L'aspirine comme traitement supplémentaire de l'artérite à cellules géantes

Contexte

L'artérite à cellules géantes (ACG) est une maladie dans laquelle une inflammation détruit la paroi des artères de la tête. Elle affecte les personnes âgées de plus de 50 ans et sa fréquence augmente avec l'âge. Au début de la maladie, les personnes affectées se sentent fatiguées et malades ; elles perdent l'appétit et peuvent perdre du poids. La plupart développent alors des céphalées qui peuvent rendre douloureux le fait de toucher leurs cheveux et leur cuir chevelu. Certaines personnes éprouvent un inconfort lorsqu'elles mâchent. L'ACG peut causer une cécité soudaine d'un œil ou des deux. D'autres complications rares comprennent une vision double et des anévrismes et AVC potentiellement mortels.

Le diagnostic peut être difficile à établir. Des tests sanguins peuvent aider, mais tous les malades ne présentent pas des marqueurs inflammatoires dans le sang. Une biopsie de l'artère temporale est recommandée. Si elle est négative, le traitement peut néanmoins être maintenu si les antécédents cliniques correspondent à la présentation typique de la maladie.

Au moment du diagnostic, le traitement d'urgence consiste à administrer des corticoïdes (corticostéroïdes) à forte dose, avant généralement de réduire la dose sur 12 à 18 mois ; il peut cependant y avoir une récidive qui nécessite un traitement au long cours. Or les corticoïdes ont des effets secondaires graves : prise de poids, sautes d'humeur, saignements de l'estomac, déminéralisation osseuse et fractures. En outre, malgré le meilleur traitement possible, les malades peuvent encore perdre la vue d'un œil ou des deux. Il faut trouver un médicament différent pour traiter cette pathologie afin de réduire le risque de cécité, d'autres complications et d'effets secondaires liés au traitement. Il est démontré que l'aspirine a des effets bénéfiques sur le type d'inflammation qui endommage la paroi vasculaire dans l'ACG : elle pourrait donc aider à réduire les complications liées à cette maladie.

Question de la revue

Les auteurs de la revue ont recherché des preuves médicales en faveur de l'aspirine à faible dose comme traitement complémentaire de la corticothérapie dans l'artérite à cellules géantes. Leur but était de déterminer si l'aspirine permet de réduire le risque de cécité et de complications menaçant le pronostic vital. Nous avons également cherché à savoir si l'aspirine provoque une augmentation des effets secondaires, en particulier des hémorragies gastriques, lorsqu'elle est utilisée en association avec des corticoïdes.

Principaux résultats

Les preuves fournies par cette revue sont à jour à la date de janvier 2014. Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisé satisfaisant les critères d'inclusion. Il n'existe que peu d'informations médicales sur l'utilisation de l'aspirine dans le traitement de l'artérite à cellules géantes.

Conclusions

Il n'existe pas, à l'heure actuelle, suffisamment de données pour déterminer si l'aspirine est bénéfique dans le traitement de l'ACG. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs : 

Il n'existe actuellement aucune preuve issue d'ECR pour déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'aspirine à faible dose en tant que traitement adjuvant de l'artérite à cellules géantes. Les praticiens qui envisagent d'utiliser l'aspirine à faible dose en traitement adjuvant de l'ACG doivent également prendre en compte le risque hémorragique notoirement associé à l'aspirine, en particulier dans le contexte d'une corticothérapie concomitante. Il existe a un besoin évident d'essais d'efficacité pour guider la prise en charge de cette affection potentiellement mortelle.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'artérite à cellules géantes (ACG) est une maladie inflammatoire fréquente qui affecte les grosses et moyennes artères et peut causer une cécité soudaine et définitive. À l'heure actuelle, il n'existe aucun autre traitement que la corticothérapie précoce à haute dose, qui constitue la modalité standard recommandée. Les corticoïdes peuvent causer des effets secondaires et d'autres complications ischémiques liées à la maladie peuvent encore se produire. D'autres traitements et des traitements adjuvants sont recherchés. Il est démontré que l'aspirine a des effets sur l'inflammation à médiation immunitaire dans l'ACG. Elle pourrait donc réduire les dommages causés à la paroi artérielle.

Objectifs : 

Évaluer l'innocuité et l'efficacité de l'aspirine à faible dose pour le traitement complémentaire de l'artérite à cellules géantes (ACG).

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'ophtalmologie) (2013, numéro 12), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1946 à janvier 2014), EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2014), Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database (LILACS) (de janvier 1982 à janvier 2014), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov), le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) (www.who.int/ictrp/search/en) et le site Internet de la US Food and Drugs Administration (FDA) (www.fda.gov). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date dans les recherches électroniques d'essais. Nous avons effectué les dernières recherches dans les bases de données électroniques le 24 janvier 2014.

Critères de sélection : 

Nous avions prévu d'inclure uniquement des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant les critères d'évaluation de l'ACG avec et sans adjonction d'aspirine à faible dose.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont évalué indépendamment les résultats de la recherche pour trouver des essais identifiés par les recherches électroniques. Aucun essai ne répondait à nos critères d'inclusion et nous n'avons par conséquent entrepris aucune évaluation du risque de biais ou méta-analyse.

Résultats principaux : 

Nous n'avons trouvé aucun ECR répondant aux critères d'inclusion.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.