorsqu'il faut patienter dans des files d'attente) et ont tendance à agir sans réfléchir (impulsivité). Chez les adultes, le TDAH altère significativement les interactions sociales et la performance dans les études et en matière d'emploi.

De précédentes études suggèrent que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pourrait être efficace pour le traitement des adultes ayant un TDAH, en particulier lorsque celle-ci est combinée à un traitement pharmacologique (c'est-à-dire des médicaments). La TCC vise à modifier les pensées et les comportements qui renforcent les effets négatifs du trouble en enseignant à ces personnes des techniques pour contrôler les principaux symptômes. La TCC vise à aider les personnes à faire face à leurs émotions, telles que l'anxiété et la dépression, et à améliorer leur estime de soi.

Question de la revue

La TCC permet-elle, seule ou en association avec un traitement pharmacologique, de réduire les principaux symptômes du TDAH chez l'adulte par rapport à d'autres traitements ou à l'absence de traitement spécifique ?

Date des recherches

Les preuves sont à jour en juin 2017.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé 14 essais contrôlés randomisés (études dans lesquelles les participants sont assignés aléatoirement dans différents groupes de traitement) décrivant les effets de la TCC chez 700 adultes ayant un TDAH, âgés de 18 à 65 ans. Treize essais ont été réalisés dans l'hémisphère nord, et un en Australie.

Parmi les études incluses, trois ont comparé la TCC à d'autres interventions spécifiques et sept ont comparé la TCC à des interventions de contrôle non spécifiques (thérapie de soutien non spécifique, liste d'attente ou absence de traitement). En outre, deux études ont comparé la TCC + pharmacothérapie vs. pharmacothérapie seule. Un essai a comparé la TCC à deux groupes de contrôle ; le premier a reçu un autre traitement non pharmacologique spécifique et le deuxième était un groupe témoin sans traitement.

Qualité des preuves

En raison de l'imprécision (résultats inexacts), de l'incohérence (résultats différents entre les essais) et des limitations méthodologiques, nous avons estimé que la qualité des preuves issues des études incluses variait de très faible à modérée.

Principaux résultats

Les résultats suggèrent que la TCC pourrait améliorer les principaux symptômes du TDAH, réduire l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité.

Lorsque la TCC est combinée à la pharmacothérapie, il y avait des preuves indiquant une amélioration du fonctionnement global (c'est-à-dire le niveau de fonctionnement global de la personne dans la vie quotidienne) et une réduction de la dépression et de l'anxiété par rapport aux effets observés avec la pharmacothérapie seule.

Aucune des études incluses n'a rapporté des événements indésirables graves. Cependant, cinq participants ont rapporté des événements indésirables, tels que de la détresse et de l'anxiété.

Conclusions des auteurs : 

Il existe des preuves de faible qualité indiquant que les thérapies cognitivo-comportementales peuvent être bénéfiques pour le traitement à court terme des adultes ayant un TDAH. Les réductions des principaux symptômes du TDAH étaient relativement cohérentes entre les différentes comparaisons : dans la comparaison portant sur la TCC + pharmacothérapie par rapport à la pharmacothérapie seule et dans la comparaison portant sur la TCC par rapport à une liste d'attente. Il existe des preuves de faible qualité indiquant que la TCC peut également améliorer des troubles secondaires courants chez les adultes ayant un TDAH, tels que la dépression et l'anxiété. Cependant, le manque de données de suivi à long terme, la nature hétérogène des résultats mesurés, et la répartition géographique des essais (hémisphère nord et Australie) limite la généralisabilité des résultats. Aucune des études incluses n'a rapporté des événements indésirables graves, mais cinq participants recevant différentes modalités de TCC ont rapporté des événements indésirables, tels que de la détresse et de l'anxiété.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) est une affection caractérisée par une inattention, une hyperactivité et une impulsivité, associées à des troubles des fonctions exécutives, de la gestion des émotions et de la motivation. La persistance du TDAH à l'âge adulte est un problème clinique important.

Le TDAH altère significativement les interactions sociales et la performance dans les études et en matière emploi.

De précédentes études suggèrent que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pourrait être efficace pour le traitement des adultes ayant un TDAH, en particulier lorsque celle-ci est combinée à un traitement pharmacologique. La TCC vise à modifier les pensées et les comportements qui renforcent les effets négatifs du trouble en enseignant à ces personnes des techniques pour contrôler les principaux symptômes. La TCC vise à aider les personnes à faire face à leurs émotions, telles que l'anxiété et la dépression, et à améliorer leur estime de soi.

Objectifs : 

Évaluer les effets de la thérapie cognitivo-comportementale pour le traitement du TDAH chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire : 

En juin 2017, nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, sept autres bases de données et trois registres d'essais. Nous avons également examiné les références bibliographiques, effectué des recherches manuelles dans les résumés de congrès, et contacté des experts et des chercheurs dans le domaine.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant toute forme de TCC chez les adultes ayant un TDAH, soit en tant que monothérapie soit combinée à un autre traitement, par rapport à l'une des interventions suivantes : interventions de contrôle non spécifiques (comprenant les psychothérapies de soutien, l'absence de traitement ou une liste d'attente) ou d'autres interventions spécifiques.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard suggérées par Cochrane.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 14 ECR (700 participants), dont 13 ont été réalisés dans l'hémisphère nord, et un en Australie.

Les critères de jugement principaux étaient les symptômes du TDAH.

La TCC par rapport à des interventions contrôle non spécifiques (psychothérapie de soutien, liste d'attente ou absence de traitement)

- La TCC par rapport aux psychothérapies de soutien : la TCC était plus efficace que la thérapie de soutien pour améliorer les symptômes du TDAH évalués par des cliniciens (1 étude, 81 participants ; preuves de faible qualité), mais pas pour les symptômes du TDAH auto-rapportés (DMS −0,16, IC à 95 % −0,52 à 0,19 ; 2 études, 122 participants ; preuves de faible qualité ; petite taille d'effet).

- La TCC par rapport à une liste d'attente : La TCC a conduit à un plus grand bénéfice au niveau des symptômes du TDAH évalués par des cliniciens (DMS −1,22, IC à 95 % −2,03 à −0,41 ; 2 études, 126 participants ; preuves de très faible qualité ; taille d'effet importante). Nous avons également trouvé des différences significatives en faveur de la TCC pour les symptômes du TDAH auto-rapportés (DMS −0,84, IC à 95 % −1,18 à −0,50 ; 5 études, 251 participants ; preuves de qualité modérée ; taille d'effet importante).

La TCC + pharmacothérapie par rapport à la pharmacothérapie seule : La TCC + pharmacothérapie était plus efficace que la pharmacothérapie seule pour les principaux symptômes évalués par les cliniciens (DMS −0,80, IC à 95 % −1,31 à −0,30 ; 2 études, 65 participants ; preuves de très faible qualité ; taille d'effet importante), pour les principaux symptômes auto-rapportés (DM −7,42 points, IC à 95 % de −11,63 points à −3,22 points ; 2 études, 66 participants, preuves de faible qualité) et pour l'inattention auto-rapportée (1 étude, 35 participants).

La TCC par rapport à d'autres interventions incluant des composantes thérapeutiques spécifiquement destinées au TDAH : Nous avons trouvé une différence significative en faveur de la TCC pour les symptômes du TDAH évalués par les cliniciens (DMS −0,58, IC à 95 % −0,98 à −0,17 ; 2 études, 97 participants ; preuves de faible qualité ; taille d'effet modérée) et pour la sévérité des symptômes du TDAH auto-rapportée (DMS −0,44, IC à 95 % −0,88 à −0,01 ; 4 études, 156 participants ; preuves de faible qualité ; petite taille d'effet).

Les critères de jugement secondaires

La TCC par rapport à des interventions contrôle non spécifiques : Nous avons trouvé des différences en faveur de la TCC par rapport au groupe témoin sur liste d'attente pour la dépression auto-rapportée (DMS −0,36, IC à 95 % −0,60 à −0,11 ; 5 études, 258 participants ; petite taille d'effet) et pour l'anxiété auto-rapportée (DMS −0,45, IC à 95 % −0,71 à −0,19 ; 4 études, 239 participants ; petite taille d'effet). Nous avons également observé des différences en faveur de la TCC pour l'état de colère auto-rapporté (1 étude, 43 participants) et l'estime de soi auto-rapportée (1 étude, 43 participants) par rapport à une liste d'attente. Nous n'avons trouvé aucune différence entre la TCC et la thérapie de soutien (1 étude, 81 participants) pour la dépression, l'anxiété évaluée par les cliniciens ou l'estime de soi auto-rapportée. En outre, il n'y avait aucune différence entre la TCC et la liste d'attente pour la colère auto-rapportée (1 étude, 43 participants) ou la qualité de vie auto-rapportée (DMS 0,21, IC à 95 % −0,29 à 0,71 ; 2 études, 64 participants ; petite taille d'effet).

La TCC + pharmacothérapie par rapport à la pharmacothérapie seule : Nous avons trouvé des différences en faveur de la TCC + pharmacothérapie au niveau du score d'impression clinique global (DM −0,75 points, IC à 95 % de −1,21 points à −0,30 points ; 2 études, 65 participants), de la dépression auto-rapportée (DM −6,09 points, IC à 95 % de −9,55 points à −2,63 points ; 2 études, 66 participants) et de l'anxiété auto-rapportée (DMS −0,58, IC à 95 % −1,08 à −0,08 ; 2 études, 66 participants ; taille d'effet modérée). Nous avons également observé des différences en faveur de la TCC + pharmacothérapie (1 étude, 31 participants) pour la dépression et l'anxiété évaluées par les cliniciens.

La TCC par rapport à d'autres interventions spécifiques : Nous n'avons pas trouvé de différences au niveau des critères de jugement secondaires, tels que la dépression et l'anxiété auto-rapportées, et les résultats sur la qualité de vie auto-rapportée variaient entre les différentes études.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.