Immunisation passive (par administration d'anticorps) pour la prévention de la rubéole (rougeole allemande) après être entré en contact avec le virus

Contexte et question de la revue
Les personnes qui ont souffert de la rubéole (rougeole allemande), ou qui ont fait le vaccin contre la rubéole, possèdent des anticorps contre le virus dans leur sang. Ces anticorps les protègent de la rubéole si elles entrent à nouveau en contact avec le virus et peuvent être extraits du sang donné par ces personnes.

Si des personnes sans anticorps entrent en contact avec une personne qui souffre de la rubéole et qui est contagieuse, alors elles peuvent la contracter. La rubéole peut être grave. Le fœtus d'une femme infectée par la rubéole, en particulier en début de grossesse, peut naître avec un éventail d'anomalies congénitales, dont des problèmes cardiaques, oculaires et auditifs. L'une des manières de prévenir la rubéole chez les personnes qui entrent en contact avec une personne contagieuse est de leur injecter des anticorps extraits de dons de sang. Cette injection a été effectuée dans les années 1950 et 1960 et est encore recommandée pour contrôler la rubéole dans certaines circonstances dans certains pays. Nous ne savons pas exactement si cela est efficace. Nous avons donc cherché à répondre à cette question.

Caractéristiques de l'étude
Les preuves ont été mises à jour en août 2014. Nous avons inclus 12 études (430 participants). Des personnes de tout âge étaient incluses dans ces études qui ont été réalisées dans des pays à revenus élevés.

Principaux résultats et qualité des preuves
Onze études (389 participants) comparaient l'injection d'anticorps dans le muscle ou la veine d'un participant à l'injection d'eau salée ou à l'absence de traitement. Les participants à l'étude n'avaient pas d'anticorps à eux. Ils étaient entrés en contact avec la rubéole entre un et 28 jours avant de recevoir des anticorps. Les anticorps semblaient être efficaces pour empêcher la contraction de la rubéole chez les participants. Ceux qui avaient reçu des anticorps étaient 39 % moins susceptibles de développer la rubéole par rapport à ceux qui n'avaient pas reçu d'anticorps. Dans une analyse de sept études (89 participants) dans lesquelles les participants avaient été en contact avec la rubéole seulement cinq jours auparavant maximum, les patients qui recevaient les doses les plus élevées utilisées dans les études étaient 80 % moins susceptibles de développer la rubéole par rapport à ceux qui n'avaient pas reçu d'anticorps. Les études qui évaluent la prévention de la rubéole étaient de qualité modérée en raison de certains problèmes méthodologiques et le petit nombre de participants. Il est important de noter que la quantité d'anticorps de la rubéole dans les dons de sang actuels peut différer de celles utilisées dans les études. Par conséquent, il est possible que les doses administrées aujourd'hui doivent être différentes de celles des études afin d'obtenir le même effet.

Une seule étude incluait des femmes enceintes. Toutes les femmes ont reçu l'une des deux doses différentes d'anticorps. L'étude ne mesurait pas si les bébés étaient infectés par la rubéole, mais notaient si des anomalies congénitales pouvant être liées à la rubéole étaient présentes. Des détails importants concernant les méthodes d'étude étaient manquants et inaccessibles. La qualité de cette étude n'est donc pas claire. Aucun des bébés nés de femmes infectées n'a été identifié comme présentant des anomalies congénitales liées à la rubéole. Cependant, nous ne pouvons pas tirer de conclusions directes sur cette seule étude à propos de l'efficacité de l'injection d'anticorps après un contact avec la rubéole pour la prévention des anomalies congénitales liées à la rubéole chez les femmes enceintes. Des recherches supplémentaires sur cette question sont nécessaires.

Les études incluses ne mentionnaient pas les événements indésirables. Les futures études devraient rapporter ce résultat.

Conclusions des auteurs : 

Par rapport à l'absence de traitement, les immunoglobulines polyclonales semblent être bénéfiques pour la prévention de la rubéole. Les preuves disponibles suggèrent que cette intervention pourrait être bénéfique jusqu'à cinq jours après l'exposition, et que son efficacité est liée à la dose. Compte tenu du taux de crises pour les cas de rubéole dans le groupe de contrôle dont le sous-groupe avait le volume le plus fort de gamma-globuline (333 pour 1000), la réduction absolue du risque (calculée à partir des RR) pour ce volume de gamma-globuline était de 266 (IC à 95 % allant de 0 à 320) et quatre sujets doivent être traités pour pouvoir observer un bénéfice du traitement (IC à 95 % allant de 3 à incalculable).

Les études incluses ne mesuraient pas les anticorps spécifiques à la rubéole dans les produits d'immunoglobuline utilisés selon une méthode standard et par conséquent l'estimation de la dose d'anticorps spécifiques à la rubéole administrée en unités internationales n'était pas possible. Comme la concentration d'anticorps spécifiques à la rubéole dans les produits d'immunoglobuline polyclonale disponibles aujourd'hui peut varier de celles utilisées dans les études de la revue, le volume requis par livre de masse corporelle pour produire des résultats similaires peut également varier.

Il n'existe pas suffisamment de preuves pour tirer des conclusions sur l'efficacité des immunoglobulines polyclonales dans la prévention de l'embryopathie rubéolique. Des recherches supplémentaires sur cette question sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Le contrôle de la rubéole est souhaité car une infection en début de grossesse peut entraîner des fausses couches, le décès fœtal ou des malformations congénitales. Des études primaires examinant l'efficacité des immunoglobulines pour la prophylaxie post-exposition de la rubéole ont des échantillons de petite taille et des résultats variables. Les recommandations de santé publique nationales suggèrent un certain degré d'efficacité.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité de l'injection intramusculaire ou de la perfusion intraveineuse d'immunoglobulines polyclonales de sérum humain ou d'origine plasmatique pour prévenir la rubéole et l'embryopathie rubéolique lorsqu'elles sont administrées aux personnes exposées et susceptibles de contracter la maladie avant l'apparition de celle-ci.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (2014, numéro 7), MEDLINE (de 1946 à la 2ème semaine d'août 2014), EMBASE (de 1974 à août 2014), CINAHL (de 1981 à août 2014), LILACS (de 1982 à août 2014) et Web of Science (de 1955 à août 2014). Nous avons consulté ClinicalTrials.gov et le World Health Organization International Clinical Trials Registry le 16 octobre 2014. Nous avons effectué des recherches dans les références bibliographiques des études et revues pertinentes trouvées et des directives nationales de santé publique identifiées.

Critères de sélection : 

Pour le critère de "prévention des cas de rubéole ", nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR. Nous avons trouvé plusieurs études portant sur ce critère de jugement où il s'agissait d'un essai clinique contrôlé (ECC) (avec exposition contrôlée par les chercheurs au virus de la rubéole), mais la méthode d'assignation des participants aux groupes n'était pas rapportée. Nous avons trouvé un rapport alternatif de l'une de ces études qui indiquait que les participants avaient été assignés aux groupes de façon aléatoire. Nous avons donc inclus ces études qui remplissaient les critères pour les ECR ou quasi-ECR et nous avons procédé à des analyses de sensibilité. Pour les critères de jugement "l'infection de la rubéole congénitale" et « l'embryopathie rubéolique », nous avons inclus les ECR et quasi-ECR et les études prospectives contrôlées (études de cohorte). Les participants devaient nécessairement être sensibles et exposés à la rubéole. Les immunoglobulines polyclonales dérivées du plasma ou du sérum humain devaient avoir été administrées par voie intramusculaire ou intraveineuse en tant que seule intervention dans au moins un groupe.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par The Cochrane Collaboration.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 12 études (430 participants) dans la revue : sept ECR et cinq ECC où nous ne savions pas si les participants avaient été aléatoirement assignés aux groupes. Nous n'avons pas inclus d'études non publiées. Les participants étaient des enfants et des adultes des deux sexes. Une seule étude incluait des femmes enceintes. Toutes les études ont été réalisées dans des pays à revenus élevés.

La qualité des onze études dans la méta-analyse initiale était modérée, bien que nous n'ayons classé aucune étude comme présentant un faible risque de biais pour tous les critères de jugement.

Nous avons inclus onze études dans la méta-analyse initiale de gammaglobuline (immunoglobulines polyclonales concentrées) par rapport à un groupe témoin (solution saline ou absence de traitement) pour les cas de rubéole. Le résultat a été en faveur du groupe d'intervention (risque relatif (RR) 0,61, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,45 à 0,83), mais était hétérogène (test de Chi ² = 36,59, df = 10 (P < 0,0001) ; statistique I ² = 73 %). L'hétérogénéité a été expliquée par sous-groupes d'études selon le volume estimé de gammaglobuline administrée par livre de masse corporelle et ensuite par élimination des études dans lesquelles l'injection était faite plus de cinq jours après l'exposition à la rubéole du participant (analyse post hoc). Le test des différences entre les sous-groupes a démontré une hétérogénéité entre les sous-groupes selon notre définition du protocole (P < 0,1 ; statistique I ² > 60 %) et il semblait y avoir une plus grande efficacité de l'injection lorsqu'un un volume plus important de gammaglobuline était administré ("0,027 à 0,037 ml / lb RR 1,60 (IC à 95 % 0,57 à 4,52) ;" de 0,1 à 0,15 ml / lb RR 0,53 (IC à 95 % 0,29 à 0,99) ; "de 0,2 à 0,5 ml / lb RR 0,20 (IC à 95 % de 0,04 à 1,00)).

Aucune des études n'a rapporté le résultat : "infection de la rubéole congénitale". Une étude incluse indiquait l'embryopathie rubéolique, mais aucun cas n'a été reporté chez des participantes qui étaient à moins de neuf semaines de grossesse lors de l'inscription et qui étaient randomisées dans un des deux groupes gamma-globuline (titrage de la rubéole « élevé » ou « faible » ). Cependant, l'étude n'a pas rapporté la manière dont l'embryopathie rubéolique était mesurée ni la durée de suivi selon le groupe d'intervention. Cette étude n'incluait aucun groupe sans traitement.

Aucune étude incluse n'a rapporté les événements indésirables.

Notes de traduction : 

Post-édition : Mélanie Houdet (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.