Comparaison des dispositifs cornéens artificiels et des cornées de donneurs humains pour les transplantations de la cornée répétées

Question de la revue

Notre objectif était de comparer la réussite des dispositifs cornéens artificiels par rapport aux cornées de donneurs (humains) chez les personnes en échec de transplantation après au moins une greffe de cornée de donneur.

Contexte

Il existe plusieurs types de transplantation de cornée. Le type de transplantation dépend de l'étendue du tissu cornéen (partie antérieure de l'œil) qui est retiré et remplacé. Lorsque la totalité de la cornée est retirée et remplacée, on parle de kératoplastie pénétrante en pleine épaisseur (KP). Si une partie seulement de la cornée est enlevée et remplacée par la même partie provenant d'un donneur, l'opération porte des noms différents selon les parties transplantées (par exemple kératoplastie endothéliale (KE) pour la transplantation des couches intérieures, ou endothéliales, de la cornée).

La greffe de cornée est l'une des transplantations de tissus ou d'organes qui réussit le mieux. Il arrive cependant qu'une greffe échoue et que le tissu du donneur devienne opaque (nébuleux). Nous avons examiné seulement les sujets en échec de greffe après au moins une KP et ayant besoin d'une autre opération de la cornée.

Certains centres médicaux préconisent l'utilisation d'une cornée artificielle après le premier échec d'une PK avec cornée de donneur ; dans d'autres, une cornée artificielle n'est recommandée qu'après l'échec de plusieurs KP avec des cornées de donneurs. Certains centres ne proposent jamais d'implanter une cornée artificielle. Il n'existe pas, actuellement, de lignes directrices sur le nombre de greffes de cornées de donneurs qui peuvent être effectuées sur un même œil après des échecs de greffe.

La greffe de cornée, avec soit une cornée de donneur, soit une cornée artificielle (kératoprothèse), consiste à exciser la cornée nébuleuse et à la remplacer par une cornée claire ou un dispositif cornéen. Il existe différents types de kératoprothèses, par exemple Boston (types I et II), AlphaCor, l'ostéo-odonto-kératoprothèse (OOKP) et la prothèse Fyodorov-Zuev. La kératoprothèse Boston est le type de cornée artificielle le plus couramment implanté.

Principaux résultats et conclusions

Nous n'avons pas trouvé d'essais contrôlés comparant la réussite, en termes notamment de vision et d'effets secondaires, des cornées artificielles par rapport aux cornées de donneurs chez des receveurs en échec de greffes de cornée de donneurs antérieures. Le meilleur traitement après l'échec d'une kératoplastie pénétrante n'est pas connu. Il ne existe aucune preuve de bonne qualité susceptible d'aider les chirurgiens et les patients à choisir le meilleur traitement après l'échec d'une greffe de cornée de donneur. Par conséquent, un essai comparant l'utilisation des cornées artificielles à celle des cornées de donneurs humains après l'échec d'une KP est nécessaire. Des essais cliniques comparatifs sont nécessaires pour fournir les informations manquantes et seraient utiles pour la population, de plus en plus importante, de personnes atteintes de déficience visuelle à la suite d'une opacification de la cornée, dont la plupart sont encore en âge de travailler ou à l'école.

Conclusions des auteurs : 

Le traitement optimal des sujets en échec de transplantation cornéenne conventionnelle n'est pas établi.Actuellement, certains centres proposent habituellement un dispositif cornéen artificiel dès le premier échec de greffe, d'autres après plusieurs échecs, d'autres encore pas du tout. À ce jour, il n'y a pas eu d'essais contrôlés comparant les résultats visuels et les complications avec les dispositifs cornéens artificiels (en particulier la kératoprothèse de type Boston 1, qui est le dispositif de cornée artificielle le plus couramment implanté) avec une reprise de greffe de cornée de donneur, qui permettraient de guider les choix des chirurgiens et de leurs patients. Il est évident qu'un tel essai serait nécessaire et utile pour la population, de plus en plus importante, de personnes atteintes de déficience visuelle à la suite d'une opacification de la cornée, dont la plupart sont encore dans une phase productive de leur vie.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Après l'échec d'une ou plusieurs kératoplastie pénétrante (KP) en pleine épaisseur, on peut proposer aux patients une nouvelle transplantation avec une cornée artificielle ou une cornée de donneur. La cornée artificielle (prothèse de cornée) est connue sous le nom de kératoprothèse. Les transplantations de cornée, aussi bien de donneur qu'artificielle, impliquent le retrait de la cornée malade et opacifiée du receveur (ou du greffon défaillant) et son remplacement par une autre cornée de donneur ou une prothèse.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité comparée des cornées artificielles et des cornées de donneurs chez les personnes en échec après une ou plusieurs transplantations de cornées de donneurs.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre d'essais du groupe Cochrane sur l'ophtalmologie) (2013, numéro 10), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1946 à novembre 2013) , EMBASE (de janvier 1980 à novembre 2013), LILACS (Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database) (de janvier 1982 à novembre 2013), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) ainsi que le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) (www.who.int/ictrp/search/en). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date lors des recherches électroniques d'essais. Nous avons interrogé les bases de données électroniques pour la dernière fois le 27 novembre 2013.

Critères de sélection : 

Deux auteurs ont évalué indépendamment les rapports des recherches électroniques pour identifier des essais contrôlés randomisés (ECR) ou des essais cliniques contrôlés (ECC). Les divergences ont été résolues par la discussion ou par la consultation d'un troisième auteur.

Recueil et analyse des données : 

Aux fins de discussion, nous avons évalué les résultats d'études de cohorte observationnelles et de séries de cas non comparatives. Nous n'avons effectué aucune synthèse des données.

Résultats principaux : 

Nous n'avons identifié aucun ECR ou ECC comparant les cornées artificielles et les cornées de donneurs pour les reprises de transplantation cornéenne.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.