Est-ce que les changements organisationnels destinés à soutenir les personnes souhaitant arrêter de fumer permettent d'améliorer les services et d'aider davantage de personnes à arrêter de fumer ?

Contexte

Le tabagisme est la cause de nombreux problèmes de santé, notamment des cancers et des maladies du cœur et des poumons. Les professionnels de la santé (par ex. les médecins, les infirmiers, les pharmaciens, les dentistes, etc.) pourraient être aptes à réduire ce risque en aidant les fumeurs à arrêter de fumer lors des consultations. Cependant, il peut être difficile pour les prestataires de soins de reconnaître les fumeurs. Ils peuvent également avoir le sentiment de ne pas pouvoir offrir un soutien suffisant par manque de temps, de compétences, de formation, de budget ou de ressources. Des modifications au niveau de l'organisation globale des professionnels de la santé peuvent aider à améliorer leur implication dans les soins permettant d'aider les gens à arrêter de fumer, et ainsi améliorer leurs chances d'arrêter de fumer. Ces changements peuvent inclure l'introduction d'un système pour demander aux patients s'ils fument et enregistrer le statut tabagique du patient dans son dossier ; fournir aux prestataires de soins des formations, un budget ou des ressources pour les aider à offrir un soutien plus efficace ; identifier un membre du personnel se consacrant au soutien pour arrêter de fumer; introduire de nouvelles règles permettant de restreindre le tabagisme ou de soutenir les activités visant le sevrage tabagique ; introduire des conseils quant au sevrage tabagique dans les soins de routine ; et payer les soignants pour offrir de l'aide au sevrage. Cette revue visait à déterminer si la mise en œuvre de ces changements organisationnels améliore l'implication des professionnels de santé dans des activités permettant d'arrêter de fumer, et si cela aide les fumeurs à arrêter de fumer. Nous avons considéré les activités suivantes réalisées par les professionnels de santé pour évaluer leur implication dans le sevrage tabagique  : 1) poser des questions concernant la consommation de tabac ; 2) documenter le statut tabagique dans le dossier du patient ; 3) conseiller aux fumeurs d'arrêter de fumer ; 4) offrir un soutien pour arrêter de fumer ; 5) offrir des médicaments permettant d'arrêter de fumer ; et 6) référer le patient vers d'autres centres, tels qu'un centre d'assistance téléphonique (un service téléphonique offrant des services pour les fumeurs souhaitant arrêter de fumer) où les fumeurs pourront obtenir de l'aide supplémentaire.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons recherché des études publiées jusqu'en février 2016.

Notre recherche a identifié sept études examinant les changements apportés à la manière dont les organisations offrent un soutien au sevrage tabagique dans les établissements de santé ; six études ont été menées aux États-Unis et une en Espagne. Deux études évaluaient les changements mis en œuvre dans les cliniques de soins primaires et deux autres études évaluaient des changements dans des cliniques dentaires. Une étude avait évalué les changements dans des pharmacies communautaires, des centres médicaux pour les anciens combattants et dans des cabinets pédiatriques. Toutes les études incluses ont été soutenues ou financées par des agences gouvernementales.

Aucune des études n'avait mis en œuvre tous les changements recommandés ou toutes les activités mentionnées ci-dessus. Cinq études ont mis en œuvre quatre types de changements et deux études ont mis en œuvre trois types de changements. L'identification de tous les fumeurs, la formation des professionnels de la santé et conseiller aux fumeurs d'arrêter de fumer étaient inclus dans toutes les études sélectionnées.

Résultats principaux

Sur les sept études identifiées, seules quatre évaluaient l'effet des changements organisationnels sur le statut tabagique des participants. Parmi celles-ci, deux ont constaté que les changements organisationnels aidaient les gens à arrêter de fumer, mais les deux autres études ont indiqué qu'elles n'étaient pas efficaces, et par conséquent, aucune conclusion ne peut être tirée sur ce point. Les activités telles que l'offre de conseils pour arrêter de fumer, la consignation du statut tabagique des patients dans leurs dossiers, et la recommandation à une clinique externe spécialisée dans le sevrage tabagique étaient améliorées après les changements effectués. Sur les trois études évaluant les facteurs tels que poser une question concernant la consommation de tabac et offrir des conseils pour arrêter de fumer, deux études ont rapporté que les changements organisationnels pourraient améliorer ces deux facteurs.

Qualité des preuves

La qualité globale des preuves a été jugée comme faible en raison du faible nombre d'études disponibles et des plans d'étude inadéquats. Davantage d'études bien menées sont nécessaires pour combler ces lacunes quant aux connaissances. Certaines études sont déjà en cours mais doivent être évaluées en détail pour les inclure dans la revue.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves disponibles suggèrent que les interventions de modification du système pour le sevrage tabagique pourraient ne pas être efficaces pour obtenir une augmentation des taux de sevrage, mais il a été démontré que ces interventions améliorent les résultats quant aux processus, tels que l'évaluation de la consommation de tabac, l'offre d'un soutien pour le sevrage et la recommandation aux services de sevrage tabagique. Cependant, comme les recherches disponibles sont limitées, nous ne sommes pas en mesure de tirer des conclusions robustes. Il est nécessaire de réaliser d'autres recherches de haute qualité pour étudier l'impact des interventions de modification du système pour le sevrage tabagique et les critères de jugement au niveau du système.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les interventions impliquant des modifications du système pour le sevrage tabagique sont des stratégies et des pratiques conçues par des organisations pour intégrer aux soins habituels l'identification des fumeurs et l'offre associée de traitements fondés sur les faits pour la dépendance à la nicotine. Ces stratégies ont le potentiel d'améliorer l'offre d'aide au sevrage tabagique dans les établissements de santé et les résultats relatifs au sevrage parmi ceux qui en font usage.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité des interventions visant à modifier les systèmes dans des établissements de soins, pour augmenter les taux de sevrage, l'offre de soins facilitant le sevrage tabagique, ou ces deux résultats.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données, y compris le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme, CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL et PsycINFO en février 2016. Nous avons également effectué des recherches dans des registres d'essais cliniques : l'ICTRP de l'OMS et le registre d'essais cliniques de l'US National Institute of Health (NIH). Nous avons cherché dans la littérature « grise » et effectué une recherche manuelle dans les bibliographies des articles pertinents et des publications.

Critères de sélection : 

Les essais contrôlés randomisés (ECR), les ECR en grappes, les essais quasi-randomisés et les séries temporelles interrompues évaluant une intervention de modification du système, incluant l'identification de tous les fumeurs et l'offre ultérieure d'un traitement contre la dépendance à la nicotine fondé sur les preuves.

Recueil et analyse des données : 

À l'aide d'un formulaire standardisé, nous avons extrait des données issues des études éligibles : contexte de l'étude, participants, interventions et critères de jugement d'intérêt (à la fois sevrage et résultats au niveau du système). Pour les critères de jugement quant au sevrage, nous avons utilisé les critères les plus strictes disponibles pour définir l'abstinence. Les critères de jugement au niveau du système incluaient l'évaluation et la documentation de la consommation de tabac, l'offre de suggestions pour arrêter de fumer ou un soutien pour le sevrage, la recommandation et l'inscription à des services de sevrage téléphonique, et la prescription de médicaments pour le sevrage. Nous avons évalué les risques de biais selon le Manuel Cochrane et catégorisé chaque étude, comme étant à risque de biais élevé, faible ou incertain. Nous avons réalisé une synthèse narrative pour décrire l'efficacité des interventions sur plusieurs critères de jugement, en raison de l'hétérogénéité significative entre les études.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus sept études contrôlées randomisées en grappes dans cette revue. Nous avons évalué la qualité des preuves comme étant faible ou très faible, selon le critère de jugement, conformément à la méthode GRADE standard. Les preuves quant à l'efficacité étaient équivoques concernant l'abstinence tabagique au suivi le plus long (quatre études), et pour le critère de jugement secondaire de la « prescription de médicaments de sevrage tabagique » (deux études). Quatre études évaluaient des changements dans l'offre d'un soutien pour le sevrage tabagique et trois étaient favorables à l'intervention. Des améliorations significatives ont été constatées dans l'évaluation de la consommation de tabac (une étude), la recommandation à une ligne téléphonique pour le sevrage (deux études) et l'inscription à une ligne téléphonique pour le sevrage (deux études). D'autres critères de jugement secondaires, tels que poser des questions concernant la consommation de tabac (trois études) et offrir des conseils pour arrêter de fumer (trois études), ont également indiqué certains effets positifs.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.