Plantes médicinales pour traiter les stéatoses hépatiques

La stéatose hépatique est une maladie potentiellement réversible dans laquelle des triglycérides s'accumulent dans les hépatocyles. Il peut s'en suivre que le foie n'est plus capable de fonctionner normalement ; c'est ce que l'on appelle une hépatopathie terminale. Cette revue systématique a évalué les effets et l'innocuité des plantes médicinales (plantes uniques, plantes médicinales d'une marque et préparations prescrites) pour traiter les stéatoses hépatiques.

Nous avons inclus 77 essais cliniques randomisés dans cette revue, dans laquelle 75 plantes médicinales ont été testées. Tous les essais présentaient un risque élevé d'erreurs systématiques (c'est-à-dire, biais ou risque de surestimation des effets bénéfiques et sous-estimation des effets néfastes) ainsi que des risques élevés d'erreurs aléatoires (c'est-à-dire, fait du hasard) compte tenu du petit nombre de participants inclus dans les essais. Les plantes médicinales testées dans les essais cliniques randomisés incluaient des produits à base d'une plante unique (Gynostemma pentaphyllum, Panax notoginseng, et Prunus armeniaca), des plantes médicinales de marque commercialisées, et une combinaison de préparations prescrites par les médecins. Les plantes les plus couramment incluses à titre d'ingrédient dans les différents produits étaient Crataegus pinnatifida, Salvia miltiorrhiza, Alisma orientalis, Bupleurum chinense, Cassia obtusifolia, Astragalus membranaceous, et Rheum palmatum. Nous n'avons pas été en mesure de combiner les résultats des essais étant donné l'éventail des différentes plantes utilisées. Nous ne sommes pas parvenus à une conclusion quant à l'utilisation des plantes médicinales chez les patients atteints de stéatose hépatique car aucun des essais ne rapportait de résultats sur la mortalité, la morbidité hépatique ni sur la qualité de vie ou les coûts. Un certain nombre d'essais ont démontré des effets positifs des plantes médicinales comparées aux interventions témoins sur l'activité enzymatique (les enzymes sont des protéines qui provoquent des réactions chimiques dans l'organisme ; par exemple aspartate aminotransférase, alanine aminotransférase, glutamyltransférase, phosphatases alcalines sériques), les résultats des examens échographiques, et les résultats de la tomographie informatisée. Aucun effet indésirable grave dû aux plantes médicinales n'avait été signalé.

Toutefois, la méthodologie des essais présentait un risque élevé d'erreurs systématiques (biais). En outre, les plantes individuelles ont été rarement testées plusieurs fois, et tous les essais comptaient un effectif relativement faible de participants, ce qui accroît le risque d'erreurs aléatoires (fait du hasard). Par conséquent, les résultats ne sont pas concluants, et des essais cliniques randomisés conduits avec rigueur sont nécessaires pour établir les effets bénéfiques et néfastes des plantes médicinales dans le traitement de la stéatose hépatique.

Conclusions des auteurs : 

Certaines plantes médicinales ont semblé avoir des effets positifs sur l'aspartate aminotransférase, l'alanine aminotransférase, l'échographie et la tomographie informatisée. Nous n'avons trouvé aucune différence significative sur les effets indésirables entre les groupes de plantes médicinales et les groupes témoins. Les résultats ne sont pas concluants compte tenu du risque élevé de biais dans tous les essais inclus et du nombre limité d'essais ayant testé des plantes médicinales individuelles. Par conséquent, le risque d'erreurs aléatoires est également élevé.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La stéatose hépatique est une maladie potentiellement réversible susceptible d'entraîner une hépatopathie terminale. Puisque les plantes médicinales telles que Crataegus pinnatifida et Salvia miltiorrhiza sont de plus en plus utilisées dans le traitement de la stéatose hépatique, une revue systématique portant sur les plantes médicinales dans le traitement de la stéatose hépatique s'imposait.

Objectifs : 

Évaluer les effets bénéfiques et néfastes des plantes médicinales sur les patients atteints d'une stéatose hépatique d'origine alcoolique ou non alcoolique.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 3, 2012), MEDLINE, EMBASE, et Science Citation Index Expanded jusqu'au 1er mars 2012. Nous avons également consulté les bases de données Chinese BioMedical Database, Traditional Chinese Medical Literature Analysis and Retrieval System, China National Knowledge Infrastructure, Chinese VIP Information, Chinese Academic Conference Papers Database et Chinese Dissertation Database, et la base de données Allied and Complementary Medicine Database jusqu'au 1er mars 2012.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus les essais cliniques randomisés ayant comparé des plantes médicinales à un placebo, l'absence de traitement, une intervention pharmacologique, ou une intervention non pharmacologique telle qu'un régime alimentaire ou un changement du mode de vie, ou des interventions occidentales chez les participants atteints de stéatose hépatique.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données de façon indépendante. Nous avons utilisé l'outil « Risque de biais » du groupe Cochrane pour évaluer le risque de biais des essais inclus. Les domaines évalués sont les suivants : génération de la séquence de randomisation, assignation secrète, masquage, données de résultats incomplètes, compte-rendu sélectif et autres sources de biais. Nous avons présenté les estimations des effets sous la forme de risques relatifs (RR) avec intervalles de confiance (IC) à 95 % ou de différences moyennes (DM) avec IC à 95 %, en fonction des variables des critères de jugement mesurés.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 77 essais cliniques randomisés, totalisant 6 753 participants atteints de stéatose hépatique. Le risque de biais (surestimation des effets bénéfiques et sous-estimation des effets néfastes) était élevé dans tous les essais examinés. L'effectif moyen était de 88 participants (allant de 40 à 200 participants) par essai. Soixante-quinze produits à base de plantes médicinales différentes ont été testés. Les plantes médicinales testées dans les essais cliniques randomisés incluaient des produits à base d'une plante unique (Gynostemma pentaphyllum, Panax notoginseng, et Prunus armeniaca), des plantes médicinales de marque commercialisées, et une combinaison de préparations prescrites par les médecins. Les plantes les plus couramment utilisées étaient Crataegus pinnatifida, Salvia miltiorrhiza, Alisma orientalis, Bupleurum chinense, Cassia obtusifolia, Astragalus membranaceous, et Rheum palmatum. Aucun des essais ne rendait compte de la mortalité, de la morbidité hépatique ni de la qualité de vie ou des coûts. Un grand nombre d'essais ont rapporté des effets positifs sur les résultats du critère de substitution putatif tels que les taux d'aspartate aminotransférase, d'alanine aminotransférase, de glutamyltransférase, de phosphatases alcalines sériques, les résultats des examens échographiques, et les résultats de la tomographie informatisée. Vingt-sept essais ont rapporté des effets indésirables et n'ont trouvé aucune différence significative entre les plantes médicinales et l'intervention témoin. Cependant, le risque de biais était élevé dans tous les essais inclus.

Les critères mesurés étaient les résultats de l'échographie dans 22 essais, de la tomographie informatisée hépatique dans huit essais, les taux d'aspartate aminotransférase dans 64 essais, l'activité alanine aminotransférase dans 77 essais, et les activités glutamyltransférase dans 44 essais. Six plantes médicinales ont révélé des effets bénéfiques statistiquement significatifs sur l'échographie, quatre sur la tomographie informatisée hépatique, 42 sur l'activité aspartate aminotransférase, 49 sur l'activité alanine aminotransférase, trois sur l'activité phosphatases alcalines, et 32 sur l'activité glutamyltransférase comparées aux interventions témoins.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.