Facteur de croissance endothélial antivasculaire pour le traitement de l'œdème maculaire secondaire à l'occlusion de branche veineuse rétinienne

L'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) survient lorsqu'une veine de la rétine qui irrigue une partie de la rétine est obstruée. L'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) peut affecter environ quatre à cinq personnes pour 1 000 dans la population. Les facteurs de risque connus pour l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) comprennent l'hypertension artérielle, l'athérosclérose, l'hypercholestérolémie, le diabète sucré, et d'autres pathologies inflammatoires ou auto-immunes. Dans une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR), la gravité de la perte de la vision est liée à l'ampleur de l'implication maculaire par hémorragie, gonflement (œdème), et mauvais apport sanguin (ischémie). La cause la plus fréquente de la perte de la vision chez les patients présentant une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) est l'œdème maculaire (OM). Les patients présentant une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) dans un œil sont exposés à un risque d'occlusion veineuse dans l'autre œil. En l'absence de traitement, environ un tiers des yeux touchés auront un niveau élevé de vision (20/40 ou meilleur). Actuellement, le traitement de référence pour cette maladie est la photocoagulation au laser qui s'avère réduire le risque de perte de la vision et améliorer la vision chez deux tiers des individus présentant un œdème maculaire secondaire à l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR), toutefois, il existe des limites à ce traitement et des modalités plus récentes semblent indiquer une efficacité égale ou améliorée. Des études récentes ont suggéré qu'une injection de facteur de croissance endothélial antivasculaire (anti-VEGF) dans l'œil peut s'avérer bénéfique chez les patients présentant une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR). Dans cette revue, nous estimons et présentons le niveau des preuves actuellement disponibles concernant l'utilisation des injections d'anti-VEGF dans le traitement de l'œdème maculaire après une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR). Au total, nous avons trouvé un essai contrôlé randomisé et un essai contrôlé quasi-randomisé. Une étude menée aux États-Unis a inclus 397 participants et a comparé des injections d'anti-VEGF à des injections simulées. Elle a démontré un bénéfice potentiel des injections répétées d'anti-VEGF pour améliorer la vision (au moins 15 lettres) au bout d'une année. Une seconde étude totalisant 30 participants, conduite en Italie, a comparé des injections d'anti-VEGF à la photocoagulation au laser et n'a pas démontré d'amélioration de la vision (d'au moins 15 lettres) avec les injections d'anti-VEGF par rapport à la photocoagulation au laser au bout d'une année. Le traitement antiangiogénique a été bien toléré dans ces études, mais étant donné que la durée de ces études était d'une année, nous n'avons pas pu examiner les effets à long terme de ce traitement. Plusieurs études sont en cours à l'heure actuelle et enrichiront nécessairement les preuves actuellement disponibles.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves de l'ECR disponible semblent indiquer que le traitement répété de l'OM secondaire à l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) non-ischémique par l'agent anti-VEGF ranibizumab est susceptible d'améliorer les résultats cliniques et visuels au bout de 6 mois et 12 mois. Cependant, la fréquence de retraitement n'a pas encore été déterminée et l'impact d'un traitement antérieur ou combiné par la photocoagulation au laser sur le principal critère de jugement reste incertain. Les résultats issus des études en cours devraient évaluer non seulement l'efficacité du traitement mais également le nombre d'injections nécessaires pour l'entretien et la sécurité d'emploi à long terme ainsi que l'effet de tout traitement antérieur.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

L'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) est l'une des anomalies vasculaires rétiniennes les plus courantes. On suppose que la pathogenèse de l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) implique à la fois la compression veineuse rétinienne et la lésion de la paroi d'un vaisseau, conduisant peut-être à la formation d'un thrombus au niveau d'un croisement entre les artérioles et les veines de la rétine. La cause la plus fréquente de la perte de la vision chez les patients présentant une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) est l'œdème maculaire (OM). La photocoagulation en grille ou focale au laser s'avère réduire le risque de perte de la vision et améliorer l'acuité visuelle (AV) chez deux tiers des individus présentant un œdème maculaire secondaire à l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR), toutefois, il existe des limites à ce traitement et des modalités plus récentes semblent indiquer une efficacité égale ou améliorée. Le traitement antiangiogénique avec facteur de croissance endothélial antivasculaire (« anti-VEGF pour Anti-Vascular Endothelial Growth Factor ») a récemment été utilisé avec succès pour traiter l'OM ayant pour origine différentes causes. Comme des taux de VEGF intraoculaires élevés ont été mis en évidence chez des patients présentant des occlusions veineuses rétiniennes, cela constitue une base solide pour émettre l'hypothèse selon laquelle les agents anti-VEGF pourraient s'avérer bénéfiques dans le traitement des fuites vasculaires et de l'OM.

Objectifs : 

Évaluer l'efficacité et la sécurité d'emploi des agents anti-VEGF intravitréens pour la préservation ou l'amélioration de la vision dans le traitement de l'OM secondaire à l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR).

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2012, numéro 7), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE In-Process & Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily, Ovid OLDMEDLINE (de janvier 1946 à août 2012), EMBASE (de janvier 1980 à août 2012), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à août 2012, le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour International Clinical Trials Registry Platform) (www.who.int/ictrp/search/en). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la date ou la langue dans les recherches électroniques d'essais. Nous avons consulté les bases de données électroniques pour la dernière fois le 7 août 2012 et les registres d'essais cliniques le 10 septembre 2012.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés (quasi-ECR) d'une durée d'au moins six mois dans lesquels le traitement par des agents anti-VEGF a été comparé à un autre traitement, l'absence de traitement, ou un placebo. Nous avons exclus les essais dans lesquels des combinaisons de traitements (anti-VEGF plus autres traitements) ont été utilisées et les essais ayant évalué la dose et la durée de traitement sans groupe de comparaison (autre traitement/absence de traitement/placebo).

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données de manière indépendante. Le principal critère de jugement était la proportion de participants présentant une amélioration par rapport aux valeurs initiales de la meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) supérieure ou égale à 15 lettres (3 lignes) sur l'échelle de la méthode ETDRS (Early Treatment in Diabetic Retinopathy Study) au bout de six mois et au bout de 12 mois de suivi. Les critères de jugement secondaires que nous rapportons sont la proportion de participants ayant perdu au moins 15 lettres sur l'échelle ETDRS (3 lignes) et la variation moyenne de l'AV au bout de six mois et à tous les intervalles de suivi supplémentaires ainsi que la variation de l'épaisseur centrale de la rétine suite à une tomographie par cohérence optique par rapport aux valeurs initiales et lors du suivi final rapporté, le nombre et le type de complications, le nombre d'interventions supplémentaires administrées et toutes les conséquences défavorables. Lorsqu'elles étaient disponibles, les données relatives au rapport coût-bénéfice et à la qualité de vie ayant été rapportées dans les études primaires sont présentées.

Résultats principaux : 

Nous avons trouvé un ECR et un quasi-ECR répondant aux critères d'inclusion après une revue indépendante et à deux reprises des résultats des recherches. Les études ont utilisé différents agents anti-VEGF et différents groupes d'étude qui n'étaient pas directement comparables.

Un ECR multicentrique (BRAVO) conduit aux États-Unis a randomisé 397 individus et a comparé des injections intravitréennes mensuelles de ranibizumab (0,3 mg et 0,5 mg) à une injection simulée. L'étude a uniquement inclus des individus présentant une occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR) non-ischémique. Bien que des injections répétées de ranibizumab aient semblé avoir un effet favorable sur le principal critère de jugement, environ 50 % des patients inclus dans le groupe sous ranibizumab 0,3 mg et 45 % des patients inclus dans le groupe sous ranibizumab 0,5 mg ont reçu un traitement de secours au laser susceptible d'avoir eu un effet important sur le principal critère de jugement. En outre, sur une période d'observation de six mois, 93,5 % des individus inclus dans le groupe sous placebo ont reçu le ranibizumab par injection intravitréenne (0,5 mg). Ce plan d'étude croisé limite la possibilité de comparer l'impact à long terme du ranibizumab à un groupe témoin absolu.

Le second essai était une étude de petite taille (n = 30) menée en Italie comportant des limites dans son plan d'étude qui rapportait un bénéfice du bevacizumab intravitréen en cas de besoin (1,25 mg) par rapport à la photocoagulation au laser dans l'OM secondaire à l'occlusion de branche veineuse rétinienne (OBVR). Nous présentons les preuves issues de ces essais et d'autres études de séries de cas interventionnelles.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.