Supplémentation orale intermittente en fer pendant la grossesse

Conclusions des auteurs : 

Cette revue est la synthèse la plus complète des données évaluant les avantages et les inconvénients de la supplémentation en fer intermittente chez les femmes enceintes sur les indicateurs hématologiques et les issues reliées à la grossesse. Les résultats suggèrent que la supplémentation intermittente a produit des résultats similaires à la supplémentation quotidienne pour la mère et le nourrisson, mais qu'elle était associée à moins d'effets secondaires et à une réduction du risque de niveaux élevés d'Hb en milieu et fin de grossesse, bien que le risque d'anémie modérée à terme était augmenté. Bien que la qualité des données probantes ait été évaluée comme étantfaible outrès faible, la supplémentation intermittente en fer pourrait être une alternative réalisable à la supplémentation quotidienne en fer chez les femmes enceintes qui ne sont pas anémiques et qui reçoivent des soins prénataux appropriés.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'anémie est une condition fréquente pendant la grossesse, en particulier chez les femmes des pays à revenu faible ou intermédiaire. Traditionnellement, l'anémie gestationnelle était prévenue par la prise quotidienne de suppléments en fer tout au long de la grossesse, mais la présence d'effets secondaires, l'interruption de l'approvisionnement en suppléments, et les inquiétudes par rapport à l'innocuité chez les femmes ayant un apport en fer adéquat ont limité l'utilisation de cette intervention. La supplémentation intermittente (i. e. deux ou trois jours non consécutifs par semaine) a été proposée comme alternative à la supplémentation quotidienne.

Objectifs : 

Évaluer les avantages et inconvénients d'une supplémentation intermittente en fer combiné ou non à de l'acide folique ou d'autres vitamines et minéraux chez les femmes enceintes sur les issues liées à la néonatalité et à la grossesse.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (31 juillet 2015), le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) (31 juillet 2015), et contacté les organisations pertinentes pour l'identification des études en cours et non publiées (31 juillet 2015).

Critères de sélection : 

Études randomisées ou quasi randomisées.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons évalué la qualité méthodologique des études à l'aide des critères Cochrane standard. Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment l'éligibilité des études, extrait les données et vérifié leur exactitude.

Résultats principaux : 

Cette revue inclut 27 études issues de 15 pays, mais seulement 21 études (incluant 5490 femmes) ont fourni des données pour la revue. Toutes les études ont comparé la supplémentation en fer quotidienne versus intermittente. La qualité méthodologique des études incluses était variable et la plupart avaient des taux élevés d'attrition. L'évaluation de la qualité globale des données pour les principaux critères de jugement néonatals était faible, et très faible pour les critères de jugement maternels.

Sur les 21 études ayant contribué aux données, 3 études fournissaient une supplémentation intermittente en fer seul, 14 études fournissaient une supplémentation intermittente en fer + acide folique, et 4 études fournissaient une supplémentation intermittente en fer + plusieurs vitamines et minéraux, en comparaison avec une supplémentation de composition identique fournie sur une base quotidienne.

Dans l'ensemble, pour les femmes recevant n'importe quelle supplémentation en fer intermittente (avec ou sans autres vitamines et minéraux) par rapport à une supplémentation quotidienne, il n'y avait aucune différence claire entre les groupes pour les principaux critères de jugement néonatals : faible poids de naissance (risque relatif (RR) moyen 0,82 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,55 à 1,22 ; 1898 participants ; 8 études ; faible qualité des données probantes), poids de naissance du nouveau-né (différence moyenne (DM) 5,13 g ; IC à 95 % de -29,46 à 39,72 ; 1939 participants ; 9 études ; faible qualité des données probantes), naissance prématurée (RR moyen 1,03 ; IC à 95 % de 0,76 à 1,39 ; 1177 participants ; 5 études ; faible qualité des données probantes), ou décès néonatal (RR moyen 0,49 ; IC à 95 % de 0,04 à 5,42 ; 795 participants ; 1 étude ; très faible qualité).Aucune des études n'a rapporté d'anomalies congénitales.

Pour les critères de jugement maternels, il n'y avait aucune différence claire entre les groupes pour l'anémie à terme (RR moyen 1,22 ; IC à 95 % de 0,84 à 1,80 ; 676 participants ; 4 études ; I² = 10 % ; très faible qualité). Les femmes recevant une supplémentation intermittente avaient moins d'effets secondaires (RR moyen 0,56 ; IC à 95 % de 0,37 à 0,84 ; 1777 participants ; 11 études ; I² = 87 % ; très faible qualité) et avaient moins de risque d'avoir des concentrations d'hémoglobine (Hb) élevées (plus de 130 g/l) au cours du deuxième ou troisième trimestre de grossesse (RR moyen 0,53 ; IC à 95 % de 0,38 à 0,74 ; 2616 participants ; 15 études ; I² = 52 % ; (ceci n'était pas un critère de jugement principal)) par rapport aux femmes recevant des suppléments quotidiens. Il n'y avait aucune différence significative pour l'anémie ferriprive à terme entre les femmes recevant une supplémentation intermittente ou quotidienne en fer + acide folique (RR moyen 0,71 ; IC à 95 % de 0,08 à 6,63 ; 156 participants ; 1 étude). Il n'y a eu aucun décès maternel (six études) ou anémie sévère pendant la grossesse (six études). Aucune des études n'a rapporté la carence en fer à terme ou les infections durant grossesse.

La plupart des études incluses dans la revue (14/21 ayant fourni des données) ont comparé la supplémentation intermittente en fer + acide folique par rapport à la supplémentation quotidienne en fer + acide folique (4653 femmes) et les résultats pour cette comparaison reflètent généralement les résultats pour la comparaison principale (n'importe quelle supplémentation quotidienne versus intermittente).

Trois études incluant 464 femmes ont examiné la supplémentation orale intermittente vs quotidienne en fer seulement. Il n'y avait aucune différence claire entre les groupes pour le poids de naissance moyen, l'accouchement prématuré, l'anémie maternelle ou les effets secondaires chez la mère. Les autres critères de jugement principaux n'ont pas été rapportés.

Quatre études ayant une taille d'échantillon combinée de 412 femmes ont comparé la supplémentation orale intermittente vs quotidienne en fer + vitamines et minéraux. Les résultats n'ont pas été rapportés pour les principaux critères de jugement de la revue pour le nourrisson. Une étude a rapporté moins d'effets secondaires chez la mère dans le groupe recevant la supplémentation intermittente, et deux études ont rapporté que plus de femmes souffraient d'anémie à terme dans le groupe recevant la supplémentation intermittente par rapport à celles recevant une supplémentation quotidienne.

Lorsque les données disponibles étaient suffisantes pour les principaux critères de jugement, nous avons défini des sous-groupes pour examiner les différences potentielles entre les études en termes de supplémentation précoce ou tardive, statut d'anémie des femmes au début de la supplémentation, dose hebdomadaire en fer élevée ou faible et statut de paludisme de la région dans laquelle les études ont été réalisées. Il n'y avait aucun effet évident de ces variables sur les résultats.

Notes de traduction : 

Traduction : Geneviève Painchaud Guérard, Dt.P., M.Sc., Québec, Canada, pour Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.