Supplémentation en vitamine E chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Question de la revue

Nous voulions savoir quels effets, le cas échéant, la supplémentation en vitamine E (à toute dose) aurait sur l'occurrence de problèmes de santé dus à la carence en vitamine E chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Contexte

Chez environ 85 % à 90 % des personnes atteintes de mucoviscidose, le pancréas ne produit pas suffisamment d'enzymes nécessaires à l'absorption des graisses lors de la digestion des aliments. Ces personnes sont également susceptibles d'avoir des problèmes d'absorption des vitamines liposolubles A, D, E et K. Si les niveaux de vitamine E sont trop bas, cela peut causer des problèmes du système nerveux, des troubles sanguins ainsi que des troubles de la mémoire et de la pensée.

Date de la recherche

Nous avons effectué la dernière recherche de preuves le 15 février 2017.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons identifié pour cette revue quatre études incluant 141 participants ; deux d'entre elles portaient sur des enfants (âgés de six mois à 14,5 ans), tandis que les deux autres n'ont pas précisé l'âge des participants. Les personnes participant à ces études ont reçu soit des suppléments de vitamine E sous différentes formes (soluble dans l'eau ou dans les corps gras), un placebo (substance ne contenant aucun médicament) ou n'ont reçu aucun supplément. Trois études précisaient que le traitement de chaque participant était choisi aléatoirement, mais une étude indiquait seulement que les gens étaient divisés en différents groupes.

Principaux résultats

Trois de ces études ont montré une amélioration des niveaux de vitamine E après la supplémentation, mais ce résultat doit être interprété avec prudence en raison des risques de biais potentiels. Aucune étude ne rapportait de troubles liés à la carence en vitamine E. Les études ayant utilisé des suppléments sous différentes formes et à différentes doses, il était difficile de combiner les résultats et les appliquer à la population concernée par la mucoviscidose en général, mais les résultats montrent effectivement que la supplémentation en vitamine E peut améliorer les niveaux de vitamine E chez les personnes atteintes de mucoviscidose et pourrait aider à éviter les problèmes dus à la carence en vitamine E.

Les futurs essais, surtout chez les personnes déjà sous traitement par des enzymes pancréatiques et des suppléments de vitamine E, devraient examiner des critères plus spécifiques tels que le statut en vitamine E, la fonction pulmonaire et l'état nutritionnel. Ils pourraient aussi étudier le niveau optimal de la supplémentation en vitamine E pour une efficacité clinique maximale.

Qualité des données

Nous ne pensons pas que les participants aux études pouvaient dire s'ils recevaient des suppléments ou un placebo, ce qui n'aurait donc pas influencé les résultats ; même si les participants savaient évidemment s'ils prenaient des suppléments ou ne prenaient rien. Les informations dont nous disposons ne nous permettent pas de déterminer si la plupart des études étaient conçues de sorte que tous les participants avaient une chance égale de se retrouver dans l'un ou l'autre des groupes. De même, nous ne pouvons pas déterminer si des participants auraient pu deviner à l'avance dans quel groupe ils seraient. Par ailleurs, il n'était pas clair si des résultats étaient rapportés pour tous ceux qui participaient dans les études, ou les raisons d'éventuels abandons. Nous ne savons pas si ces faits auront une incidence sur notre confiance dans les résultats.

Conclusions des auteurs : 

La supplémentation en vitamine E a entraîné une amélioration des niveaux de vitamine E chez les personnes atteintes de mucoviscidose, bien que les études aient pu comporter des risques de biais. Aucune donnée n'était disponible sur d'autres résultats d'intérêt pour formuler des conclusions sur d'autres bénéfices éventuels de ce traitement.

À l'avenir, des études à plus grande échelle sont nécessaires, en particulier chez les personnes déjà traitées par des enzymes pancréatiques à enrobage entérique et une supplémentation en vitamine E, afin d'examiner des mesures de résultats plus spécifiques telles que le statut en vitamine E, la fonction pulmonaire et l'état nutritionnel. Les études futures pourraient également étudier la dose optimale de vitamine E nécessaire pour atteindre une efficacité clinique maximale.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les personnes atteintes de mucoviscidose sont à risque accru de carence en vitamines liposolubles, y compris la vitamine E. La carence en vitamine E peut provoquer différentes affections telles qu'une anémie hémolytique, une ataxie cérébelleuse et des difficultés cognitives. La supplémentation en vitamine E, largement recommandée dans la mucoviscidose, vise à corriger cette carence. Ceci est une version mise à jour de la revue publiée.

Objectifs : 

Déterminer les effets de la supplémentation en vitamine E à toute dose sur la fréquence de troubles dus aux carences en vitamine E chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté le registre d'essais sur la mucoviscidose du groupe Cochrane correspondant, et avons également recherché dans des registres d'essais internationaux des essais cliniques en cours qui n'auraient pas été identifiés au cours de notre recherche dans ce registre.

Dernière recherche du registre Cochrane :
10 octobre 2016.Dernière recherche des registres d'essais internationaux : 15 février 2017.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés et quasi randomisés comparant toute préparation de supplémentation en vitamine E à un placebo ou à l'absence de supplément, indépendamment de la dose ou de la durée.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont extrait les données de résultats des études individuelles (informations publiées) et évalué le risque de biais de chaque étude incluse.

Résultats principaux : 

Quatre études avec un total de 141 participants ont été incluses dans cette revue ; deux d'entre elles portaient sur des enfants (âgés de six mois à 14,5 ans), tandis que les deux autres n'ont pas précisé l'âge des participants. Toutes les études ont utilisé différentes formulations et doses de vitamine E pour différentes durées de traitement (10 jours à six mois). Dans deux études, la supplémentation sous formes liposoluble et hydrosoluble était comparée à l'absence de supplémentation dans différentes branches de la même étude. Une troisième étude a comparé une formulation hydrosoluble à un placebo ; et dans la quatrième étude, une formulation liposoluble de vitamine E a été évaluée par rapport au placebo.

À un mois, trois mois et six mois, la vitamine E hydrosoluble avait amélioré de façon significative les taux sériques de vitamine E par rapport au témoin : à un mois, deux études, différence moyenne de 17,66 (intervalle de confiance à 95 % de 10,59 à 24,74) ; à trois mois, une étude, différence moyenne de 11,61 (intervalle de confiance à 95 % de 4,77 à 18,45) ; et à six mois, une étude, différence moyenne de 19,74 (intervalle de confiance à 95 % de 13,48 à 26,00). À un mois, la vitamine E liposoluble avait amélioré de façon significative les taux sériques de vitamine E par rapport au témoin : un mois, deux études, différence moyenne de 13,59 (IC à 95 % de 9,52 à 17,66). Les résultats à trois mois étaient imprécis ; une étude, différence moyenne de 6,40 (intervalle de confiance à 95 % de -1,45 à 14,25).

Aucune des études ne rapporte les critères de jugement principaux de cette revue (le rapport vitamine E/lipides totaux ou l' incidence des troubles dus aux carences en vitamine E), ni les critères secondaires de la fonction pulmonaire et de la qualité de vie. Une seule étude, comparant la vitamine E hydrosoluble à un placebo, rend compte du critère secondaire de la croissance et de l'état nutritionnel (poids), mais les résultats sont incertains en raison de l'imprécision de l'estimation de l'effet.

Le peu de détails sur la randomisation et le masquage dans les études incluses compromet la qualité du corpus de preuves pour cette revue. Le mélange hétérogène des formulations avec différentes biodisponibilités parmi ces études limite également la généralisation des données à la population plus large atteinte de mucoviscidose.

Notes de traduction : 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.