Musique contre l'insomnie chez les adultes

Problématique de la revue

Cette revue systématique a évalué les effets de l'écoute de la musique sur l'insomnie chez l'adulte et l'impact des facteurs qui peuvent influer sur l'effet.

Contexte

Des millions de personnes souffrent d'insomnie dans le monde. Les gens peuvent éprouver des difficultés à s'endormir ou à rester endormi, ou avoir un sommeil de mauvaise qualité.

Les troubles du sommeil affectent la santé physique et mentale de la personne. Les conséquences d'un mauvais sommeil sont coûteuses, tant pour les individus que pour la société. Beaucoup de gens écoutent de la musique pour améliorer leur sommeil, mais l'effet de l'écoute de musique n'est pas clair.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché des études pertinentes dans des bases de données électroniques et des revues de musicothérapie. La revue inclut six études avec un total de 314 participants. Ces études ont comparé l'effet de l'écoute de la musique, seule ou associée aux soins standard, par rapport aux soins standard seuls ou à l'absence de traitement. Les études ont examiné l'effet de l'écoute de la musique pré-enregistrée chaque jour, pendant 25 à 60 minutes, sur une période de trois jours à cinq semaines. Les preuves sont à jour jusqu'au 22 mai 2015.

Principaux résultats

Cinq études ont mesuré la qualité du sommeil. Les résultats suggèrent qu'écouter de la musique peut améliorer la qualité du sommeil. Une seule étude a rapporté des données sur d'autres aspects du sommeil, notamment le temps nécessaire pour s'endormir, la quantité réelle de sommeil obtenue et le nombre de réveils au cours du sommeil. Cette étude n'a trouvé aucune preuve suggérant que l'écoute de la musique ait été bénéfique sur ces critères. Aucune des études n'a rapporté d'effets secondaires négatifs causés par l'écoute de la musique.

Qualité des preuves

La qualité des preuves était modérée dans les cinq études ayant examiné la qualité du sommeil. Pour les autres aspects du sommeil, la qualité des preuves était faible. Davantage de recherches de haute qualité sont nécessaires pour étudier et déterminer l'effet de l'écoute de la musique sur d'autres aspects du sommeil que la qualité du sommeil et sur des mesures diurnes pertinentes.

Conclusions des auteurs : 

Les résultats de cette revue fournissent des données probantes indiquant que la musique pourrait être efficace pour améliorer la qualité subjective du sommeil chez les adultes présentant des symptômes d'insomnie. L'intervention est sûre et facile à administrer. Davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer l'effet de l'écoute de la musique sur d'autres aspects du sommeil ainsi que sur les conséquences diurnes de l'insomnie.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'insomnie est un trouble du sommeil courant dans la société moderne. Elle réduit la qualité de vie et est associée à des déficiences en matière de santé physique et mentale. L'écoute de la musique est largement utilisée en guise d'aide au sommeil, mais on ne sait pas si elle peut réellement améliorer l'insomnie chez les adultes.

Objectifs : 

Évaluer les effets de l'écoute de la musique sur l'insomnie chez l'adulte et l'influence des variables spécifiques pouvant modérer cet effet.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons interrogé CENTRAL, PubMed, Embase, neuf autres bases de données et deux registres d'essais en mai 2015. En outre, nous avons effectué une recherche manuelle dans des revues de musicothérapie spécifiques et les bibliographies des études incluses, et avons contacté les auteurs des études publiées afin d'identifier d'autres études admissibles pour l'inclusion, y compris des essais non publiés ou en cours.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés et quasi randomisés comparant les effets de l'écoute de la musique par rapport à l'absence de traitement ou aux soins habituels sur l'amélioration du sommeil chez les adultes souffrant d'insomnie.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, passé au crible des résumés d'articles, sélectionné les études à inclure, évalué les risques de biais et extrait des données de toutes les études éligibles. Les données sur les critères de jugement prédéfinis ont été soumises à la méta-analyse lorsqu'elles étaient rapportées de manière cohérente par au moins deux études. Nous avons effectué les méta-analyses en utilisant des modèles à effets aléatoires et fixes. L'hétérogénéité des études incluses a été évaluée en utilisant la statistique I².

Résultats principaux : 

La revue inclut six études totalisant 314 participants. Ces études ont examiné l'effet de l'écoute de la musique pré-enregistrée chaque jour, pendant 25 à 60 minutes, sur une période de trois jours à cinq semaines.

Suivant l'approche GRADE (Grades of Recommendations, Assessment, Development and Evaluation), nous avons jugé les éléments de preuve issus de cinq études ayant mesuré l'effet de l'écoute de la musique sur la qualité du sommeil comme étant de qualité modérée. Nous avons estimé que les preuves issues d'une étude ayant examiné d'autres aspects du sommeil (voir ci-dessous) étaient de faible qualité. La qualité des preuves a été évaluée à la baisse principalement en raison de limitations dans la conception ou parce qu'il s'agissait de la seule étude publiée. En ce qui concerne le risque de biais, la plupart des études étaient à risque élevé dans au moins un domaine : une étude était à risque élevé de biais de sélection et une autre à risque imprécis ; six études étaient à risque élevé de biais de performance ; trois études étaient à risque élevé de biais de détection ; une étude était à risque élevé de biais d'attrition et une à risque imprécis ; deux études ont été jugées à risque imprécis de biais de déclaration et quatre études à risque élevé d'autres biais.

Cinq études (N = 264) rapportant la qualité du sommeil telle qu'évaluée par l'indice de la qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI) ont été incluses dans la méta-analyse. Les résultats d'une méta-analyse à effets aléatoires ont mis en évidence un effet en faveur de l'écoute de la musique (différence moyenne (DM) -2,80 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de -3,42 à -2,17 ; Z = 8,77 ; P < 0,00001 ; preuves de qualité modérée). L'ampleur de l'effet indique une augmentation de la qualité du sommeil de la taille d'environ un écart type en faveur de l'intervention par rapport à l'absence de traitement ou aux soins habituels.

Une seule étude (N = 50, preuves de faible qualité) a rapporté des données sur la latence d'endormissement, le temps de sommeil total, l'interruption du sommeil et l'efficacité du sommeil. Cependant, elle n'a trouvé aucune preuve suggérant que l'intervention ait été bénéfique sur ces critères. Aucune des études incluses n' rapporté d'événements indésirables.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.