Les effets des antibiotiques sur des douleurs dentaires provoquées par une inflammation ou une infection de la racine de la dent chez l'adulte

Cette revue, menée par des auteurs du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, a été produite pour évaluer les effets des antibiotiques sur la douleur et le gonflement dans deux pathologies couramment responsables de douleurs dentaires lorsqu’ils sont administrés avec ou sans traitement dentaire (tels qu'une extraction, le drainage d'un gonflement ou le traitement du canal radiculaire).

Contexte

La douleur dentaire est un problème courant et peut survenir lorsque le nerf à l'intérieur de la dent meurt en raison d'une carie évolutive ou d’un traumatisme grave. Les tissus autour de l'extrémité de la racine deviennent alors inflammés et cela peut provoquer une douleur aiguë, qui s’aggrave lors de la mastication. Sans traitement, des bactéries peuvent infecter la dent morte et entraîner un abcès dentaire, ce qui peut conduire à un gonflement et à la propagation de l'infection, qui peut être mortelle.

Le traitement recommandé de cette forme de douleurs dentaires est l'ablation du nerf mort et des bactéries associées. Ceci est généralement réalisé par l'extraction dentaire ou un traitement du canal radiculaire. Les antibiotiques ne devraient être prescrits que dans le cas d’une infection grave qui se serait propagée à partir de la dent. Cependant, certains dentistes prescrivent encore systématiquement des antibiotiques oraux aux personnes atteintes de pathologies dentaires aiguës qui ne présentent aucun signe de propagation de l'infection.

La minimisation de la prescription inappropriée d'antibiotiques joue un rôle essentiel pour limiter le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques. Étant donné que les dentistes prescrivent environ 8 % à 10 % de tous les antibiotiques prescrits en soins primaires dans les pays développés, la prescription dentaire peut contribuer à la résistance aux antibiotiques. Par conséquent, il est important que les antibiotiques ne soient utilisés que lorsqu'ils sont cliniquement bénéfiques pour la personne.

Caractéristiques des études

Les preuves sur lesquelles cette revue repose étaient à jour au 1er octobre 2013. Nous avons effectué des recherches dans les bases de données scientifiques et avons trouvé deux essais, avec 62 participants inclus dans l'analyse. Les deux essais ont été réalisés dans des écoles dentaires universitaires aux États-Unis et ont évalué l'utilisation d'antibiotiques oraux dans la réduction de la douleur et du gonflement rapportés par les adultes après avoir subi la première phase du traitement du canal radiculaire sous anesthésie locale. L'antibiotique utilisé dans les deux essais était la pénicilline VK et tous les participants avaient également reçu des analgésiques.

Principaux résultats

Les deux études incluses dans la revue ont indiqué qu'il n'y avait aucune différence claire dans la douleur ou le gonflement rapportés par les participants qui avaient reçu des antibiotiques par voie orale par rapport à un placebo (traitement fictif) lorsque les antibiotiques étaient utilisés en conjonction avec la première phase du traitement du canal radiculaire et les analgésiques, mais les études étaient de petite taille et nous n'avons pas pu exclure des différences potentiellement importantes entre les groupes. Aucune des deux études n'a examiné l'effet des antibiotiques administrés seuls, sans traitement dentaire.

Un essai a rapporté des effets secondaires chez les participants : une personne ayant reçu le placebo a eu une diarrhée et une personne ayant reçu des antibiotiques a ressenti de la fatigue et une baisse d'énergie après l'opération.

Qualité des preuves

Nous avons estimé que la qualité des preuves était très faible. Les preuves actuelles sont insuffisantes pour pouvoir déterminer les effets des antibiotiques dans ces conditions.

Conclusions des auteurs : 

Il existe des preuves de très faible qualité qui sont insuffisantes pour déterminer les effets des antibiotiques systémiques sur les adultes atteints de parodontite apicale symptomatique ou d’abcès apical aigu.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La douleur dentaire peut avoir un effet néfaste considérable sur la qualité de vie d'une personne. La parodontite apicale symptomatique et l’abcès apical aigu sont des causes courantes de douleurs dentaires et résultent d'une pulpe dentaire inflammée ou nécrotique ou d’une infection du système de canal radiculaire dévitalisé. Les directives cliniques recommandent que le traitement de première intention pour les dents avec une parodontite apicale symptomatique ou un abcès apical aigu soit le retrait de la source d'inflammation ou d'infection par des mesures opératoires locales, et les antibiotiques systémiques sont actuellement recommandés uniquement dans les situations où il existe des preuves d'une propagation de l'infection (cellulite, implication des ganglions lymphatiques, œdème diffus) ou d'implication systémique (fièvre, malaise). Malgré cela, il existe des données indiquant que les dentistes continuent à prescrire des antibiotiques pour ces pathologies. Il est à craindre que cela puisse contribuer au développement de colonies bactériennes résistantes aux antibiotiques, chez l'individu et au sein de la communauté dans son ensemble.

Objectifs : 

Évaluer les effets des antibiotiques systémiques fournis avec ou sans intervention chirurgicale (telles qu'une extraction, l'incision et le drainage d'un œdème ou un traitement endodontique), avec ou sans analgésique, dans la parodontite apicale symptomatique ou l’abcès apical aigu chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu'au 1er octobre 2013) ; le registre Cochrane des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 9) ; MEDLINE via OVID (de 1946 jusqu'au 1er octobre 2013) ; EMBASE via OVID (de 1980 au 1er octobre 2013) et CINAHL via EBSCO (de 1980 au 1er octobre 2013). Nous avons effectué des recherches dans le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le registre d'essais des US National Institutes of Health (NIH) (ClinicalTrials.gov) le 1er octobre 2013 pour identifier les essais en cours. Nous avons exploré la littérature grise en utilisant OpenGrey (jusqu'au 1er octobre 2013) et ZETOC ConferenceProceedings (de 1993 jusqu'au 1er octobre 2013). Nous n’avons placé aucune restriction sur la langue ou la date de publication lors des recherches dans les bases de données électroniques.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés d'antibiotiques systémiques chez les adultes ayant reçu un diagnostic clinique de parodontite apicale symptomatique ou d’abcès apical aigu, avec ou sans intervention chirurgicale (c’est-à-dire extraction, incision et drainage ou traitement endodontique) et avec ou sans analgésiques.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont passé au crible les résultats des recherches par rapport aux critères d'inclusion, extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante et en double. Nous avons calculé les différences moyennes (DM) (ou la différence moyenne standardisée (DMS) lorsque différentes échelles étaient rapportés) et des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les données continues et, lorsque les résultats étaient soumis à une méta-analyse, nous avons utilisé un modèle à effets fixes, car il y avait moins de quatre études. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations manquantes.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus deux essais dans cette revue, avec 62 participants inclus dans les analyses. Les deux essais ont été menés dans des écoles dentaires universitaires aux États-Unis et ont comparé les effets de la pénicilline V potassium (pénicilline VK) orale versus un placebo apparié, administrés conjointement à une intervention chirurgicale (pulpectomie totale ou partielle) et des analgésiques pour les adultes atteints d'abcès apical aigu ou de nécrose symptomatique de la dent (aucun signe de propagation de l'infection ou d'implication systémique (fièvre, malaises)). Nous avons évalué une étude comme présentant un risque élevé de biais et l'autre étude comme présentant un risque de biais incertain.

Les critères de jugement principaux présentés étaient la douleur et l'œdème rapportés par le participant (un essai rendait également compte de la douleur à la percussion rapportée par le participant). Une étude a rapporté le type et le nombre d'analgésiques pris par les participants. Une étude a enregistré l'incidence des poussées endodontiques postopératoires (les personnes qui revenaient avec des symptômes nécessitant un traitement supplémentaire). Les effets indésirables rapportés dans une étude étaient la diarrhée (un participant du groupe de placebo) ainsi que la fatigue et une énergie réduite après l'opération (un participant du groupe des antibiotiques). Aucune étude rapportant des mesures de la qualité de vie n’a satisfait aux critères d'inclusion.

Objectif 1 : antibiotiques systémiques versus placebo avec intervention chirurgicale et analgésiques pour la parodontite apicale symptomatique ou l'abcès apical aigu.
Deux études ont fourni des données pour la comparaison entre les antibiotiques systémiques (pénicilline VK) et un placebo apparié chez des adultes souffrant d’un abcès apical aigu ou d’une dent nécrosée symptomatique. Dans une étude, les participants ont tous subi un pulpectomie totale de la dent atteinte tandis que dans l'autre étude, les participants étaient traités par pulpectomie partielle ou totale. Les participants dans les deux essais avaient reçu des analgésiques par voie orale. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans les mesures de la douleur ou de l'œdème rapportées par les participants à aucun des points temporels évalués dans la revue. La DM pour la douleur (sur une échelle ordinale numérique courte allant de 0 à 3) était de -0,03 (IC à 95 % de -0,53 à 0,47) au bout de 24 heures ; de 0,32 (IC à 95 % de -0,22 à 0,86) au bout de 48 heures et de 0,08 (IC à 95 % de -0,38 à 0,54) au bout de 72 heures. La DMS pour l'œdème était de 0,27 (IC à 95 % de -0,23 à 0,78) au bout de 24 heures ; de 0,04 (IC à 95 % de -0,47 à 0,55) au bout de 48 heures et de 0,02 (IC à 95 % de -0,49 à 0,52) au bout de 72 heures. Le corpus de preuves a été évalué comme étant de très faible qualité.

Objectif 2 : antibiotiques systémiques sans intervention chirurgicale pour les adultes souffrant de parodontite apicale symptomatique ou d’abcès apical aigu.
Nous n'avons trouvé aucune étude comparant l’effet des antibiotiques systémiques avec un placebo apparié administré sans intervention chirurgicale pour une parodontite apicale symptomatique ou un abcès apical aigu chez l'adulte.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.