La supplémentation en picolinate de chrome chez les adultes en surpoids ou obèses

Question de la revue

Les suppléments de chrome sont-ils utiles pour réduire le poids corporel chez des adultes en surpoids ou obèses ?

Contexte

Le chrome est un nutriment essentiel (oligo-élément) nécessaire pour réguler le métabolisme en glucides, en protéines et en graisses (par exemple, les réactions chimiques impliquées dans la dissociation des molécules en une forme appropriée pour l'absorption par le corps). Le chrome augmente l'activité de l'insuline et les suppléments alimentaires à base de chrome ont donné lieu à des améliorations dans le métabolisme au niveau du glucose, ce qui pourrait diminuer la glycémie, importante lors de surpoids chez les patients atteints de diabète. Il est généralement admis que le chrome peut aider une personne à perdre du poids en diminuant la quantité de graisses dans le corps. Le chrome engendrerait également une perte d'appétit et stimulerait la production de chaleur par le corps, augmentant la dépense énergétique. Cela pourrait contribuer à la perte de poids. Le picolinate de chrome fait partie de plusieurs substances chimiques composées de chrome et vendu en tant que supplément nutritionnel comme un aide potentielle à la perte de poids.

Les caractéristiques de l'études

Nous avons inclus neuf essais contrôlés randomisés qui comparaient, pendant une durée de 8 à 24 semaines, l'efficacité et l'innocuité de la supplémentation en chrome par rapport à un placebo chez des adultes en surpoids ou obèses (avec un indice de masse corporelle entre 25 et 29,9kg/m 2 définissant le surpoids et un indice de masse corporelle 30kg/m 2 définissant l'obésité). Les études comprenaient un total de 622 participants, dont 346 recevaient le picolinate de chrome et 276 recevaient un placebo. Les preuves sont à jour en décembre 2012.

Résultats principaux

Lorsque les résultats obtenus à partir des doses de picolinate de chrome (200 µg, 400 µg, 500 µg, 1 000 µg) ont été regroupés, les participants avaient perdu environ 1 kg de poids corporel, plus que les participants ayant reçu un placebo. Nous n'avons pas trouvé de preuve solide démontrant que la perte de poids augmentait avec une dose de picolinate de chrome plus élevée. Seuls trois des neuf études ont fourni des informations sur les effets indésirables, nous ne sommes donc pas parvenus à déterminer si les suppléments en picolinate de chrome sont sûrs et si tout préjudice potentiel peut s’aggraver avec la dose. De plus, la durée des études incluses était relativement courte (maximum de 24 semaines), nous ne sommes donc pas parvenus à déterminer les effets à long terme de la supplémentation. Aucune étude n'avait rendu compte si la supplémentation était associée à une augmentation de décès toutes causes confondues ou de maladies (telles que l'infarctus du myocarde ou l'AVC), ou les effets de la supplémentation sur la qualité de vie liée à la santé ou les effets socio-économique.

Qualité des preuves

La qualité globale des preuves a été considérée comme faible et nous n’avons pas suffisamment d’informations pour fournir des conclusions concernant l'efficacité et l'innocuité de la supplémentation en picolinate de chrome chez des adultes en surpoids ou obèses.

Conclusions des auteurs : 

Nous n'avons trouvé aucune preuve courante et fiable pour orienter les décisions définitives concernant l'efficacité et l'innocuité des suppléments en PCr chez des adultes en surpoids ou obèses.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'obésité est une menace de santé publique. Le picolinate de chrome (PCr) est recommandé dans la littérature médicale pour la perte de poids corporel et les préparations sont vendues en tant qu’aides amincissantes aux États-Unis, en Europe et sur Internet.

Objectifs : 

Évaluer les effets de la supplémentation en PCr chez les personnes en surpoids ou obèses.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans La Bibliothèque Cochrane , MEDLINE, EMBASE, ISI Web of Knowledge, les bases de données de la littérature biomédicale chinoise, Les bases de données du texte intégral du journal de Chine et les bases de données du texte intégral du journal scientifique chinois (toutes les bases de données jusqu' en décembre 2012), ainsi que d'autres sources (y compris les bases de données d'essais en cours, les registres d'essais cliniques et les listes de référence).

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais lorsqu’il s’agissait d’essais contrôlés randomisés (ECR) de la supplémentation en PCr chez les patients obèses ou en surpoids. Nous avons exclu les études incluant des enfants, des femmes enceintes ou des patients atteints de graves problèmes médicaux.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment examiné les titres et résumés afin de juger leur pertinence. Les évaluations concernant l’inclusion, l’extraction des données et les risques de biais, ont été effectuées par un auteur et vérifiées par un deuxième. Nous avons considéré le risque de biais en évaluant les domaines de sélection, de performance, d'attrition, de détection et de notification du biais. Nous avons effectué une méta-analyse des essais inclus à l'aide de Review Manager 5.

Résultats principaux : 

Nous avons évalué neuf ECR portant sur un total de 622 participants. Les ECR ont été menés en milieu communautaire, avec des interventions principalement administrées par les professionnels de santé, qui avaient un suivi à court et moyen terme (jusqu' à 24 semaines). Trois ECR comparaient le PCr plus exercices de musculations ou de résistance par rapport à un placebo plus exercices de musculations ou de résistance, les autres ECR comparaient le PCr seul versus un placebo. Cette revue vise à évaluer quelle dose de PCR pourrait s'avérer plus efficace par rapport à un placebo et par conséquent à évaluer les résultats selon la dose de PCr. Cependant, afin de déterminer si le PCr fonctionne, nous avons également analysé l'effet de toutes les doses de PCr regroupées par rapport à un placebo uniquement sur le poids corporel.

Parmi toutes les doses de PCr étudiées (200 µg, 400 µg, 500 µg, 1 000 µg), nous avons noté que l’effet sur le poids corporel en faveur du PCr était de pertinence clinique discutable après 12 à 16 semaines de traitement : différence moyenne (DM) -1,1 kg (IC à 95%, entre -1,7 et -0,4); P =0,001; 392 participants; 6 essais; preuves de faible qualité (GRADE)). Aucune preuve solide et aucun gradient de dose n'ont pu être établis en comparant les différentes doses de PCr à un placebo pour diverses mesures concernant la perte de poids (poids corporel, indice de masse corporelle, taux de graisse corporelle, changement au niveau du tour de taille).

Seules trois études ont fourni des informations sur les effets indésirables (des preuves de faible qualité (GRADE)). Il s’est avéré deux effets indésirables graves, des sorties d'étude chez les participants prenant 1 000 µg de PCr et un effet indésirable grave chez les patients prenant 400 µg de PCr. Deux participants recevant un placebo ont abandonné en raison d’effets indésirables; un effet était rapporté comme grave. Aucune étude n'avait rendu compte de la mortalité toutes causes confondues, de la morbidité, de la qualité de vie liée à la santé ou des effets socio-économiques.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.