Traitement topique avec collyre à base de cyclosporine A en cas d'inflammation de la surface de l'œil

La kératoconjonctivite atopique (KCA) est un trouble inflammatoire de la surface oculaire dont peuvent souffrir 67,5 % des patients atteints de dermatite atopique. C'est une pathologie chronique qui requiert souvent un traitement à long terme afin d'éviter des complications oculaires qui peuvent entraîner une perte de la vision. Cette pathologie est fréquemment traitée par des collyres à base de stéroïdes, mais un traitement à long terme avec ces médicaments peut entraîner des effets secondaires graves, comme le développement d'une cataracte, un glaucome ou une infection grave de l'œil. Un traitement topique avec un collyre à base de cyclosporine A (CsA) peut être utile pour contrôler les signes et les symptômes de la kératoconjonctivite atopique, et réduire ainsi le besoin de collyres à base de stéroïdes.

Trois études éligibles totalisant 58 participants ont été incluses dans cette revue. Une étude a été réalisée au RU, une en Australie et une était multicentrique avec des lieux d'étude basés au RU et aux USA. Ces études différaient considérablement quant aux interventions, à la méthodologie et aux types de critères de jugement. Une étude utilisait de la CsA à 2 % diluée dans de l'huile de maïs et les deux autres utilisaient une émulsion commerciale de CsA à 0,05 %. Sur ces trois études, deux montraient un effet bénéfique de la CsA topique dans le contrôle de signes de la KCA, et une n'a pas trouvé de faits démontrant cette amélioration. Une étude montrait un effet bénéfique de la CsA topique dans le contrôle des symptômes de la KCA, mais les deux autres n'ont pas trouvé de faits démontrant cette amélioration. Seulement deux études ont analysé l'effet de la CsA topique dans la diminution de l'utilisation de stéroïde topique ; une montrait une baisse significative de l'utilisation de stéroïde topique avec la CsA, mais l'autre n'a pas trouvé de faits démontrant cette amélioration. Les données suggèrent que la CsA topique peut apporter un soulagement clinique et symptomatique de la KCA et peut permettre de réduire l'utilisation de stéroïde topique chez les patients avec une KCA stéroïdo-dépendante ou stéroïdo-résistante. De plus, aucun effet indésirable grave n'a été signalé. Pour autant, cette revue a identifié la nécessité de réaliser plus d'essais contrôlés randomisés afin de fournir des données fiables complémentaires sur l'efficacité et l'innocuité du traitement topique avec un collyre à base de CsA pour les patients souffrant d'une KCA. Ces essais devraient inclure des échantillons plus importants de patients atteints de KCA, et leurs périodes de suivi devraient être suffisamment longues pour établir des conclusions sur l'efficacité et l'innocuité à long terme de cette thérapie.

Conclusions des auteurs : 

Cette revue systématique met en évidence la rareté relative des essais cliniques contrôlés évaluant l'efficacité de la thérapie à base de CsA topique dans la KCA et suggère que les données factuelles sur l'efficacité et l'innocuité du traitement à base de CsA topique chez les patients avec CsA restent limitées. Pour autant, les données suggèrent que la CsA topique peut apporter un soulagement clinique et symptomatique de la KCA et peut permettre de réduire l'utilisation de stéroïde topique chez les patients avec une KCA stéroïdo-dépendante ou stéroïdo-résistante. Aucun effet indésirable grave n'avait été signalé. Les évènements indésirables signalés chez les patients traités avec la CsA topique comprennent une sensation de piqûre intense et un phénomène de macération au niveau de la peau de la paupière. Un patient du groupe sous placebo a développé une réponse allergique grave aux antigènes de maïs. Toutefois, le nombre total de patients participant aux essais était insuffisant pour évaluer l'innocuité de ce traitement.

Des ECR supplémentaires bien conçus et de puissance correcte sur la CsA topique utilisée en cas de KCA sont nécessaires. Les études idéales devraient être composées d'une randomisation appropriée et du secret d'assignation ; du masquage des participants, du personnel et des évaluateurs ; de périodes de suivi adéquates et d'une minimisation des biais d'attribution ; et de groupes de comparaison avec des caractéristiques épidémiologiques et cliniques similaires. Les échantillons devraient être suffisamment importants pour apporter une puissance statistique permettant d'évaluer l'innocuité de la CsA et de détecter l'ampleur des effets du traitement pertinente sur le plan clinique des critères de jugement. Les analyses devraient être fonction de la conception de l'étude et des critères de jugement. De plus, la standardisation des critères de jugement et des périodes de suivi entre les études sera bénéfique pour optimiser la comparabilité des études.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La kératoconjonctivite atopique (KCA) est une pathologie inflammatoire non infectieuse chronique de la surface oculaire dont peuvent souffrir les patients atteints de dermatite atopique à tout moment de leur maladie dermatologique, elle est indépendante de son degré d'intensité. La KCA ne se résout généralement pas toute seule et elle entraîne un risque plus élevé de dommages au niveau de la cornée ainsi que des séquelles graves. Le traitement d'une KCA devrait prévenir ou traiter les dommages sur la cornée. Même si les corticostéroïdes topiques restent le traitement standard pour les patients atteints d'une KCA, leur utilisation prolongée peut entraîner des complications. La cyclosporine A (CsA) topique peut améliorer les signes et les symptômes de la KCA, elle peut être utilisée comme "économiseur" de stéroïdes.

Objectifs : 

Déterminer l'efficacité et rassembler les données sur l'innocuité à partir des essais contrôlés randomisés (ECR) sur la CsA topique chez les patients avec une KCA.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2012, Numéro 6), MEDLINE (de janvier 1946 à juillet 2012), EMBASE (de janvier 1980 à juillet 2012), LILACS (Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences) (de janvier 1982 à juillet 2012), CINAHL (Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature) (de janvier 1937 à juillet 2012), OpenGrey (System for Information on Grey Literature in Europe) (www.opengrey.eu/), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov), le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/fr), le portail des essais cliniques de l'IFPMA (http://clinicaltrials.ifpma.org/no_cache/en/myportal/index.htm) et Web of Science Conference Proceedings Citation Index- Science (CPCI-S). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date dans les recherches électroniques d'essais. Les dernières recherches dans les bases de données électroniques ont été effectuées le 9 juillet 2012. Nous avons également effectué une recherche manuelle dans les actes de conférence suivants : American Academy of Ophthalmology, Association for Research in Vision and Ophthalmology, International Council of Opthalmology et Societas Ophthalmologica Europaea de 2005 à juillet 2011.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus uniquement les essais contrôlés randomisés.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont indépendamment extrait les données. En raison du petit nombre d'études et de la diversité des critères de jugement, des interventions et des participants, nous avons présenté les résultats de manière narrative.

Résultats principaux : 

Nous avons trouvé trois ECR totalisant 58 participants qui étaient éligibles pour l'inclusion. Il y avait une variabilité importante entre les essais dans les interventions, la méthodologie et les critères d'évaluation, c'est pourquoi une méta-analyse n'a pu être effectuée.

Une étude mentionnait l'utilisation de la CsA à 2 % diluée dans l'huile de maïs et deux sur l'utilisation d'une émulsion commerciale de CsA à 0,05 %. Sur ces trois études, une montrait un effet bénéfique de la CsA topique pour contrôler les signes et les symptômes de la KCA, une pour contrôler les signes de la KCA et une n'a démontré aucune amélioration. Seulement deux études ont analysé l'effet de la CsA topique dans la diminution de l'utilisation de stéroïde topique ; une montrait une baisse significative de l'utilisation de stéroïde topique avec la CsA, mais l'autre n'a pas trouvé de faits démontrant cette amélioration. Aucun événement indésirable grave n'a été signalé dans les essais.

Tools
Information
Partager/Enregistrer

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.