Antihistaminiques et stabilisateurs des mastocytes topiques dans le traitement de la conjonctivite allergique saisonnière et apériodique

Question de la revue
Les traitements par des gouttes ophtalmiques aux antihistaminiques et aux stabilisateurs des mastocytes, seuls ou en association, sont-ils efficaces et sûrs chez les personnes atteintes de conjonctivite saisonnière et allergique ? Le principal critère de jugement étaient les symptômes oculaires signalés par les participants, y compris les démangeaisons et irritations oculaires (sensation de brûlure), le larmoiement des yeux et la photophobie (aversion pour la lumière). Nous avons trouvé 30 essais.

Contexte
La conjonctivite fait référence à une inflammation de la conjonctive, le tissu mince recouvrant la sclérotique (partie blanche de l'œil). La conjonctivite allergique saisonnière et apériodique est le type le plus fréquent de la conjonctivite allergique. Bien que cette affection n'entraîne pas de perte de vision, elle peut causer des démangeaisons et des larmoiements intenses. Les gouttes ophtalmiques contenant des antihistaminiques ou des stabilisateurs des mastocytes, ou les deux, sont couramment utilisées.

Caractéristiques des études
Les preuves sont à jour en juillet 2014. Les 30 études examinées comportaient 17 comparaisons différentes portant sur 4 344 participants âgés entre 4 et 85 ans. La durée du traitement allait de un à huit semaines. Dix des 30 études étaient financées par le fabricant du médicament (dont 8 entièrement et 2 partiellement) ; 20 études ne rapportaient aucune source de financement. Il y avait un manque de cohérence dans la manière dont l'effet du traitement était mesuré et consigné. Le risque de biais global était faible.

Principaux résultats
Les antihistaminiques et les stabilisateurs des mastocytes topiques, seuls ou en association, sont sûrs et efficaces pour réduire les symptômes de la conjonctivite allergique saisonnière et apériodique. Nous n'avons pas trouvé suffisamment de preuves pour déterminer les antihistaminiques et les stabilisateurs des mastocytes topiques les plus efficaces.

Conclusions des auteurs : 

Il semble que tous les antihistaminiques et les stabilisateurs des mastocytes topiques évalués réduisent les symptômes et les signes de la conjonctivite allergique saisonnière par rapport à un placebo, à court terme. Cependant, il n'existe pas de données à long terme sur leur efficacité. Les comparaisons directes de différents antihistaminiques et stabilisateurs des mastocytes doivent être interprétées avec prudence. Dans l'ensemble, les antihistaminiques et les stabilisateurs des mastocytes topiques semblent sûrs d'utilisation et bien tolérés. Nous avons observé une grande variabilité dans les critères de jugement rapportés. La mauvaise qualité de leur présentation a rendu difficile la synthèse des données probantes.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La conjonctivite allergique saisonnière/apériodique est la plus courante des conjonctivites allergiques, dont les manifestations aiguës surviennent généralement quand la personne est exposée à des allergènes et dont les signes et les symptômes typiques comprennent des démangeaisons, des rougeurs et des larmoiements. Les signes et les symptômes cliniques de la conjonctivite allergique sont déclenchés par la libération de l'histamine par les mastocytes. Les antagonistes de l'histamine (appelés antihistaminiques) inhibent l'action de l'histamine en bloquant les récepteurs histaminiques H1, contrant les effets vasoconstricteurs et, dans une moindre mesure, vasodilatateurs de l'histamine. Les stabilisateurs des mastocytes inhibent la dégranulation et par conséquent la libération de l'histamine par l'interruption de la chaîne de signaux intracellulaires normale.

Les traitements topiques comprennent les gouttes ophtalmiques avec des antihistaminiques, des stabilisateurs des mastocytes, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, les combinaisons de ces traitements ainsi que les corticoïdes. Le traitement standard s'appuie sur les antihistaminiques topiques seuls, les stabilisateurs des mastocytes topiques seuls, ou une combinaison de traitements. Il existe une incertitude clinique quant à l'efficacité et l'innocuité relatives du traitement topique.

Objectifs : 

L'objectif de cette revue systématique était d'évaluer les effets des antihistaminiques et des stabilisateurs des mastocytes topiques, seuls ou en association, dans le traitement de la conjonctivite allergique saisonnière et apériodique.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre d'essais du groupe Cochrane sur l'ophtalmologie) (2014, numéro 7), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1946 à juillet 2014), EMBASE (de janvier 1980 à juillet 2014), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) (www.who.int/ictrp/search/en). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date dans les recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques datent du 17 juillet 2014. Nous avons également consulté les références bibliographiques des articles de revue et des rapports d'essais pertinents pour obtenir des informations sur d'autres publications pertinentes.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des antihistaminiques et des stabilisateurs des mastocytes topiques, seuls ou en association, par rapport à un placebo, à l'absence de traitement ou à tout autre antihistaminique ou stabilisateur des mastocytes, ou les deux, chez des personnes atteintes de conjonctivite allergique saisonnière ou apériodique, ou les deux. Le critère de jugement principal toute évaluation rapportée par le participant (par le biais d'un questionnaire) de la sévérité de quatre symptômes oculaires principaux : démangeaisons, irritation, larmoiement et photophobie (aversion pour la lumière), séparément et, si possible, par un score de symptômes global. Nous avons pris en considération toute durée de suivi entre une semaine et un an.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué le risque de biais. Les désaccords ont été résolus par discussion entre les auteurs et l'implication d'un troisième auteur de la revue. Nous avons suivi les approches méthodologiques standard utilisées par Cochrane.

Résultats principaux : 

Nous avons identifié 30 essais portant sur un total de 4 344 participants randomisés et comprenant 17 comparaisons de médicaments ou de traitements différents. Les antihistaminiques et les stabilisateurs des mastocytes suivants ont été évalués dans au moins un ECR : nédocromil de sodium ou acide cromoglicique, olopatadine, kétotifène, azélastine, émédastine, levocabastine, méquitazine, bésilate de bépotastine, combinaison d'antazoline et de tetryzoline, combinaison de lévocabastine et de potassium de pemirolast. La comparaison la plus commune était l'azélastine par rapport à un placebo (neuf études).

Nous avons observé une grande variabilité dans les critères de jugement rapportés. La qualité des études et du compte-rendu était variable, mais, dans l'ensemble, le risque de biais était faible. Les essais évaluaient uniquement des effets à court terme, les traitements durant entre une et huit semaines. Une méta-analyse n'a été possible que dans une comparaison (olopatadine versus kétotifène). Certains éléments de preuve appuient un rôle des antihistaminiques et des stabilisateurs des mastocytes topiques dans la réduction des symptômes et des signes de la conjonctivite allergique saisonnière par rapport à un placebo. Aucun événement indésirable grave lié à l'utilisation du traitement topique par des antihistaminiques et des stabilisateurs des mastocytes n'a été signalé.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.